vendredi 23 juin 2017

[...]




   Split de M. Night Shyamalan. Wow...

Mes 8 de l'année 2017 à mi-parcours: (par ordre alphabétique)

- Certain women de Kelly Reichardt
- Home counties de Saint Etienne
- The lost city of Z de James Gray
Rock n roll consciousness de Thurston Moore
- Split de M. Night Shyamalan
- Yours conditionally de Tennis
Yourself and yours et le Jour d'après de Hong Sang-soo

8 seulement et pas 10 parce qu'il fait trop chaud (c'est un crop top, comme celui que porte Casey à la fin de Split, quand elle rencontre la Bête).

PS1. Rien vu encore de la saison 3 de "Twin Peaks".

PS2. Côté frenchie, cinéma et musique de poche: Belle dormant d'Ado Arrieta, Drôles d'oiseaux d'Elise Girard, Here & now de Karaocake, la Papesse Jeanne de Jean Breschand, le Parc de Damien Manivel, L'un de nous d'Albin de la Simone...

A venir: quelques mots sur le dernier Saint Etienne... une merveille. Aussi beau que ça...

57 commentaires:

Rémi a dit…

Beau top !

Anonyme a dit…

Bonjour Buster,

Chose promise, chose due, le 2nde album de FTW est en pré-commande chez Talitres!

http://shop.talitres.com/products/591663-the-machine-that-made-us


Ludovic

Anonyme a dit…

Et puis en écoute:

https://www.youtube.com/watch?v=5Xa5A8MGxhc

https://www.youtube.com/watch?v=qsevcDSqWDw

https://www.youtube.com/watch?v=-A-sqMljITQ

Toujours aussi beau.

Ludovic

Buster a dit…

Bonsoir Ludovic,

Oui, le nouveau FTW je ne m'en suis pas encore suffisamment imprégné (juste une écoute), mais ça m'a l'air très beau,
l'album me fait penser à Mercury Rev évidemment, mais aussi à Get Well Soon...

Anonyme a dit…

Et le dernier Varda ?

Buster a dit…

Pas vu (mais il est sorti ?)

De toute façon je n’aime pas beaucoup Varda, le côté méta (visages, villages… images) de ses films m’agace souvent, sa poésie aussi, que je trouve chichiteuse et même parfois gnangnan… désolé pour les admirateurs

Buster a dit…

En attendant ma note sur Saint Etienne, une petite piqure de rappel: Good humor, un de mes albums préférés (il était dans ma liste des 25 des années 90)

Anonyme a dit…

Merci pour le Saint Etienne.

Je reviens à FTW:
"Due to Adverse Weather Conditions, All of My Heroes Have Surrendered" (https://www.youtube.com/watch?v=-A-sqMljITQ), le second titre de l'album, est une merveille, parfaitement dans la veine de "Donald Pleasance" sur A Bluffer's Guide to the Deck.
Déjà dans le top annuel, avec le Saint Etienne, qui se bonifie à chaque nouvelle écoute, et le Tennis. L'album d'Arcade Fire est bon, dans leur veine, mais pas exceptionnel non plus.

Côté ciné, RAS.

Ludovic

Buster a dit…

Saint Etienne, Tennis, FTW... au train où ça va, nos tops de fin d'année vont être quasiment les mêmes :-)

Sinon j'ai ressorti tous mes Saint Etienne, je vais peut-être me faire un best-of avant la note sur Home counties

Anonyme a dit…

Si vous en connaissez d'autres comme Saint Etienne, n'hésitez pas, vous savez que je suis toujours preneur.


Top chansons depuis le premier janvier (dans le désordre):

- Sunrise - The Flaming Lips https://www.youtube.com/watch?v=C9ucmQXY1u4

- Creature Comfort - Arcade Fire https://www.youtube.com/watch?v=xzwicesJQ7E
Everything Now - Arcade Fire https://www.youtube.com/watch?v=zC30BYR3CUk

- Due to Adverse Weather Conditions, All of My Heroes Have Surrendered, FTW https://www.youtube.com/watch?v=-A-sqMljITQ

- Take It All in, Saint Etienne

- Love - Lana del rey https://www.youtube.com/watch?v=3-NTv0CdFCk

- Chariot - Beach House https://www.youtube.com/watch?v=8NU-EIgUK3Y
Saturn SOng - Beach House https://www.youtube.com/watch?v=B0cs8ZkZjR8
Baseball Daimond - Beach House https://www.youtube.com/watch?v=5Pju-sWyCpQ

- Brave for You (Marfa Demo) - The XX https://www.youtube.com/watch?v=2xkkSUMstlM

- I Prommise - Radiohead https://www.youtube.com/watch?v=0sFvFVkeGVg

- Call the police - LCD Soundsystem https://www.youtube.com/watch?v=zWKIWNJnlzI

- I Dare You - The XX https://www.youtube.com/watch?v=X3YyfEoapYI

- Shadow - Chromatics https://www.youtube.com/watch?v=IGUboLZx3Tk

- Ran - Future Islands https://www.youtube.com/watch?v=MlQunle406U
Cave - Future Islands https://www.youtube.com/watch?v=RGrhubD8VDg

- Sugar for the Pill - Slowdive https://www.youtube.com/watch?v=BxwAPBxc0lU

- Charm Assault - Ride https://www.youtube.com/watch?v=nW_lRP2RqX8

- Another Weekend - Ariel Pink https://www.youtube.com/watch?v=2oK7UGErV7I

- In and Out - Beth Ditto https://www.youtube.com/watch?v=RhfGEHLQsbw&index=76&list=PLFgquLnL59alW3xmYiWRaoz0oM3H17Lth

- Aphrodite - Thurston Moore https://www.youtube.com/watch?v=ih6I0LBdu10

- Le grand amour - Albin de la Simone https://www.youtube.com/watch?v=1187SR4cBkw

- Island Music - Tennis https://www.youtube.com/watch?v=SV-KR8pE9DY&index=2&list=PL5TEDlmn4CbH00NlpYBZ7QPQVcFDtcQTk


Ludovic

Relax Trepor :-D a dit…

Pardon, mais où est-ce qu'on pourrait trouver un mot (même tout petit) sur le Jour d'après de HSS, par ici ?

:-]

Buster a dit…

Relax Max, une note sur le HSS c'est prévu aussi, mais pour l'instant ça traîne, j'ai tendance à remette ça au jour d'après...

Merci Ludovic, il y a plein de bonnes choses dans votre playlist, je vais l'écouter.

Anonyme a dit…

De rien Buster. Et je n'ai pas listé tout ce qui a retenu mon attention de la belle manière. Je commence à m'imprégner de l'album de FTW.
Je veux réécouter celui de Timber Timbre car je m'étonne de ne pas accrocher, alors que leurs précédents albums sont tous chez moi et bien usés.
Le Saint Etienne est super, dynamique et joyeux, je n'ai choisi que le titre qui me plaît le plus mais "Underneath the Apple Tree" et "Sweet Arcadia" sont remarquables.
Chez Vanishing Twin, "The Conservation of Energy".
Chez The XX, l'album de début d'année (I See You) avait été une grosse déception, mais "Brave for You", est superbe.

Dont' Give Up On Love (album complet), de Don Bryant : https://www.youtube.com/watch?v=1DEzhf3LbMY

Async (album complet), de Ryuichi Sakamoto : https://www.youtube.com/watch?v=pygwK0sBUdM&list=PLlxVAExh_bYbnN6c4q1EJxcv559obwOBt

Lucky Girl - Fazerdaze : https://www.youtube.com/watch?v=My4j3vgFxbE

1000 Miles of Ocean - Monika : https://www.youtube.com/watch?v=_3DWOYrFXqY

Too Low - Rosemary Fairweather : https://www.youtube.com/watch?v=c_9o4eCTL0g


Côté ciné, je suis tenté par Le Jour d'après (HSS) et Creepy, le nouveau Kiyoshi Kurosawa.


Ludovic

Buster a dit…

Le Jour d'après, je ne suis pas sûr que ça vous plaise, c'est le format HSS, mais moi j'aime beaucoup...

Creepy, pas encore vu, mais c'est sûrement meilleur que le précédent Kurosawa, le Secret de la chambre noire, un des plus mauvais films que j'ai vus cette année.

Anonyme a dit…

Oui, mais les avis sur Creepy laissent présager d'une intrigue cérébrale...ou alors j'ai interprété de travers. J'aimais beaucoup Kurosawa quand il tournait Cure, Kaïro, Charisma. Qu'est-ce qu'il était fort à cette époque-là!

Je vais essayer le HSS. Les confusions temporelles pour exprimer les subjectivités troublées des personnages, le N&B en mode fantastique, les plans-conversations, les affects comme territoire, etc. je commence à connaître, mais j'ai envie d'essayer quelque chose de calme sur le plan visuel et fort sur le plan émotionnel.

Les critiques parlent d'une beauté sombre. Personne, à ma connaissance, n'ose parler de mélodrame alors que cela semble être l'horizon de ce film. Un inconditionnel d'Ozu et Naruse comme vous sera probablement aux anges avec ce film.


Côté musique, encore une découverte: Otzeki.
- Falling Out : https://www.youtube.com/watch?v=ih6I0LBdu10 (sous influence de The XX, surtout "Shelter")
- True Love : https://www.youtube.com/watch?v=70g_LGD6Oro (plus eletronica, avec beaucoup de paroles)


Ludovic

Buster a dit…

Je ne sais pas si on peut parler de mélodrame à propos du film, mais pourquoi pas, ce qui est sûr c'est qu'il y a une structure musicale dans tous les films de HSS, et que dans le Jour d'après (l'important dans le titre c'est le mot "après" qui je crois est le titre original), c'est une évidence, par sa construction plus rigoureuse que d'habitude, on parle toujours de Rohmer à propos de Hong, mais là ce serait le Rohmer musicologue... Ici il s'agit moins de variations que de contrepoint (les conversations se déroulent d'ailleurs sous le regard de Bach), à tel point que je me demande si cet "après" ne fait pas écho à l'art de la fugue... Cela dit, comme pour la musique, il faudrait "écouter" plusieurs fois le film pour s'en assurer...

Poulet a dit…

Bonjour !

Le secret de la chambre noire n'était pas "mauvais", quand même.
Voilà ce que j'en pense :
https://www.facebook.com/notes/poulet-pou/le-secret-de-la-chambre-noire-kiyoshi-kurosawa-2016/1318266694920625/

Le dernier m'a également un peu déçu, je n'aime pas la fin, qui à mon avis abîme le reste (un peu comme pour Split de par le fait). Mais c'est quand même plein de belles choses. Pas eu le temps d'écrire dessus.

Et concernant le HSS (le seul à vrai dire de sa liste pour lequel je partage l'enthousiasme de Buster) :
https://www.facebook.com/notes/poulet-pou/le-jour-dapr%C3%A8s-hong-sang-soo-2017/1412131872200773/

Poulet a dit…

PS : et aussi :

Certain women :
https://www.facebook.com/notes/poulet-pou/certain-women-kelly-reichardt-2016/1306001572813804/

Split :
https://www.facebook.com/notes/poulet-pou/split-m-night-shyamalan-2016/1303625513051410/

Lost city of Z :
https://www.facebook.com/notes/poulet-pou/the-lost-city-of-z-james-gray-2016/1325758720838089/

Yourself & yours :
https://www.facebook.com/notes/poulet-pou/yourself-and-yours-hong-sang-soo-2016/1283861905027771/

:)

Anonyme a dit…

se taper plusieurs fois le film ? même le boucher d'Hitler n'aurait pas imaginé pareille torture !

https://www.youtube.com/watch?v=k5VirlMMOgE

Strum a dit…

Sur Bach au fond du cadre dans Le jour d'après : si c'est une référence à l'art de la fugue (ce qui est possible), alors je trouverais cette référence un peu trop consciente. Mais il s'agit peut-être (c'était ma première réaction vu le déroulement du film), d'une référence à la musique religieuse de Bach. Ou alors, le réalisateur aime juste Jean-Sebastien. Quoiqu'il en soit, Hong avait très envie que l'on voit le rond visage de Bach dans ces scènes.

Anonyme a dit…

Je vais le voir demain soir, dernier jour de la Fête du cinéma. La bande-annonce est remplie de musique, silences inclus ; comme dans tout bon mélodrame qui se respecte.

Si vous n'avez pas encore écouté Otzeki, foncez dessus. Falling Out et True Love sont hypnotiques et ont presque détourné mon attention de FTW. Pas aussi beau mais fascinant avec des voix qu'on écouterait des heures durant.


Ludovic

Buster a dit…

Non bien sûr Strum, il ne s'agit pas de référence explicite, je ne faisais que rebondir sur ce qu'écrivait Ludovic... étant entendu que ce que j'avance c'est ce que je ressens à "l'écoute" du film (la langue, les dialogues, les champs/contrechamps...), pas ce qu'a cherché à exprimer HSS, comme toujours je me réapproprie le film. Maintenant quand je parle de l'art de la fugue c'est au sens d'une oeuvre qui va au-delà de ce qu'avait fait jusque-là son auteur, une forme de surpassement, qui clôt un cycle en même temps qu'elle en ouvre un nouveau... d'où le renvoi à l'"après" du titre, ça ne va pas plus loin, il y a bien d'autres motifs, musicaux ou non.

Hé l'anonyme de 17.41, tu ne serais pas le petit frère de valzeur par hasard, tu sais le cinéphile sans culotte et maintenant sans cravate (qui d'ailleurs m'avait déjà fait le coup de la vidéo avec Hitler)

Ludovic > Otzeki connais pas, je vais l'écouter, je vous dirai.

Anonyme a dit…

valzeur, connais pas

(anonyme de 17:41)

Anonyme a dit…

Excellent, la vidéo avec Hitler

Buster a dit…

Ouais c'est marrant, sauf qu'on me la ressort à chaque nouveau film d'Hong Sang-soo, autant dire tous les 6 mois :-)

§ a dit…

On connait enfin le vrai visage de Valzeur...

Buster a dit…

Hé hé... il fait vraiment peur valzeur quand il parle de HSS.

D a dit…

Contrairement aux films de HSS, la vidéo avec Hitler est indémodable.

Buster a dit…

Vous voulez dire qu'elle fera toujours Führer?

Anonyme a dit…

N'empêche, c'est quand même la meilleure analyse du cinéma de HSS qu'on ait jamais faite

Buster a dit…

N'importe quoi...

valzeur a dit…

Hello Buster,

Mais, c’est hilarant, ce truc !
« Ne pleure pas... On ira le voir à la semaine Télérama ».
AH AH AH AH AH !!! (Je ris)
Elle est belle, la critique en France...

§ a dit…

C'est nul ce truc potache avec Hitler/Ganz ! Ceux qui trouvent ça intelligent ou drôle ne méritent pas d'aimer HSS. CQFD

Buster a dit…

C'est marrant les deux derniers commentaires, comme si § répondait dans la foulée à valzeur, en utilisant la même expression ("ce truc") pour parler de la vidéo, alors que je n'avais rien publié... § serait-il télépathe? (valzeur, lui on sait, c'est un gros psychopathe :-)

valzeur a dit…

C’est drôle parce que la nullité à la mode d’HSS est torchée en trois répliques mal orthographiées.
C’est un soulagement parce que de vraies gens qui ne s’en laissent pas conter osent dire que le roi est nu.
C’est salutaire parce que le kawaii post-rohmérien minable de HSS est depuis dix ans un mètre-étalon et qu’il est donc important de le mettre à bas.
J’imagine de jeunes étudiants en cinéma découvrant HSS en 2077 et essayant de découvrir en quoi c’est grand, je les plains par avance... (mais peut-être qu’en 2077, HSS ne sera plus qu’un mauvais souvenir...)

Buster a dit…

Pourquoi kawaii? S'il y a bien un cinéma qui n'est pas kawaii c'est bien celui, malpoli, de HSS.

Evidemment, c'est pas aussi "génial" que ça, avec ces cadrages platement kubrickolés...

Poulet a dit…

C'est amusant, cette vidéo où les détracteurs de HSS prennent le visage d'Hitler (i.e. un type avec qui on ne peut pas discuter).
Que reproche-t-on à HSS ? De faire toujours le même film ? Comme Ozu ? De proposer un rendu "amateur" ? Comme le Velvet Underground ou les Go-Betweens pour faire une analogie musicale ?
C'est qu'il faudrait des yeux pour voir, et des oreilles pour entendre ce que ses films ont à offrir, et pas juste une grande bouche pour éructer.

Anonyme a dit…

Bon, ça sent les noms d'oiseaux. Ni génial ni catastrophique, Le jour d'après est recevable, approuvable ; un peu mélo. Moins qu'attendu, en vérité. La direction d'acteurs me plaît bien, toujours proche de l'humain. Jamais surhumain ou machinique en tout cas. Mais pourquoi ce N&B à l'époque de la couleur? Pourquoi ces micro-histoires? J'ai le sentiment, peut-être trompeur, vous me direz- que HSS prend des petits bouts de papier et les déplie parce qu'il croit qu'il y a plus à l'intérieur...

Avez-vous écouté Otezki? Ou êtes-vous toujours en flottement avec FTW ?


Ludovic

@ Poulet a dit…

Ozu >>>>>>> HSS

Buster a dit…

Petite note à venir sur le dernier HSS...

PS: Ludovic, pas encore écouté Otezki, vos liens ne fonctionnent pas... j'irai piocher ailleurs.

Anonyme a dit…

Bonjour Buster,

Mes liens vers 2 tubes d'Otzeki fonctionnent. (le 1er menait vers Aphrodite de Thurston Moore, désolé).

- Falling Out : https://www.youtube.com/watch?v=aIpnxMYxxeI

- Ture Love : https://www.youtube.com/watch?v=70g_LGD6Oro


Ludovic

Buster a dit…

Merci, j'en ai d'ailleurs profité pour écouter d'autres morceaux, c'est pas mal mais je trouve ça quand même un peu austère, pas ressenti beaucoup d'émotions, ça manque de rondeur qui permette de sortir de l'aspect très structuré des morceaux... vous ne trouvez pas?

Anonyme a dit…

Je n'ai pas accroché aux autres morceaux que j'ai pu dénicher, mais ces deux-là, je les ressens, contrairement à vous. Je les trouve beaux et forts. Quand vous dites que "ça manque de rondeur", je sens exactement le contraire. Je danse/transe là-dessus. Après, d'après ce que je sais de vous, je dirais que vous avez été moins exposé à la musique éléctro que moi. Quand on cause beauty pop vous avez l'avantage, s'agissant d' éléctro c'est moi.
Les voix sont souvent rugueuses, accordées aux sonorités, mais restent assez chaleureuses (pas comme chez FTW ou T-Rex, évidemment) et l'ensemble me fait l'effet d'un trip.
Ils ne recherchent pas de combinaison intime/épique, comme FTW, leur seul horizon semble être de faire dancer.
Les 2 cousins d'Otzeki (ce n'est pas une blague, ils sont vraiment cousins) ne tabassent pas, alors que c'est si facile dès qu'on mixe, et préfèrent installer des nappes d'ambiance éléctro-rock. D'ailleurs, ils définissent eux-mêmes leur musique comme de la "dance electronic rock".
Vous qui goûtez le minimalisme du dispositif d'HSS dans ses derniers films, vous qui préférez la rareté à l'abondance (souvent mal gérée), vous pourriez trouver matière à aimer dans ce mélange aride (plutôt qu'austère) de voix, de synthés, et de guitares.
Les paroles résonnent fort, les aigus succèdent aux graves pour tuer toute lassitude, le tout superbement entremêlé. Dans Falling Out, à 2:57 environ, les voix deviennent magnifiquement aiguës.
Et pas seulement les paroles, tous les instruments résonnent, comme chez The XX, pour un effet épatant. Ils savent attirer l'attention et la garder.
Après, le côté rock s'epxrime dans les rythmes syncopés (& dancés), on aime ou pas.
Le duo londonien qualifie True Love de "hymn of love an duephoria", je plussoie et j'ajoute une remarque: électro-noir. Je comprends que ça ne vous plaise pas plus que ça.

Sinon, le dernier The XX, "Brave for You", est vraiment beau.


Ludovic

Buster a dit…

J'aime bien Falling out... les autres moins, sans pour autant détester, les voix sur certains morceaux me rappellent Wild Beasts... mais bon, admettons, je ne connais rien à l'electro... :-)

Anonyme a dit…

Oui, du Wild Beasts, du The XX et probablement d'autres encore. Un sacré mix.

Ludovic

valzeur a dit…

Hello Buster,

Bon, je rebondis tardivement car j’ai vu le Lanthimos en avant-première.
Une grande différence nous sépare, Buster. Vous pratiquez la politique des auteurs à outrance, quitte à vous réfugier dans une langue de bois quasi-macronienne. Moi pas.
Le Lanthimos est raté, pompier et balourd ; passée la mise en place du dilemme cruel - assez réussie, quand même - le film patine, et se réfugie dans le mythique boursouflé à gros sabots. Cela reste quand même un metteur en scène intéressant et à suivre.
Le jour où vous serez capable d’un regard réellement critique sur votre nain coréen - qui réussit en moyenne un film sur dix - repassez me voir...

Buster a dit…

Hé ho, ça va les chevilles? Parce que se rendre à l’évidence que le dernier Lanthimos (que je n’irai probablement pas voir) est une daube, après s’être pâmé devant cette grosse croûte qu’est The lobster, ça témoigne pour vous d’une grande hauteur de vue? vous rigolez j’espère…
Idem pour HSS, ce que vous en dites n’est que l’expression de votre dégoût enrobé d’un petit vernis de culture, rien d’autre, on serait bien en peine d’y voir un "regard réellement critique". Le jour où vous serez capable d'un peu moins d'arrogance, repassez me voir...

valzeur a dit…

Hello Buster,

Oups, à la relecture, j'ai été très rude, certainement possédé par l'esprit de JB Morain.
Le ratio intérêt effectif/couverture critique me semble dans le cas de HSS totalement délirant ; pour le reste, son cinéma au mieux (sauf exception) m'indiffère.
Remarquez qu'en en pensant du mal par avance, je n'ai toujours pas affirmé d'avis définitif sur Le Jour d'Après (et pourtant, j'ai également vu sa pathétique bande-annonce garrelo-eustachienne).
Cela peut vous sembler fascinant qu'on préfère le cinéma pour le coup réellement malpoli de Lanthimos, mais c'est comme ça. Même raté, Mise à mort du cerf sacré me paraît supérieur aux 5 derniers films de HSS que j'ai pu voir.
Vous avez visiblement mal saisi le sens de mon dernier message : à vous lire depuis des années, HSS peut filmer n'importe quoi, n'importe comment, à une fréquence de plus en plus effrénée, vous serez toujours là pour y déceler de micro-merveilles vertigineuses évidemment inaccessibles à l'oeil nu pour un gros ballot comme moi.
Cette fidélité est admirable, pour trouver un adjectif positif - au sens Ciment du terme - même si elle n'accouche que de banalités vides et joliment troussées dans votre dernière notule.
« Les imbéciles ne renoncent jamais à une erreur tant qu’elle ne passe pas de mode » , comme le dit justement Nicolas Gomez Davila (désolé de jouer au cuistre comme vous à l'occasion, mais mon petit vernis de culture voulait briller).
Mon arrogance essaie bien de dégonfler, mais la spatule de bois que vous y appliquer en guise de langue m'en empêche encore un peu (honni soit...)

Anonyme a dit…

Votre liste est vide de livres. Oubli ou pause? Vous aimez chiner dans les vide-greniers dans l'espoir d'une lecture rare/inédite?
Ludovic

§ a dit…

Lanthimos, "réellement malpoli" ? Non Valzeur, Lanthimos c'est vraiment du cinéma pour choquer le bourgeois, très poli (dans les deux sens du terme) et ripoliné. De la provocation chic. Le nouveau Greenaway, quoi !
Je trouve les zooms de HSS beaucoup plus "malpolis", pour reprendre votre terme. D'ailleurs ce qui peut rebuter chez lui, c'est son indifférence totale à toute séduction du spectateur. Tandis que Lanthimos ne cesse de caresser l'oeil avec ses plans aussi chiadés que morts-né.

Buster a dit…

valzeur, vous qui dites me lire depuis des années c’est quand même curieux que vous continuiez à parler de "critique" à propos de mes notes, alors que, et je l’ai déjà dit cent fois, elles n’ont justement pas prétention à l’être (des critiques). Pour tout dire, la critique m’intéresse beaucoup moins qu'avant, j’en lis encore mais pas beaucoup. Pour ce qui est du blog, je préfère la chronique avec sa bonne grosse dose de subjectivité, qui mêle billet d’humeur, élucubrations autour d’un film et surtout travail d’écriture où j’essaie de retranscrire l’impression que m’a laissée un film, voire d’en parler en suivant la même ligne, le même mouvement que le film, comme justement avec HSS, dont le cinéma se prête bien au jeu.

Ludovic, pas de livres parce que j’en ai pas aimés tant que ça… j’avais commencé Le Grand Paris de Bellanger, mais ça m’est tombé des mains… citons quand même Frank Sinatra dans un mixeur (McBride), Les fous du son (de Wilde), Les dix meilleurs films de tous les temps (Chomarat), Le dernier voyage de Soutine (Dutli)…

Manu a dit…

Ah mais si Buster, il y a un vrai regard critique dans vos textes toujours un peu décalés ,n'en déplaise à l'arrogant Valzeur, et c'est pour ça qu'on les lit

Buster a dit…

Merci Manu (Manu Macron?), oui mais non, il y a peut-être un aspect critique comme dans tout texte mais ce n’est pas de la vraie critique, je laisse ça aux autres, qui d’ailleurs le plus souvent ne font pas de la vraie critique, c’est davantage de l’ordre du jugement, du commentaire, au mieux de l’avis argumenté…

Strum a dit…

Pour rebondir sur le débat relatif à Hong Sang-soo. Je pense que vous négligez, valzeur la principale raison pour laquelle tant de "critiques" écrivent sur lui : l'aspect ludique, à moitié improvisé, de son cinéma, qui est une espèce de carnet de travail à ciel ouvert, un peu comme si un auteur de nouvelles proposait des variations sur un même thème. Dans ses meilleurs films, le spectateur peut participer au jeu narratif qu'il propose (dont l'enjeu et le but ne sont pas tout de suite perceptibles, ni pour nous ni pour lui je crois), essayer d'en démêler les règles et donc s'amuser, d'autant plus que certains films répondent à d'autres comme un jeu d'échos. Cela ne suffit sans doute pas à en faire un grand cinéaste, on peut trouver cette recherche de formes narratives un peu vaine, mais comme le dit Buster, "son cinéma se prête bien au jeu", et c'est déjà pas mal.
PS : la "critique", c'est comme la littérature, elle n'est pas tenue par une forme fixe, et se prête elle aussi bien aux jeux littéraires.

valzeur a dit…

Hello les Flans,

@Strum : vous n’avez pas tort, encore faut-il qu’on ait envie jouer avec lui, ce qui n’est pas mon cas ; et vous avez bien raison, HSS n’est en rien un grand cinéaste (si tant est qu’il en existe encore...)
@Manu : valzeur avec une minuscule ! ; je suis tellement arrogant que j’y tiens, voyez-vous ?
@§ : ce type d’argument, « l'indifférence totale à toute séduction du spectateur », tombe de lui-même, car en ce cas qu’êtes-vous donc, vous qui avez assisté en tant que spectateur à ce film ? un pur esprit ?, un spectateur meilleur que tous les autres, un super-spectateur ? HSS est assez fort, je lui reconnais ce talent, pour fédérer à lui par le snobisme du milieu qu’il dépeint, et des spectateurs justement qui s’y reconnaissent : metteur en scène de 4ème zone, prof de cinéma semi-critique, filles bonnasses et névrosés, éditeurs sur le retour, etc... Tout cinéaste faisant preuve aujourd'hui d’une misanthropie un peu visible, est mis au pilori, indépendamment de sa valeur (cf Haneke). L’aspect abstrait-conceptuel des films de Lanthimos l’a partiellement sauvé pour ces premiers films, mais c’est raté pour celui-là (qui l’est d’ailleurs, raté). Mieux vaut mettre en avant le kawaii de HSS, kawaii ici au sens de formalisme éprouvé jouant sur les effets de reconnaissance du spectateur qui s’y blottit comme dans un vieux plaid..
@Buster : vous me lisez mal, ai-je parlé de critique ? Le regard critique et la critique sont deux choses différentes et qui peuvent tout à fait s’exclure. Je ne considère pas vos notes sur HSS comme des critiques, et je n’y vois d’ailleurs aucun regard critique.

Buster a dit…

Si on est les Flans, vous êtes quoi valzeur? le Pudding?

Sinon, j'ai bien lu... si je parle de critique c'est que vous insistiez sur la dimension critique du regard - "regard réellement critique" - autant dire avec une réelle capacité de discernement, ce qui est aussi le propre de la critique.. mais ça n'a pas d'importance. Quant à ce que vous dites sur HSS, les formules changent mais c'est toujours la même idée qui s'exprime, votre détestation de ce type de cinéma, affaire de (dé)goût, pas vraiment de regard "critique", mais bon, là aussi ça n'a aucune importance.

Manu a dit…

Valzeur, c'est Yann Moix !