lundi 10 avril 2017

[...]

Dans une réplique classique d'une comédie hollywoodienne loufoque, la fille demande à son petit ami: "Tu veux m'épouser?" "NON!" "Arrête de tergiverser! Donne-moi une réponse claire!" D'une certaine façon, la logique sous-jacente est correcte: la seule réponse claire et acceptable pour la fille, c'est: "Oui!" Donc toute autre réponse, y compris un: "Non!" clair, est considérée comme un faux-fuyant. La logique sous-jacente est (...) celle du choix forcé: vous êtes libre de décider, à condition de faire le bon choix. (Slavoj Zižek, Cités n°16, Jacques Lacan, Psychanalyse et politique, 2003)

Sinon à venir: "Gray's anatomy", un post sur The lost city of Z, et après... LA QUILLE!

[ajout du 15-04-17] Un peu de politique-fiction (pour changer). Nous sommes le 24 avril au matin. Il est 10h30. Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle viennent seulement de tomber: Le Pen et Mélenchon seraient qualifiés pour le second tour. J’écris ça au conditionnel car c’est tellement serré qu’un recomptage des voix n’est pas à exclure. Jugez plutôt: Marine Le Pen: 21,5%, Jean-Luc Mélenchon: 21,3%, François Fillon: 21,2%, Emmanuel Macron: 21%. 10h52: Alors que Macron n’a toujours pas repris connaissance (il s’est évanoui à l’annonce des résultats), l’autre grand battu, Figarillon, arrivé 3e - "la place du con" comme disent les sportifs, "la médaille en chocolat" rectifierait Bayrou - fait savoir sur BFMTV, appuyé en cela par Copé, qu’il conteste les résultats, pointant de nombreuses irrégularités dans le déroulement du scrutin et menaçant, si sa demande de recompter les bulletins n’était pas prise en compte, de saisir la justice. 11h17: Sarkozy estime de son côté que Fillon a été battu, même s'il s'est bien battu, et qu'il doit reconnaître sa défaite (sous-entendu: bien fait pour sa gueule). 11h20: Juppé, lui, dit qu’il s’en fout. 12h05: Benoît Hamon, arrivé premier des candidats dont les frais de campagne ne seront pas remboursés (il a fait 4,7%, haut la main, devant Dupont-Aignan et Poutou), déclare sur BFMTV qu’il renonce momentanément à la démocratie participative pour se consacrer au financement participatif, cf. son site de crowdfunding qu’il vient d’ouvrir: RMU - "remboursement maximum utopique", ironise Valls, à 12h34, estimant que, même si on l’a un peu poignardé dans le dos, c’est surtout lui qui s’est planté. 13h00: Macron aurait repris ses esprits, quelques secondes, le temps que Bayrou lui confirme son élimination, avant de retomber dans les pommes. 13h20: Sur BFMTV, Fillon accuse Hollande d’avoir magouillé pour que des bulletins de vote en sa faveur, des milliers d’après lui, ne soient pas comptabilisés - il a les preuves. 13h31: Hollande réagit depuis l’Elysée: "Oh l’autre..." Pendant ce temps-là, Le Pen, habillée d’une longue veste en cuir noir, rabbi-bochée avec Papa, rappelle à toutes fins utiles (c’est en direct sur TF1, France 2, BFMTV, LCI et CNews), que dans 15 jours il faudra choisir entre l’Ordre et le Chaos. Mélenchon, lui, incapable de choisir entre le treillis et le survêt, opte finalement pour sa tenue de franc-maçon et prend la parole à 13h40 précises, depuis son QG de campagne (c’est en direct sur les mêmes chaînes + TV Venezuela), se lançant dans un magnifique discours, enflammé, passionné, mais sans arrogance, sans animosité, un discours de futur président, avant de conclure: "la blondasse, je vais l’écraser!". 14h01: On apporte des sels à Macron. 14h28: Fillon confie sur BFMTV que si on ne recompte pas les voix, lui et Penelope pourraient se suicider. "Alors là, c’est le pompon" raille Christine Angot, qui passait par hasard, au même moment, sur France 2... 22h15: j’ai réussi à dormir un peu. A la télé, c’est toujours l’imbroglio. Macron a été hospitalisé, Fillon est bien vivant, décidé à ne rien lâcher... Le Pen affirme qu’elle aime les immigrés, Mélenchon qu’il faudra composer avec le monde de la Finance, le second tour est lancé alors que les résultats du premier restent en suspens. Comme ça risque de durer longtemps, je décide de relire Le Vicomte de Bragelonne, mon roman favori.

PS. Nous sommes le 27 avril: les voix sont finalement recomptées. C’est Macron (tout juste sorti de l’hôpital) qui maintenant est en tête devant Fillon... Euh non, on a oublié la Guyane, Mélenchon repasse 2e... Hein quoi? Macron aurait été poignardé avec le couteau de Hamon, un de ceux qu’il avait dans le dos et qu’on lui aurait volé. On soupçonne Fillon et Le Pen. Tous les deux sont arrêtés. Macron, de retour à l’hôpital, rappelle qu’il est gentil et qu’il ne faut pas siffler. De toute façon, l’élection est annulée... "Ah merde, et ma dynamique alors..." se désole Mélenchon.

60 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonne remarque, qui montre le caractère très borné de certains personnages.Je n'ai pas encore retrouvé la screwball comedy en question. C'est marrant de vous lire sur la screwball comedy: j'ai justement re-visionné His Girl Friday/La dame du vendredi (Howard Hawks, 1940) ce week-end. Pas le plus drôle des films, mais quelle énergie, quel sens du rythme (le fast-talking propre à Hawks) et quelles interprétations ! Rosalind Russell est géante.

Ludovic

Buster a dit…

Je ne me souviens pas de quel film il s'agit, Zizek ne le précise pas. Si quelqu'un sait...

Sinon j'adore la screwball comedy: Bringing up baby, La 8e femme de Barbe-Bleue, Sylvia Scarlett, Cette sacrée vérité... vus et revus de nombreuses fois.

Anonyme a dit…

Moi aussi, pas autant que le film d'aventures, mais quand même.
Je me souviens de l'accent de Carole Lombard dans Nothing Sacred (William A. Wellman, 1937), quand elle hèle le docteur, ses bras agités en l'air, etc.

En ce moment je revois des Hawks. Ce weekend, outre His Girl Friday, je me suis fait une cure (2X) de Rio Bravo. Toujours magistral, avec son combat pour la dignité, la reconnaissance, l'intégration professionnelle. Demain, ce sera gentlemen Prefer Blondes, et puis The Thing, etc.
Bien obligé, les sorties en salles ne suscitent pas beaucoup de désir... je vais aller voir une 3ème fois The Lost City of Z, déjà dans mon top 10 annuel (avec Split, bien sûr) ; il va être très difficile de les atteindre, ces deux-là.

Le dernier Arnaud des Pallières, Orpheline, il vaut quoi ?

Prochainement, la resortie du Valmont, de Milos Forman...

Ludovic

Buster a dit…

Pas vu Orpheline… pas trop tenté à vrai dire. Des Pallières, il y a toujours des trucs très forts dans ses films qui rappellent qu’il est l’auteur de Disneyland, un film assez fascinant, mais c’est souvent gâché par trop d’artifices formels et narratifs qui complexifient à outrance son propos, ça devient vite pesant (à côté Desplechin et Bonello c’est de la dentelle).

Lucie a dit…

Bon alors Buster, c'est quoi pour vous le bon choix ? Macron ou Hamon ? :-D

Anonyme a dit…

OK ce n'est pas pour moi, visiblement. En même temps, quand je lis le synopsis du film (une femme à 4 âges de sa vie), j'ai l'impression de lire la trame d'un roman...
Je regarderai Disneyland, juste au cas où...

Quelques films intéressqants :
- Lettres de la guerre, de Ivo M. Fereira: ça sent le mélodrame à plein nez, j'irai probablement le voir.
- Gold, de Stephen Gaghan, : aventures, et j'aime bien Matthew McConaughey.
- Life, origine inco,nnue, de Daniel Espinosa : SF avec Jake Gyllenhaal. Peut-être.
- Glory, de Kristina Grozeva et Petar Valchanov. Comédie grinçante à la Kustiruca ?
- Mister Universo, de Tizza Cozzi et Rinaer Frimmel. L'histoire est aventureuse et drôle, du moins sur le papier.
Peut-être Get Out, la seconde sensation horrifique de l'année, après Split...

Ludovic

Buster a dit…

Vous êtes bien curieuse Lucie :-) Ce qui est sûr c’est que ce n’est pas en lisant les âneries écrites dernièrement par quelques philosophes "binaires", BHL (appelant à voter Macron et surtout pas Mélenchon), Lordon (expliquant pourquoi il ne faut pas voter au centre et donc Macron) et Maniglier (demandant à Hamon de se retirer au profit de Mélenchon), que ça va m’aider à me décider... ou alors si, à voter Lassalle, lui au moins c’est simple, je ne comprends pas un traître mot de ce qu’il raconte.

Sacré programme Ludovic, vous me direz ce qui vous a plu...

Anonyme a dit…

Votez Mélenchon !

Anonyme a dit…

C'est pas con ce que dit Patrice Maniglier dans sa lettre ouverte à Hamon

Anonyme a dit…

C'est une ébauche de programme. Mais je vous en reparlerai.

Pour votre billet sur The Lost City of Z : tant que vous y êtes, vous pourriez parler de la désertion du cinéma français : on n'y fait presque pas de film d'aventures, alors que ce sont les plus ouverts au monde, et sur les très rares films d'aventures français, aucune référence, rien à ramener à la maison. (Idem pour les films d'espionnage, ils sont rares et souvent décevants.)

L'autre côté du programme, c'est soit Macron soit Fillon.
Mon pronostic: Macron, vote utile/républicain au 2nd tour.

Ludovic

Buster a dit…

Si, c’est con ce que dit Maniglier… il ne s’agit pas de faire gagner la gauche à n’importe quel prix… c’est irrespectueux pour Hamon et ceux qui le soutiennent, quand bien même il ne ferait que 7-8%... en plus comme je l’ai déjà écrit, le score combiné Hamon-Mélenchon est fixe depuis la primaire de la gauche autour des 26-27%, la poussée de Mélenchon est inversement proportionnelle à la dégringolade d’Hamon, les voix gagnées par l’un correspondent aux voix perdues par l’autre, autant dire que les électeurs d’Hamon prêts à voter Mélenchon sont déjà pratiquement inclus dans les 18-19% que celui-ci aurait actuellement, il peut espérer 1 ou 2% de plus mais c’est tout, le reste ce sont les électeurs d’Hamon qui eux ne voteront jamais pour Mélenchon (sauf bien sûr en cas de second tour Le Pen-Mélenchon), par rancoeur ou conviction, parce que Hamon a beau être plus proche de Mélenchon que de Macron, son programme n’est pas soluble dans celui de Mélenchon… donc tout ça n’a aucun sens, c’est de la tambouille de militants.
Le PS est mort (et il serait dégueulasse d’en faire porter le chapeau à Hamon), il renaîtra (c’est nécessaire même pour la droite, pour rétablir l’équilibre), mais c’est sûrement pas Mélenchon qu’il y aidera, trop "jacobin" au sens premier du mot, pas assez européen…
En attendant, reste l’expérience Macron, le roi du grand écart (attention au claquage!), du grand n’importe quoi, peut-être aussi, j’en sais rien c’est complètement inédit (pour l'instant c’est plutôt thèse et antithèse, il faudrait la synthèse, Macron dialecticien? ça reste à prouver, mais bon, pourquoi pas…)

Hé Ludovic, vous vous plaignez à juste titre du manque de films d'aventures en France, cinq années avec Macron, ça pourrait le faire non? :-D

Anonyme a dit…

Ah ben, c'est sûr qu'avec Macron on a du produit à vendre et revendre. Jugez donc: un ex-inspecteur des finances, ex-banquier d'affaires chez Rotschild, assistant de Paul Ricoeur, devenu Ministre de l'Economie dans un gouvernement soi-disant socialiste, qui déclare qu'il n'est pas socialiste, mais libéral de gauche, et qui brigue, en marchant, la présidence de la République...c'est comme si on disait que Christine Boutin est testeuse de lubrifiant dans un bar gay au Vatican... ou que François Hollande, de partis en associations, de mairies en think tanks, est devenu le comique préféré des Français (il a fait 51%), qu'il s'évade sur son scooter incognito au milieu de la soirée pour aller tringler une (mauvaise) actrice française, pour ensuite briguer un rôle dans la série Dix pour cent, pour ensuite demander à être canonisé, pour ensuite...
Ludovic

Buster a dit…

Ha ha... très bon scénario, il n'y a plus qu'à trouver le réalisateur (Lucas Belvaux?) et surtout le comédien pour incarner Macron (là je vois pas, à part Macron lui-même...)

Gérard Miller a dit…

Et un second tour Macron - Mélenchon ? personne n'en parle

Buster a dit…

Si c'est pour décerner un Molière, je dirais Mélenchon...

(mais Figarillon, dans la grande scène du 2, était pas mal non plus)

Pierrette Brès a dit…

Où sont passés mes pronostics pour le quarté du 23 avril ? C'est parce qu'ils ne vous ont pas plu que vous les avez supprimés ?

Anonyme a dit…

Mélenchon Story:

parle d'égalité(s) alors qu'il a déclaré un patrimoine, environ 1 million, largement supérieur au patrimoine moyen des Français...
propriétaire de 2 maisons, se bat contre les propriétaires...
aucun véhicule à moteur.. encore un bobo qui va faire la guerre aux automobilistes...
né au Maroc, il veut interdire les crèches dans les mairies...
côté physique, en bon rival de Hollande, on va passer des sans-dents au dents pourries, sacré progrès...

En mars 2010, il prend à partie un étudiant en journalisme de Sciences Po qui l'interrogeait sur la réouverture des maisons closes, sujet sur lequel il ne souhaitait pas répondre. Il qualifie son interlocuteur de « refoulé politique de la petite bourgeoisie » et de « tête pourrie ». La vidéo est très largement partagée et commentée, Mélenchon admettant de la fatigue et finissant par déclarer : « Une certaine caste médiatique se déchaîne contre moi. J'ai commis le crime de lèse-vache sacrée. [...] Je me suis fait piéger »

En octobre 2010, un extrait du film Fin de concession de Pierre Carles le montre visionnant une interview de Xavier Mathieu, délégué CGT Continental AG à Clairoix par David Pujadas, qualifier le journaliste de « salaud » et de « larbin », lui reprochant de demander à plusieurs reprises au syndicaliste de désavouer des faits de dégradation dans la sous-préfecture de Compiègne par son syndicat, sans évoquer la violence sociale subie par ces ouvriers licenciés.

Durant la campagne présidentielle de 2012, il traite les journalistes du Petit Journal de « fachos », ajoutant que « ce sont des animateurs et pas des journalistes qui font dans la provocation ». Cette sortie fait suite à une série de boycotts des équipes de l'émission dans les meetings du candidat.

Selon Renaud Revel, journaliste à l'Express, Mélenchon a insulté un journaliste de l'hebdomadaire par 2 fois, les 23 et 26 mai 2012 en déclarant : « Qu’est-ce que vous faites encore là, sale petit espion ? Ça fait 3 jours que vous m’espionnez, rentrez à Paris écrire vos saloperies dans votre journal fasciste. Fichez-moi le camp, dégagez ! ». La société des journalistes de L’Express « condamne avec la plus grande fermeté » cette dernière agression verbale et explique qu'elle sera « particulièrement attentive aux déclarations de Jean-Luc Mélenchon et donnera à ses propos diffamatoires les suites judiciaires appropriées ».

Le 17 mars 2014, il insulte 1 journaliste qui tente de l'interroger. Bousculé par son cadreur, il s'énerve : « Abruti ! Qu'est-ce qu'il y a ? Je ne t'ai rien demandé, tu n'es pas obligé de me péter mes fleurs ». Puis il poursuit : « Quel crétin alors, poussez-moi cette vermine ! »

En mai 2014, Jean-Luc Mélenchon demande aux militants du Front de gauche de surveiller les journalistes, si possible en les filmant et plus particulièrement ceux de Libération et Le Monde.

Jean-Luc Mélenchon et ses proches s'offusquent également régulièrement du traitement par la presse de son image, précisément dans le choix des photographies illustrant les articles le concernant.

En novembre 2016, il s’en prend personnellement à 2 journalistes du Monde qu’il accuse d’être influencés par la CIA. Le Monde condamne alors avec « la plus grande fermeté ces attaques outrancières et se réserve le droit d’attaquer en justice certaines accusations, à l’évidence diffamatoires, proférées par M. Mélenchon »

Le 18 mars 2017, il refuse de répondre à un journaliste de l'émission C à vous de France 5, après que celui-ci lui a demandé « Vous pensez pouvoir gagner sans Benoît Hamon ? ». Mélenchon interpelle alors un membre de son équipe : « Jette-moi ça dehors ». « Vous avez vu ? Vous avez vu ce sale con ? Venu me parler de quoi ? Hamon, il n'y a que ça qui les intéresse. Des hyènes. »


Comme diraient les jumeaux Bogdanov (mais lequel???): "Ne Mélechon pas tout"
Ludovic

Buster a dit…

Lol.

Bah oui, Mélenchon n'est pas vraiment sympa comme type, d'où son relooking, sa nouvelle image et tous ses avatars numériques, pour aujourd'hui donner le change.
C'est pourquoi, s'il faut voter utile au second tour contre Le Pen, entre lui et Macron, indépendamment de leur programme, de la rhétorique un peu trop bien huilée de l'un et de la dialectique un brin cafouilleuse de l'autre, moi je préfère Macron, quand même plus plaisant...

Car comme dit Horace dans l'Art poétique "il obtient tous les suffrages celui qui unit l'utile à l'agréable" :-)

Anonyme a dit…

Attention, loin de moi l"insinuation qu'il faut se dégoter un mec (com)plaisant, avec ses faux airs de gendre idéal, propre à séduire toutes les tranches de la population. Je me contente d'un rappel des faits à charge contre le candidat Mélenchon. La liste ci-dessus ne prétend évidemment pas à l'exhaustivité.
Macron, paré de son jeunisme et de ses amis dans les médias (bfmtv), n'est pas meilleur ni pire, seulement différent dans la médiocrité. A chacun la sienne.
Toutefois, entre le candidat "en colère" et le candidat "en marche", je préfère ce dernier au titre de sa relative inexpérience politique : il aura probablement moins de tics, moins d'amis à gâter, etc.

Car comme dit Aristote dans Ethique à Nicomaque 'de deux maux, il faut choisir le moindre"

Ludovic

Ella a dit…

Elle pue la propagande cette liste à charge, et pas n'importe quelle propagande : "né au Maroc, il veut interdire les crèches dans les mairies", c'est quoi le rapport ?

Anonyme a dit…

Buster qui vote Macron, putain, on aura tout vu

Buster a dit…

Ah mais je ne suis pas macroniste, je ne parle que du second tour et des différents duels possibles… cela étant, des quatre postulants à la présidence, c’est bien Macron qui a ma préférence (sans être totalement dupe), si je procède par élimination, qui fait qu’à la fin c’est lui que je retiens, non parce que son storytelling (séduire la France comme il a séduit jadis sa professeure de français) est meilleur que celui des autres, mais pour le pied-de-nez que son élection représenterait pour tous les ténors de la politique (Mélenchon compris)… Après OK, avec Macron on ne sait pas où l’on va (ça risque d’être folklorique en termes de majorité), mais bon, qu’un blanc-bec sans expérience, sans parti, qui compte faire confiance à la société civile autant sinon plus qu’à la classe politique, arrive ainsi au pouvoir, c’est tellement énorme, tellement inattendu (qui l’eût cru il y a seulement six mois, où l'on donnait Juppé puis Fillon grand gagnant de la présidentielle), plus encore que la poussée de Mélenchon et les effets du dégagisme, qu’on a envie de connaître la suite...

Anonyme a dit…

Les élections c'est sérieux Buster, c'est pas du cinéma

Anonyme a dit…

> Ella = aucune propagande puisque tout est vérifiable. Tout a déjà été rapporté par les médias. Reportez-vous aux médias cités et vous trouverez des articles.
Maroc/crèches : aucune propagande frontiste (je suppute que c'est votre sous-entendu), juste un rapport de cause à effet : ce pays n'admet pas d'autre objet de culte que ceux du culte musulman. Sa naissance dans ce pays l'a peut-être influencé.
D'autre part, ne retenir d'une liste qu'un seul élément, cela montre vos limites.

> Ni frontiste ni macroniste, ni gauchiste ni droitiste, j'ai une légère préférence pour le centre-droit. Macron n'en est pas loin. Je reste ouvert à d'autres options, mais les autres candidats qui m'intéressent sont dans des micro-partis... et bien entendu ils n'ont pas obtenu les fameuses/honteuses 500 signatures.

> Moi aussi j'aime bien l'idée qu'un jeunot sans parti fasse la nique aux habitués. Pas de "révolution" à l'horizon, mais comme un air de "changement".

Ludovic



Ella a dit…

"Sa naissance dans ce pays l'a peut-être influencé." Relation de cause à effet très légère, sinon carrément fumeuse... Et puis le Maroc à l'époque de la naissance de JLM était un protectorat français et non un pays souverain, donc que "ce pays n'admet(tait) pas d'autre objet de culte que ceux du culte musulman" ça reste à prouver.

Der Spieler a dit…

Faites savoir sur internet : http://img4.hostingpics.net/pics/840660IMG1345.jpg

Buster a dit…

Ha ha ha... né avec le noeud Nord conjoint à Pluton... trop mignon :-)

"Les élections c'est sérieux... c'est pas du cinéma"... ouais bah ça aussi, ça reste à prouver.

La politique oui, ça c'est sérieux, du moins ça devrait l'être... le problème c'est que je me suis jamais reconnu dans un candidat (sérieux) à la présidentielle, surtout au second tour où j'ai toujours voté utile (quand j'ai voté). Cette année ce sera pareil, un premier tour pour un "petit candidat", un vrai (pas Hamon, ha ha), je pense à Lassalle, le Spanghero de la politique, un homme en colère comme Mélenchon, opposé comme ce dernier au traité de libre-échange entre l'Europe et les USA, mais lui son truc c'est pas l'alliance bolivarienne (n'importe quoi) c'est l'Europe des échanges, ambigu lui aussi sur la Syrie, mais parce qu'il ne voit que Daech (dont les crimes sont médiatisés par Daech lui-même à la différence de ceux de Bachar, que nie le régime syrien), il ne demande qu'à ce qu'on lui dessille les yeux, surtout lui au moins il reste les pieds sur terre (il ne se prend pas pour le grand maître) et n'est pas entouré d'une armée de sans-culotte... en colère, donc, et aussi en marche, comme Macron, sauf que chez Lassalle c'est pas symbolique, c'est non seulement plus humble mais surtout concret, en contact vraiment avec les gens, loin des stratégies marketing... Donc voilà, un premier tour pour Lassalle (vote utile pour qu'il atteigne les 5%, c'est mal parti) et après, c'est à dire au second tour, eh bien on verra, en fonction de qui restera...

Buster a dit…

Mais entre la sale hyène, le vilain crocodile, le jeune loup et le vieux renard... bah je préfère le jeune loup.

Anonyme a dit…

Pourquoi Fillon en crocodile, parce qu'il porte des Lacoste ?

Jean Lassalle a dit…

Merci Buster, mais attention, les loups ça égorge les brebis.

Buster a dit…

Ah merde c'est vrai... et les renards ça tue les poules.

(bon bah du coup le 7 mai je suis libre)

Maximilien Ilitch Poutou a dit…

Vous rigolez, mais les scores que vous donnez (Marine Le Pen: 21,5%, Jean-Luc Mélenchon: 21,3%, François Fillon: 21,2%, Emmanuel Macron: 21%, Hamon : 4,7%) sont tout à fait plausibles ! Et là on rigolera moins...

Anonyme a dit…

:DDD

"Le Pen rabbi-bochée avec Papa" excellent!

valzeur a dit…

Hello Buster,

Non, pas Macroooooooonnnnnnn !!!!

valzeur a dit…

C'était un cri du coeur.

Buster a dit…

Salut valzeur,

Si au second tour, par défaut, j’ai bien peur... Macron m’indiffère alors que je hais Le Pen, déteste Fillon et que Mélenchon m’insupporte. Vous allez me parler de programme, de morale, etc, mais les présidentielles c’est pas les législatives, ce sont des personnalités qu’on élit, c’est elles qui vont déteindre sur la politique qui sera menée (la cohabitation c’est fini), voyez Sarkozy et Hollande… Donc voilà, je préfère un truc informe ouvert à tous les vents qu’un machin bien rigide, enfermé dans son idéologie (quelle qu’elle soit).

Sinon quelles sont les dernières horreurs que vous avez vues au cinéma?

φ a dit…

Ce que vous ne comprenez pas Buster, c'est qu'il faut que ça change et que ce soit RADICAL, on n'en peut plus de ces demi-mesures, ces faux-fuyants, ces volte-face.., il faut scier la branche pourrie que représente le néolibéralisme. Macron ne changera rien, c'est un néolibéral, de gauche ou de droite peu importe, c'est toujours la même politique. Il faut en sortir. le programme de Mélenchon n'est pas exempt de certains défauts, de certains excès, mais ce sont des trucs de politique extérieure, comme la Syrie et l'ALBA, les points faibles de Mélenchon que la droite et la gauche molle mettent en avant, parce que sur le reste, le plus important qui est le partage des richesses, elles n'ont aucune prise, surtout sur les classes les plus défavorisées qui vivent au-dessous du seuil de pauvreté ou à peine au-dessus et qui sont de plus en plus nombreuses.
C'est pour cela qu'il faut voter Mélenchon dès le premier tour ,il n'y a pas d'alternative.

Anonyme a dit…

Vu l'opéra, j'ai trouvé le film pas mal mais un peu sec, la marque du réalisateur est un peu trop marquée à mon goût. Mais il y a deux beaux personnages: le directeur de l'opéra et un jeune ténor russe. Dans le genre films sur des institutions je préfère l'approche de Wiseman qui ménage davantage d'espace pour la réflexion. Son film sur l'Opéra était toutefois plutôt loupé.

Buster a dit…

Moi j’ai vu Félicité d’Alain Gomis… mouais, les scènes de bar sont pas mal, surtout la première, mais c’est quand même très convenu au niveau scénario, et puis la forme, ouh là là, on dirait les Dardenne au Congo…

Phi
Comment ça, pas d’alternative… Hamon est toujours là il me semble… qu’il ne soit plus dans la course parce qu’il s’est fait siphonner ses voix par Mélenchon, plus exactement parce que beaucoup d’électeurs socialistes, après l’avoir choisi, l’ont abandonné sans scrupules comme une vieille chaussette au profit de Mélenchon, sans se poser d’autres questions que celle de faire gagner la gauche coûte que coûte, n’implique pas l’absence d’alternative. Je pense que les socialistes auraient au contraire tout intérêt à sauver le soldat Hamon, c'est-à-dire les meubles, pour que le PS puisse renaître, retrouver ses valeurs, et non se traîner lamentablement dès le premier tour aux pieds de Mélenchon, situation humiliante et d’autant plus jouissive pour Mélenchon qu’on sait son désir de revanche sur le PS. Et quand j’entends Corbière exigeait que Hamon et même Poutou retirent leur candidature pour optimiser les chances de victoire de Mélenchon, ça me conforte dans l’idée peu reluisante que je me fais des gens de FI (enfin pas tous, j’aime bien certains comme Clémentine Autain, elle me fait penser à Karine Viard en moins drôle).
Scier la branche pourrie du néolibéralisme OK, sauf qu’on n’est pas à côté de l’arbre pour scier la branche et la regarder tomber, on est assis dessus. Et la scier c’est se casser la gueule. Sortir du néolibéralisme ne peut se faire que par étapes (à commencer par quitter la branche et descendre de l’arbre), je ne crois pas (ou plus) à ces grandes chimères révolutionnaires qui consistent à vouloir tout changer, brutalement et de façon autoritaire… FI c’est peut-être la France insoumise, mais c’est aussi, par sa manière, la France intransigeante, et j’aime pas ça. C’est sûrement très bourgeois ce que je raconte, mais je m’en fous j’assume.

Anonyme a dit…

Oui en effet, c'est très bourgeois

Anonyme a dit…

Non c'est pas spécialement bourgeois, ce sont de vraies questions. Cela dit, on peut trouver Mélenchon pas si révolutionnaire que ça avec son programme keynésien de relance par l'investissement public et la consommation. Ce sont de vielles recettes, qui d'ailleurs n'ont pas bien marché (mais la situation est nouvelle).

Buster a dit…

Oui c'est vrai que chez Mélenchon la révolution c'est surtout dans l'esprit, en pratique en dehors des outils de campagne faisant la part belle aux nouvelles technologies c'est quand même très daté... sur le plan économique, je ne suis pas assez calé pour juger des bienfaits ou non du keynésianisme (je ne connais que le théorème de Mme Rabourdin chez Balzac, favoriser l'inflation et la croissance en jetant l'argent par les fenêtres pour qu'il rentre par les caves) remis au goût du jour depuis la crise financière, mais ça reste controversé... ce qui est sûr c'est que la réussite de son programme est conditionnée par plein de facteurs, dette soutenable, taux d'intérêts bas et surtout renégociation des traités européens pour obtenir ce fameux emprunt de 100 milliards directement de la banque centrale et rien que ça je doute que l'Allemagne l'accepte, autant dire que c'est la sortie de l'euro qui se profile, on ne va pas comme pour la Grèce passer des mois et des mois à négocier avec l'Europe et le FMI... bref tout ça paraît très aléatoire. Cela dit la réduction violente des dépenses publiques défendue par Fillon et Macron pour respecter nos engagements européens ça ne marche pas non plus, ça bloque les salaires et ça aggrave l'endettement... Reste le truc de Piketty soutenu par Hamon sur le défaut partiel de la dette, il faudrait que je relise ça, c'est assez compliqué, j'ai pas tout compris, mais à quoi bon puisque Hamon n'est plus dans la course...

Anonyme a dit…

Bon alors, Macron, Lassalle ou Hamon, faudrait savoir

Buster a dit…

Lassalle (avec un pensée émue pour Hamon)... vote parfaitement inutile

au second tour il y aura Le Pen ou Mélenchon (pas les deux) face à Fillon ou Macron (pas les deux), on verra...

Anonyme a dit…

En cas de présence de Mélenchon au second tour, Piketty votera pour lui !

Buster a dit…

Oui comme Hamon

le débat sur l'Europe entre Piketty qui soutient Hamon et Généreux le conseiller économique de Mélenchon

Cassini a dit…

Puisque aucun argument ne vous fait plier Buster, écoutez cette chanson : https://youtu.be/A4rOHGPgX9k. Si après ça si vous ne glissez pas un bulletin JLM dans l'urne, vous êtes irrécupérable...

Anonyme a dit…

Vous êtes agriculteur Buster ?

Buster a dit…

Ha ha (parce que je vous parle de Lassalle?). Non.

Cassini a dit…

Lassalle vu d'Amérique : https://www.youtube.com/watch?v=hkZir1L7fSY

(le passage sur Le Pen n'est pas mal non plus...)

Buster a dit…

Lol, Le Pen "demagogic asshole"...

(le coup des crêpes est pas mal aussi)

Anonyme a dit…

Vous voyez toujours Le Pen et Mélenchon au 2e tour ?

Buster a dit…

Ah non, moi je vois rien du tout... je me contente de regarder.

Maman Soleil a dit…

Vous faites bien des pronostics ? Voici les miens : Macron 26 ; Le Pen 23 ; Fillon 17 ; Mélenchon 16 ; Hamon 8 ; Dupont-Teigneux 4 ; Lassale 2,5 ; Poutou 1,5 ; Arthaud, Asselineau & Cheminade se partagent les miettes. Au second tour : une déculottée méritée pour la fille Le Pen, du genre 72-28. Et 5 ans de hollandisme révolutionnaire derrière.

Liêm Hoang-Ngoc a dit…

Plus que cinq jours pour vous décider Buster. Pas Hamon, pas Macron, pas Lassalle ... ME-LEN-CHON !

Buster a dit…

C'est qui Mélenchon?

mircea a dit…

Quel enfer cette félicité, nous sommes sortis de la salle au bout d'une heure.. Encore eu la bêtise d'écouter les critiques presses... J'ai du mal à supporter cette manière de filmer... Et tout semble bricolé.. Dommage car la première séquence est vraiment belle... Il y a quelque chose de très mythologique dans la façon dont les personnages sont mis en place...

mircea a dit…

Jean Luc melenchon: candidat malheureux à la présidence française (20012 et 2017) il fondd une organisation non gouvernementale en 2018 vouée au rayonnement de la générosité et de la bienveillance. En 2023, son organisation est qualifiée de secte, elle est démantelée et son créateur emprisonné

Anonyme a dit…

Alors ? Macron ou Mélenchon ?

Buster a dit…

Ah visiblement mircea n'est pas mélenchoniste :-)