jeudi 9 juin 2016

A Sunny Day in Glasgow


Ryan Newmyer, Jen Goma, Ben Daniels
Josh Meakim, Adam Herndon et Annie Fredrickson
(de g. à d.)



POP EYE  # 08

Planning weed like it's acid / Life is loss, A Sunny Day in Glasgow.

Un double EP qui n'égale peut-être pas Sea when absent, le précédent album, quoique, mais dans lequel se confirment toutes les qualités du groupe de Ben Daniels. La musique d'ASDIG c'est comme un cocktail, un savant dosage de shoegazing et de dream pop, qui mêle la douceur des voix de Jen Goma et Annie Fredrickson à la rugosité noisy des instruments, parfois jusqu'à la discordance ("Bimbo", "Follow me", "Recognizing patterns")sans pour autant rompre la ligne, de sorte que la mélodie reste là, un peu enterrée mais bien là; alors qu'à d'autres moments c'est l'inverse, c'est la mélodie qui surnage, recouvrant les dissonances ("Jewelry duty", "I can't live without your love", deux titres magnifiques). Au final, une musique vivifiante, qui vous stimule, et - cerise sur le gâteau, ou plutôt accrochée au verre du cocktail - sans chercher à vous bluffer, contrairement à tant de groupes aujourd'hui. On évoquera comme toujours My Bloody Valentine, période Strawberry wine (un autre cocktail, hé hé), ou encore Cocteau Twins (un cocktail, deux Cocteau... hips), mais bizarrement c'est à la scène canadienne, à un groupe comme Broken Social Scene, que l'album m'a fait le plus penser...

Jet black, starlit - Hey, you're mine - Bimbo - Follow me (Only) - Jewelry duty - Days & more nights - Recognizing patterns - Dedicate your love to silence, talk about the loss (Sentimental ghosts) - I can't live without your love.

PS. Ryan Newmyer et Jen Goma, c'est aussi, avec Kurt Feldman (de Ice Choir et The Pains of Being Pure at Heart), le groupe Roman à Clef, auteur en 2015 d'un très beau premier album: Abandonware (merci mike pour la découverte).

Aucun commentaire: