dimanche 20 décembre 2015

Here We Go Magic


Michael Bloch et Luke Temple





POP EYE # 05

Be small, Here We Go Magic.

Et Luke Temple (Here We Go Magic) est arrivé... Avec Be small, son dernier album, j'ai enfin trouvé le quatrième as, celui qui, en s'ajoutant aux trois autres, à savoir Thank your lucky stars de Beach House, Poison season de Destroyer et No song, no spell, no madrigal de The Apartments, forme mon "carré d'as" de l'année, carré magique évidemment. Autant dire que l'ordre, tel que je l'ai établi pour la playlist, n'a que peu de valeur. Be small est aussi grand, aussi beau, que ses trois colistiers. Sous son allure lo-fi, son côté bric-à-brac, parfois discrépant, il est parcouru du premier au dernier morceau par la même ligne tenue, wyattienne, à la fois fragile et obstinée, qui pour le coup ne révèle pas d'emblée toutes ses richesses, ne s'imposant qu'après plusieurs écoutes, mais juste deux ou trois, pas plus. Qui fait surtout que la sympathie éprouvée au début, simplement parce qu'on y retrouve la musique qu'on aime (Steely Dan sur "Be small", The High Llamas sur "Girls in the early morning", Robert Wyatt sur "Dancing world"), se transforme progressivement en pure passion, de cette passion que seuls les albums qui semblent avoir été conçus spécialement pour vous sont capables de procurer. En toute intimité.

Intro - Stella - Be small - Falling (vidéo: Sam Kuhn) - Candy apple - Girls in the early morning - Tokyo London US Korea (vidéo: Dick Black) - Wishing well - Ordinary feeling - News - Dancing world.

Bonus: la session live de HWGM pour Off the Avenue (Consequence of Sound), enregistrée en 2012: , et .

6 commentaires:

Lucie a dit…

Mince, déjà le billet sur Here We Go Magic.

Mais où allez-vous Buster pour être aussi pressé ?

Buster a dit…

Retrouver ma maman mamuya et mon papa papou…

Lucie a dit…

Hi hi, super le mélange !

Buster a dit…

Merci :-)

Anonyme a dit…

C'est beau Be Small

Buster a dit…

Bobby Small, c'est qui çui-là?