lundi 21 décembre 2015

[...]




Mon Top films 2015: (par ordre alphabétique)

10:
- Comme un avion de Bruno Podalydès
Crazy Amy (Trainwreck) de Judd Apatow
Fatima de Philippe Faucon
- Hacker (Blackhat) de Michael Mann
Hill of freedom de Hong Sang-soo
- Nuits blanches sur la jetée de Paul Vecchiali
Pasolini d'Abel Ferrara (sorti le 31-12-2014)
- Réalité de Quentin Dupieux
Vincent n'a pas d'écailles de Thomas Salvador
The visit de M. Night Shyamalan

+5:
- Caprice d'Emmanuel Mouret
Mia madre de Nanni Moretti
- L'Ombre des femmes de Philippe Garrel
Le Pont des espions de Steven Spielberg
- La Sapienza d'Eugène Green

Et puis une image, celle, vert fluo, des soldats endormis dans l'école-hôpital de Cementery of splendour d'Apichatpong Weerasethakul... une séquence, celle, émouvante, des "pinsonneurs" de Lisbonne (et pas des Lilas, ha ha), préparant leurs passarinhos au concours de chant, dans les Mille et une nuits de Miguel Gomes... une rencontre, celle, étrange, "à l'étuve", entre Depardieu et Huppert dans Valley of love de Guillaume Nicloux...

Le plus beau film de l'année: Tourments de Mikio Naruse (1964).

Le pire film: The smell of us de Larry Clark.

Pas vus: A la folie de Wang Bing - Kommunisten de Jean-Marie Straub - Révolution Zendj de Tariq Teguia - Sangue del mio sangue de Marco Bellocchio - Au-delà des montagnes de Jia Zhang-ke...

106 commentaires:

Griffe a dit…

Salut Buster,

Vous n'avez pas vu non plus Chant d'hiver ? Dommage...

Voici la liste de mes 10 de coeur :

1 - Kommunisten
2 - Chant d'hiver
3 - Une histoire de fou
4 - Caprice
5 - (valzeur va hurler) Valentin Valentin
6 - Les Jours d'avant
7 - L'homme irrationnel
8 - (valzeur va m'embrasser) While We're Young
9 - Knight Of Cups
10 - It Follows

Pasolini s'y serait retrouvé s'il n'était pas sorti trop tôt, tricheur !

Pas encore vu : Tourments.
Aucune envie de voir : Hill Of Freedom, La Sapienza, les deux derniers volets de la trilogie de Gomes, le nouveau Star Wars...

Bon voyage !

Griffe a dit…

J'oubliais : d'accord avec vous pour le pire film de l'année !

Buster a dit…

Salut Griffe,

Merci pour votre liste. Non, je n'ai pas vu non plus le film de Iosseliani, le Guédiguian, le Thomas, le Baumbach (malgré la promesse faite à valzeur), en fait j'en ai loupé pas mal :-)

Lucie a dit…

Recoucou Buster,

Mon Top de Noël avant que vous partiez !

1) Trois souvenirs de ma jeunesse (Arnaud Desplechin)
2) Caprice (Emmanuel Mouret)
3) Mia madre (Nanni Moretti)
4) L’Homme irrationnel (Woody Allen)
5) Fatima (Philippe Faucon)
6) Comme un avion (Bruno Podalydès)
7) Vincent n’a pas d’écailles (Thomas Salvador)
8) L’Ombre des femmes (Philippe Garrel)
9) Vice-Versa (Pete Docter)
10) Hill of Freedom (Hong Sangsoo)

Buster a dit…

Merci Lucie,

4/10 (ou 7/15): pas mal, record à battre! :-)

valzeur a dit…

Hello Buster,

Hors catégorie et meilleures qu’à peu près tout ce que j’ai vu de 2015, trois reprises :
- Le Prince de Hombourg (1997) : Marco Bellochio
- La Coupe à dix francs (1975) : Philippe Condroyer (la seule révélation indiscutable de 2015 et, vraiment à contretemps puisque que survenant 40 années après la sortie confidentielle du film)
- Walkabout (1971) : Nicholas Roeg

Sinon, 10 films de 2015 dont les qualités excèdent de loin ou d’assez loin les défauts :
- The Lobster : Yorgos Lanthimos
- Le Challat de Tunis : Kaouther Ben Hania
- It follows : David Robert Mitchell
- Sous-sols : Ulrich Seidl
- While we were young : Noah Baumbach
- Réalité : Quentin Dupieux
- (Griffe va hurler) Le Pont des espions : Steven Spielberg
- Mad Max - Fury road : George Miller
- Hacker : Michael Mann
- (Griffe va s'égosiller) Dheepan : Jacques Audiard

Après il y aurait : Pasolini, Comme un avion, L’Hermine…

Pas vu : Kommunisten, The Smell of us, le Wang Bing, le Malick, le Guédguian, Chant d’Hiver, le Green, le Apatow, le Mouret - et celui que je regrette le plus Le Caravage

Encore plus excitante, la liste des pires films de l’année :
1. Mia Madre : Nanni Moretti
2. Les Anarchistes : Elie Wajeman
3. American Sniper : Clint Eastwood
4. Maryland : Alice Winocour
5. Vincent n’a pas d’écailles : Thomas Salvador
6. Sicario : Denis Villeneuve
7. Une jeunesse allemande : Jean-Gabirel Périot
8 ex-aequo : Mustang : Deniz Gamze Ergüven
A peine j’ouvre les yeux : Leila Bouzid
10 ex-aequo. Trois souvenirs de ma jeunesse : Arnaud Desplechin
Les mille et une nuits : Miguel Gomes

Un choc invraisemblable : voir Valentin Valentin figurer dans la liste +++ de Griffe alors qu’ayant vu ensemble le film on avait daubé dessus en sortant… Encore plus fort que mon retournement sur le Spielberg (que j’aime bien quand même !)

valzeur a dit…

Buster, je pense de plus en plus que Lucie est votre votre double travesti à la façon de Michael Caine dans Pulsions (et ça fout les jetons !)

Buster a dit…

Salut valzeur,

Merci. 2/10, c'est la moyenne habituelle, non?

Cette année, je n'ai pas fait ma liste des flops: outre The smell of us, il y aurait Birdman, Big eyes, Dheepan, American sniper, Le journal d'une femme de chambre, La loi du marché, La tête haute...

Euh, moi et Lucie comme Michael Caine dans Pulsions? Vous voulez dire que je suis un gros schizo?

valzeur a dit…

Hé hé, oui, et peut-être que vous vous habillez en femme pour écrire les messages de Lucie !

Oui, cette année nous sommes dupio-manniens… et Griffe et moi-même baumbacho-mitchelliens… et Griffe presque ferrarien comme vous.

Je regrette qu’aucun de vous n’ait pu voir la Coupe à dix francs, film très marquant qui s’impose dans mon souvenir comme du Pialat réussi, avec aussi quelque chose de chabrolien dans les personnages de notables (résumé de très vieux épisodes précédents : je déteste assez franchement MP, à deux ou trois moitiés de film près).

Surpris de trouver Knight of Cups dans la liste de Griffe, je n’y suis pas allé, Clark m’en a dissuadé (il est sorti après 45 minutes).


Anonyme a dit…

Bonsoir Buster,

Je constate que vous avez trouvé un successeur à Boyhood ; pour ma part je n'en ai pas trouvé à Le vent se lève. Je n'ai même pas déniché de quoi remplir un top ten...

1. Le Pont des espions, Steven Spielberg
2. Cemetery of Splendour, A. W.
3. Notre petite soeur, Hirokazu Kore-Eda
4. Crazy Amy / Trainwreck, Judd Apatow
5. American Sniper, Clint Eastwood
6. Blackhat/Hacker, Michael Mann
7. Vers l'autre rive, Kiyoshi Kurosawa
8. Knight of Cups, Terrence Malick



Et puis...
Mission Impossible 5 Rogue Nation, Christopher McQuarrie
Mad Max : Fury Road, George Miller
The Voices, Marjane Satrapi
It Follows, David Robert Mitchell
The Visit, M. N. Shyamalan


Films d'animation :
- Bob l'éponge, un héros sort de l'eau, Paul Tibbitt
- Les nouveaux héros, Don Hall, Chris Williams
- Vice Versa, Pete Docter

Pas vus :
- Hill of freedom, HSS
- Jobs, D Boyle
...

Ne veus surtout pas voir/flops :
Desplechin, Moretti, Mouret, W. Allen, The Lobster, Dear White People, Audiard, La isla minima, The smell of us, le Desplechin,


Pour 2016 :
- The Assassin, Hou Hsiao Hsien
- Midnight Special, Jeff Nichols
- Star Trek : Beyond
- Jane got a gun
- S.O.S. Fantômes 3
- La cité perdue de Z, James Gray
- Silence, M. Scorsese
- Ave César!, frères Coen

Ludovic

Buster a dit…

valzeur, faut que je reprenne ma thérapie alors… Non, Lucie je ne sais pas qui c’est, mais je suis convaincu qu’elle (ou lui?) fait partie de mon entourage (j’ai dit de mon entourage, pas de moi-même :-)

Knight of cups, je l’ai vu… pas vraiment aimé, mais comment dire, c’est moins pire que A la merveille qui lui-même était moins pire que The tree of life… Pour le dire autrement, on y prend un certain plaisir à s’emmerder.

salut Ludovic,
merci, c'est noté... trois films en commun, voire quatre avec le Shyamalan.

De Palmito a dit…

Putain, Lucie c'était Buster, j'en reviens pas

Anonyme a dit…

Décidément, les films japonais ne vous parlent pas du tout. Le Kore-Eda est vraiment très touchant, même si la mise en scène ne vaut pas celle du Spielberg.
Ludovic

Buster a dit…

De Palmito > Mais non c'est pas moi, Lucie dites-leur nom de Dieu...

Ludovic > Pas vu le Kore-Eda mais c'est vrai que je suis beaucoup moins sensible au cinéma japonais d'aujourd'hui qu'à celui d'hier. C'est pour ça d'ailleurs que je considère Tourments de Naruse comme le plus beau film sorti cette année, même si c'est avec 50 ans de retard.

Anonyme a dit…

Moi aussi j'aime beaucoup Tourments / 乱れる (Midareru) réalisé en 1964. Hideko Takamine, la muse de Naruse, y est aussi magnifique que Setsuko Hara chez Ozu ou Kinuyo Tanaka chez Mizoguchi. Un bémol : le film est toujours aussi difficile à trouver dans le commerce.
Le cinéma japonais d'aujourd'hui avance sans argent ou presque, mais entre Kiyoshi Kuroswa, Takashi Miike, Takeshi Kitano et Kore-Eda on a quand même plusieurs très bons films à se mettre sous la dent.

vous ne voyez pas de films d'animation ?

Ludovic

Vimala Pons a dit…

Lucie c'est moi.

Anonyme a dit…

Je vous conseille à tous d'aller voir le Grand Jeu de Nicolas Pariser, beau film selon moi....
http://www.chronicart.com/cinema/nicolas-pariser-chaque-personnage-doit-etre-defendu/
http://www.chronicart.com/cinema/le-grand-jeu/

Buster a dit…

Ludovic > les films d'animation, j'en vois de temps en temps, cette année Vice-versa comme tout le monde, j'ai bien aimé

Vimala > oh?

valzeur a dit…

Hello Buster,

Dans votre entourage, Lucie ? On dirait une version unilatérale de The Shop around the corner. C'est beau et émouvant : "elle essaie de le séduire par son avatar cinéphile". Ou alors c'est votre boulangère bossue ?

À propos, Le Grand Jeu : 6/20, avatar (un autre) balzaco-rivettien tendance M6 épuré. Après une demi-heure intrigante, Pariser se livre à un vrai strip-tease des enjeux jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une énième romance atone sur fond de gauchisme paranoïaque. La toute fin est une globale déculottade ; Akoibon pour citer l'immortel Édouard Baer. Je vous le déconseille (sauf si vous n'êtes qu'Amour ? Tiens pourquoi pas rejoindre Lucie à la séance de 18h50, MK2 Bibliothèque, vous aurez un nounours géant gagné à la Foire du Trône et elle sera habillée comme Vimala Pons dans Comme un avion.)

valzeur

(En vacances, j'écris de mon téléphone et maîtrise mal votre truc pour s'identifier)

Anonyme a dit…

Merci à certains de réhabiliter le grand Iosseliani, laché par toute la critique(il y a 20 ans il faisait la couverture des Cahiers!).

Buster a dit…

Salut valzeur,

Ah oui The shop around the corner, quoique là ça serait plutôt Vous avez un mess@ge avec Tom Hanks et Meg Ryan :-)

Le Grand jeu, je le verrai à mon retour (de même que le JZK...), sur le papier, ça me tente moyen, on dirait un scénario de Jean-Marc Roberts, mais bon...

Buster a dit…

Chant d'hiver, je le verrai aussi

T. McK. a dit…

Pour finir cette année pas mal merdique avec au moins une bonne nouvelle à la clé : la résolution de début d'année de faire mieux pour les films en commun préférés est réalisée, exaucée, et haut la main :)

Buster a dit…

Super, j’imagine une bonne moitié :-)

T. McK. a dit…

Plus que les 5 du challenge, en tout cas. Mais j'en ai encore quelques-uns à voir.

Buster a dit…

Ok, je verrai ça sur votre page ;-)

Buster a dit…

Sinon il me manque les tops de §, $ (Shilling), Jeff, clark…

Anonyme a dit…

Le "grand" Iosseliani, il y a bien longtemps qu'il s'est rabougri...

Lucie a dit…

Non Buster, je ne fais pas partie de votre entourage, quelle idée ! Sinon vous auriez deviné depuis belle lurette.

Et puis franchement, vous me voyez faire des commentaires sur votre blog pendant des années sans dévoiler mon identité alors qu’on se connaîtrait dans la vie « réelle » ? C’est n’importe quoi.

Et que Valzeur arrête de fantasmer !

Buster a dit…

Désolé Lucie, je ne voulais pas vous fâcher… Tout ça, c’est de la faute à valzeur! :-)

§ a dit…

Par ordre alphabétique...

... les 5 premiers :

Le chant d'une île (Joaquim Pinto, Nuno Leonel)
It Follows (David Robert Mitchell)
L'ombre des femmes (Philippe Garrel)
Réalité (Quentin Dupieux)
Trois souvenirs de ma jeunesse (Arnaud Desplechin)

et les 5 suivants :

La chambre interdite (Guy Maddin, Evan Johnson)
Hill of Freedom (Hong Sang-soo)
Les mille et une nuits (Miguel Gomes)
Sangue del mio sangue (Marco Bellochio)
While We're Young (Noah Baumbach)

Je n'ai pas vu le Iosseliani et le Spielberg, dont j'espère beaucoup.

Je constate que deux films qui figurent dans votre top 10 sont à mes yeux parmi les pires de l'année : Pasolini et Hacker !

Mia Madre m'a parfois touché, le personnage de Moretti est très beau, mais c'est néanmoins une déception. Je trouve ça trop conventionnel et systématique. C'est vraiment un film qui caresse dans le sens du poil (émotion imposée) et du mauvais poil (constat désabusé). A mon avis, c'est le moins bon Moretti.

Buster a dit…

Merci §
Le Chant d’une île, il n’est pas sorti chez moi, je me rattraperai avec le dvd prévu dans 1 mois. It follows, je l’ai revu il n’y a pas longtemps, c’était un peu mieux, le portrait de la jeunesse y est assez touchant, moins couillon que la première fois (sauf la fin), mais bon, pas terrible non plus… le Desplechin, on en a déjà parlé. Le Moretti, certes n’est pas aussi formidable qu’on le dit (et que je l’espérais), c’est pour ça qu’il n’est pas dans les 10, mais je l’aime bien malgré tout… Pasolini et Hacker, bah oui, je sais… Reste donc Dupieux, HSS et Garrel.

Geeke a dit…

Et Mad Max vous l'avez vu ?

Buster a dit…

Oui je l’ai vu. Bof.

Buster a dit…

Un mot quand même… Action, action, action… En fait la surenchère dans les effets, le surrégime quasi permanent, le côté gonzo du spectacle (c’est bête mais quel pied!) est assez vite fastidieux (fast/hideux). Trop saturé, trop heavy metal, au détriment de l'aspect "guerrière amazone" que représente Theron, le plus intéressant du film.

Geeke a dit…

Comme j'hésitais à le revoir craignant d'avoir loupé la marche vu la mini déception, vous m'en dispensez, on est d'accord, bien, super, merci.

Buster a dit…

De rien… Si vous avez d’autres films dont vous n’êtes pas sûre, n’hésitez pas ;-)

Geeke a dit…

Je reconnais que Trainwreck j'ai tenté à deux reprises et non, vraiment, je m'en fous royal. Mais merci quand même :)

Buster a dit…

Le début est assez poussif mais le film s'améliore à mesure qu’on avance, la deuxième partie (celle que vous n’avez pas vue :-D) est vraiment bien et la fin très belle (à l'inverse de Spy qui s'essouffle un peu en cours de route mais que vous aimez peut-être davantage).

Cette année j’ai un faible pour les films qui finissent mieux qu’ils n’avaient commencé (c’est tellement rare)

Anonyme a dit…

M’aurait étonné que vous aimiez le dernier Mad Max , au passage le meilleur film de l’année !

Buster a dit…

OK, joyeux Noël!

Geeke a dit…

Vu une heure sur les deux en effet, comment vous savez ?? Je retenterai jusqu'au bout alors mais... Spy oui mais c'est plus rigolo gros sabots, même si l'artillerie fait quelquefois long feu.

J'ai toujours eu ce genre de faible d'où que je me farcisse trop de trucs sans intérêt jusqu'au bout, mais moins qu'avant maintenant, j'ai moins de patience. Le faible pour ces films qui ourdissent patiemment (par exemple le Mouret, le Moretti : ils sont cousins avec leurs noms là ?). C'est vrai qu'un film fort qui rate un peu son dénouement me laisse avec une hésitation de l'impression générale après coup, la question est alors de ne pas commettre à cause de ça une injustice, quelques films comme ça, je réfléchis à ce qui l'emporte malgré tout.

Buster a dit…

Oui c’est vrai… en fait, les raisons qui font qu’un film emporte au final l’adhésion restent assez complexes, des fois il faut pas grand-chose, l’étincelle, le petit truc qui fait que… des fois c’est plus laborieux, mais on sent que quelque chose se met en place, que ça se construit lentement mais sûrement, et à l’arrivée ça tient, on ne sait pas comment on en est arrivé là mais on y est arrivé et on est content, on aime… enfin bon, j’enfonce des portes ouvertes.

Anonyme a dit…

Tous ces tops montrent qu'on reste quand même dans des micro-films, des films minuscules, où l'espace est vu comme une contrainte. Le grand et le gigantesque ne sont pas forcément à fuir. Le Spielberg montre très bien, et très classiquement, comment se déployer dans l'espace, comment utiliser PLUS d'espace. Les films de Moretti, Desplechin, HSS, Iossellani et autres sont intéressants à plus d'un titre, mais dès qu'il s'agit d'espace ils affichent leurs limites, on ne voit plus que leurs frontières. un film doit se déployer. Sinon, on se retrouve avec des films de chambre à coucher comme chez Bergman, que je déteste...
Un film doit se déployer dans l'espace et changer d'espace. C'est une des raisons qui me poussent de plus en plus vers les films d'aventures. Hélas, seuls les Américains et quelques asiatiques audacieux tentent leur chance dans cette voie. L'Europe a presque disparu du marché des films d'aventures ; cela devrait nous inquiéter. Les rares films français qui "osent" mettre en scène des aventures ou quelque chose d'approchant sont en outre peu réussis et encore moins appréciés par la critique. A contrario, le public, lui, en redemande. Attention, je ne parle pas de ces budgets pharamineux, de cette perfection formelle et vide, de cette violence devenue système de ponctuation, de ces tours de prestidigitation numérique qui émerveillent les enfants. Je ne parle pas des blockbusters (oups!) made in the USA. Non, je parle de ces films mis en scène par Fuller (The Big Red One), Dwan, Tourneur (veine western), Fleischer (Les Vikings, exemplairement), Anthony Mann (ses westerns avec James Stewart, dont Je suis un aventurier), Michael Cimino (L'année du dragon, Voyage au bout de l'enfer, Les Portes du paradis), Vittorio Cottafavi (les 2 Hercule, et Les légions de Cléopâtre, je n'ai pas encore eu la chance de voir ses autres films d'aventures), Riccardo Freda, Takashi Miike (ses remakes des 13 Assassins et de Harakiri : mort d'un samouraï), et de tant d'autres dont on ne parle pas assez.
Ces films étaient capables d'allier action et beauté, c'était de la poésie agissante, pour reprendre l'expression de Michel Mourlet.
C'est mon constat (d'échec) de ces dernières années de cinéphilie.

Ludovic

Buster a dit…

Bonjour Ludovic,
Joli plaidoyer que je partage mais qu'en partie... Les films que vous citez appartiennent à une époque révolue qu'on ne retrouvera plus (aussi parce que pour certains le secret est perdu) ou alors sous forme dégradée dans tel ou tel film, à travers quelques fulgurances... La question de l'espace, oui, mais le cinéma est aussi un art du temps. Je n'en ai pas assez (de temps) pour développer ma pensée, je dois partir... dès que l'occasion se présente j'essaie de vous répondre plus longuement.

Anonyme a dit…

Ce sera avec plaisir Buster ; ne vous éloignez pas trop loin

Anonyme a dit…

Difficile de reprocher au cinéma français de ne ps avoir assez de qualités américaines, le film de chambre est aussi ce qui a fait la gloire du cinéma français, et on pourrait ajouter que dans une chambre, entre quatre murs il y a aussi de l'aventure et de l'espace à filmer (espace dans lequel se déploie la parole notamment, voir Ma nuit chez Maud).

$terling – hidden :-D a dit…

Hello everybody !-D

Année tristoune sur pas mal de plans… bon, inutile d'entrer dans le détail (ahum). On s'en tiendra seulement au domaine du cinéma, et des films passés dans les salles (en ville !-)

Mais, avant de présenter ma – enfin, mes – listes, je voulais juste glisser une petite note littéraire, pour faire un peu sérieux (ou plus joli, comme on voudra) :

« Sapience n'entre point en âme malivole,
Et science sans conscience n'est que ruine de l'âme. » (François Rabelais)

(euh, je ne vise personne, bien sûr !-]

Bon, allez ! c'est parti pour les tips, tap(pe)s, tops, tocs, et tout le tralala !-D

-----

A) Top… euh, 3 films « au-dessus du lot » (plutôt !-]

01. Kommunisteune, de Jean-Marie Straub
02. Tomorrow Tripoli, de Florent Marcie [devrait, vraisemblablement, sortir au courant de l'année prochaine ?-)
03. Hill of freedom, de Hong Sang-soo



B) Puis, bah… le « joli petit lot », alors !-)

04. La Sapienza, d'Eugène Green
05. Le Grand jeu, de Nicolas Pariser
06. Trois souvenirs de ma jeunesse, d'Arnaud Desplechin
07. American sniper, de Clint Eastwood
08. Vers l'autre rive, de Kiyoshi Kurosawa
09. Citizen four, de Laura Poitras
10. The smell of us, de Larry Clark
11. Hacker, de Michael Mann
12. Bridge of spies (hou là là, j'arrive même à sauver le soldat Spielberg, ça ne va vraiment plus, eh !?-D



C) « Toc 10 »

01. Un pigeon perché sur une branche lâchait sa fiente (Roy Andersson)
02. Dheepan (Jacques Audiard)
03. Leopardi (Mario Matronne ?-)
04. Birdman (Ignare en tout)
05. Les Anarchistes (Elie Wajeman)
06. Les Quat'z'amis (Louis Garrel)
07. Big eyes (Tim Burton)
08. Jauja (Lisandro Alonso)
09. Jupiter Ascending (Andy & Lana Wachowski)
10. Crazy Amy (Judd Apatow)



D) « Pas vus » 

- Mamma mia (euh, pardon, le Moretti !-D
- Sangue de mio sangue (Marco Bellochio)
- Cemetery of splendour (Apichatpong Weerasethakul)
- Le Bouton de nacre (Patrizio Guzman)
- Norte, la fin de l'histoire (Lav Diaz)
- Caprice (Emmanuel Mouret)
- 21 nuits avec Tappie (Arnaud & Jean-Marie Larrieu)
- Le Fils de Saül (Laszlo Nemes)
- Irrational man (Woody Allen)
- Journal d'une femme de chambre (Benoît Jacquot)
- Tache Mahal (Nicolas Saada)

(ni Cosmos, Terminator Genisys, Ant man, Un + Une, et les autres conneries qui vont avec !-D

Allez ! sur ce, joyeux Noël à tous !-D

Buster a dit…

Merci $
4/15 c’est pas mal, mais comme tu as mis The smell of us dans ta liste, j’enlève un point :-)

Joyeux Noël à tout le monde… (Lucie, vous êtes toujours fâchée?)

Buster a dit…

J’écris sur un mobile donc je fais court… sur la question de l’espace je dirai qu’il s’agit moins de se déployer dans l’espace que de simplement l’occuper, peu importe l’étendue finalement. Le pire ce sont les cinéastes qui filment en cinemascope sans savoir qu’en faire, comme Beauvois avec Des hommes et des dieux… mais c’est aussi une question de culture, les grands espaces, la notion de frontière, etc, c’est inhérent au cinéma américain. Cela dit il y a quand meme des cineastes français qui savent faire avec les grands espaces, Moullet,Stévenin, Guiraudie… Mais bon, il n’y a pas que l’espace, la question du temps, du rythme, de la durée (montage++) qui est aussi une forme d’espace, pour moi c’est ce qui compte le plus car dans un rapport plus intime au cinéma, pas le temps daneyien (dernière période) qui fait qu’on vit un film comme un compte à rebours, ça c’est le rapport personnel de Daney au cinéma à la fin de sa vie, mais le temps comme véritable expérience du film (et non ces trucs débiles comme l’immersion)… bon à suivre, je n'ai plus de place (pas assez d’espace :-D)

David a dit…

Bonjour Buster et joyeux Noël

Mon Top 8 pour 2015
1-Sangue del mio sangue (Bellocchio)
2-L’Ombre des femmes (Garrel)
3-Deux Rémi, deux (Léon)
4-Hill of Freedom (Hong sang-soo)
5-Fatima (Faucon)
6-Kommunisten (Straub)
7-La Sapienza (Green)
8-Trois Souvenirs de ma jeunesse (Desplechin)

Richard Brody a dit…

best movie of 2015: Spike Lee's "Chi-Raq"

http://www.newyorker.com/culture/richard-brody/spike-lees-necessary-overwhelming-chi-raq

Buster a dit…

Merci David, beau Top.
Le film de Pierre Léon (que je n’ai pas encore vu) doit sortir bientôt je crois

Les films les plus cités pour l'instant: Hill of freedom, L’Ombre des femmes, Le Pont des espions, Trois souvenirs de ma jeunesse, It follows, Hacker ...

Sinon je me rends compte que le Vecchiali a disparu de quasiment tous les tops

Anonyme a dit…

"Deux Rémi, deux" sort le 9 mars.

David

Anonyme a dit…

Mad Max : Fury Road, meilleur film de l'année, c'est Tarantino qui le dit !

Bertrand Renart a dit…

À chaque fin d'année, les « bilans groupés » (les suffrages collectifs), ça sent toujours un peu (euphémisme) l'arnaque. Toujours plus intéressant de pondérer les résultats finals, puis de recompter.

Aussi, je propose un barème.

[ordre de classement, puis nombre de points]

- Podium
1er : 20 points
2d : 17 pts
3è : 15 pts

(les trois premiers se partagent ainsi 42 points)

- Puis,
n° 4 : 12 pts
n° 5 : 10 pts
n° 6 : 8 pts
n° 7 : 7 pts
n° 8 : 6 pts
n° 9 : 5 pts
& 10 : 4 pts

(soit 52 points, dans cette tranche)

- du 11è au 14è [inclus] : 2 points

(ce qui nous fait donc : 8 points, pour les 4 films de cette tranche)

- et, enfin, à partir du 15è : 1 point…

Remarque(s) : au total, sur 15 films cités, il y a 103 points.

Mais, comme il arrive qu'il y a des palmarès non-classés, convenons de ceci :

(classement de quinze films)

- pour chaque film comptant parmi sur les 10 premiers : 8 points (8 fois 10 = 80, c'est vrai, mais ils n'avaient qu'à être classés, aussi ! :-D
- puis, 2 point pour chaque film suivant (du 11è au 14è), comme tout à l'heure. Et tous les suivants, 1 point.

Maintenant, à vos calculettes ! :-D

Buster a dit…

Merci Sh... euh pardon Bertrand, j'ai pas tout compris mais c'est pas grave, moi je me suis contenté d'un rapide survol et j'ai compté (à vérifier quand meme) 5 voix pour Hill of freedom... après si quelqu'un veut appliquer ta méthode, pas de problème :-) quoique c'est peut-etre encore trop tot, il manque les tops de clark, Jeff et quelques autres...

Clark a dit…

Bonsoir Buster.

Avec du retard, du à mon absence pendant les fêtes, voici mon top :

1. The Lobster, Yorgos Lanthimos
2. Réalité, Quentin Dupieux
3. Mad Max: Fury Road, George Miller
4. Bāhubali: The Beginning, S.S. Rajamouli (inédit)
5. It Follows, David Robert Mitchell
6. Comme un Avion, Bruno Podalydès
7. Hacker, Michael Mann
8. Vice Versa, Pete Docter
9. Love and Peace, Sono Sion (inédit)
10. Le Pont des Espions, Steven Spielberg

Mon top pires films (je me suis limité à 5) :

1. Knight of Cups, Terrence Malick
2. Il est difficile d'être un dieu, Alexeï Guerman
3. Les Mille et une nuits, Miguel Gomes (vu seulement le volet 1 & 2, mais ça m'a suffit)
4. The Smell of Us, Larry Clark
5. The Other Side, Roberto Minervini

Et je vais rajouter dans les reprises qui sont sorties cette année :

- La Coupe à 10 françs, de Philippe Condroyer
- Des Amis comme les miens, Otto Preminger
- Joe Hill, Bo Widerberg

Enfin, j'ai vu, grâce à vous, l’Étau de Mikio Naruse, tout simplement magnifique !

Bonne fin d'année Buster.

Clark.

Buster a dit…

Bonsoir Clark

Merci pour votre top
Content de trouver le Dupieux si bien placé et le Clark (l'autre) dans les pire films de l'année
L'Etau, oui, est très beau.

Du coup on se retrouve maintenant avec 4 films en tete, Hill of freedom, It follows, Hacker et le Pont des espions...
A Jeff de les départager :-)

(ou alors appliquer le barème de Bertrand)

Griffe a dit…

Salut Buster, tout le monde, deux mots sur trois films avant une nouvelle année moins "hateful" j'espère que celle que nous quittons...

Knight Of Cups est le nouveau chef-d’œuvre impossible du nouveau Jancso Miklos. Comme Clark, je n’ai pas vu le film jusqu’au bout, et pourtant il atterrit dans mon top parce que l’heure vue fut l’une des plus impressionnantes cinématographiquement cette année. Le Jancso des années 60 (le suivant je ne connais pas) me fait le même effet, envie d’abord de crier : « le cinéma c’est ça » puis l’ennui… Je ne parlerai pas de ce que « raconte » le film, ça n’a pas d’intérêt et c’est bien le problème, car comme vous le rappeliez le cinéma est aussi un art du temps, donc du récit avec ses suspensions, ses plis, ses secrets, ses attentes. Là tout y est tout de suite et le plaisir ne peut que réduire comme peau de chagrin. Mieux vaut quitter la salle que de finir par le bouder.

Valzeur a la mémoire qui flanche un chouïa : j’ai (mollement il est vrai) défendu Valentin Valentin en sortant du cinéma. Il est depuis monté dans mon estime pour son côté mockyen, gueulard et méchant (Geraldine Chaplin y va très loin dans l’horreur). L’autre pan du film, la bonne conscience de gauche avec justice rendue obligatoire et sentimentalisme bidon, je l’ai refoulé. Au lieu de ça, j’ai dans la tête la scène très belle où Valentin (Rottiers) se fait peindre pour mieux se faire dévorer des yeux par trois jeunes femmes…

Enfin, je sors de La Coupe à 10 francs : valzeur et Clarke ont tout à fait raison de nous le recommander. Plus qu’à Pialat, le film m’a fait penser au Père Noël a les yeux bleus (la tendresse et l’amertume) avec quelque chose du militantisme frontal des films de Tanner. C’est très simple et surtout ça repose les oreilles : le son y est direct, donc plein de belles surprises.

Buster a dit…

Salut Griffe et merci pour toutes ces précisions.

Eh bien, on va tous aller voir la Coupe à 10 francs

la bande-annonce:

Griffe a dit…

Merci Buster. Il faudrait aussi reparler de Chant d'hiver que la critique a bêtement ignoré alors que c'est le meilleur Iosseliani depuis une bonne dizaine d'années. Il n'a qu'un problème : une baisse d'intensité après un début éblouissant. Mais si la suite n'est pas aussi prenante, elle regorge quand même d'idées et de beautés. Il faut s'accrocher un peu pour apprécier cette générosité, faire preuve d'un peu de générosité soi-même. Je devrais développer, j'espère que quelqu'un le fera à ma place.

Jeff a dit…

Bonjour Buster, joyeuses fêtes à vous et à tous vos lecteurs,

l'affreuse année 2015, je l'ai trouvée triste sur le plan du cinéma, disparitions (de cinéastes, de festivals), déceptions (les dernières en date : Chant d'hiver, Le Caravage, Francofonia), dégringolades (Ridley Scott, Clint Eastwood, Jonathan Demme etc), je préfère augmenter ma liste de films anciens ou inédits (par ordre alphabétique), et le meilleur est peut-être à venir puisque je n'ai pas vu La Coupe à dix francs !

Inédits et ressorties :
The Dreamers (Orson Welles, 1982)
Evolution of a Filipino Family (Lav Diaz, 2004)
The Losers (Sam Peckinpah, 1963)
Moana with sound (Robert & Monica Flaherty, 1926-1980)
Out 1 : noli me tangere (Jacques Rivette, 1971)
Tourments (Mikio Naruse, 1964)
Walkabout (Nicolas Roeg, 1970)

Top 5 des nouveaux films :
Hill of Freedom (Hong Sang-soo)
Kommunisten (Jean-Marie Straub)
Sangue del mio sangue (Marco Bellocchio)
La Sapienza (Eugene Green)
Vers l'autre rive (Kiyoshi Kurosawa)

Viennent ensuite, de mémoire (d'où la prime aux sorties les plus récentes) : Le Bouton de nacre ; Queen of Earth ; Les Mille et une nuits II : le désolé ; Comme un avion ; L'Etreinte du serpent ; Astrid Adverbe dans Nuits blanches sur la jetée ; etc... (Pasolini vu en 2014.)
Deux débutants à suivre : Nicolas Pariser et Clément Cogitore.

Flop 5 :

Belles familles (Jean-Paul Rappeneau)
Big Eyes (Tim Burton)
Dheepan (Jacques Audiard)
Fort Buchanan (Benjamin Crotty)
Taj Mahal (Nicolas Saada)

Viennent ensuite en vrac : Seul sur Mars (R. Scott) ; Crosswind (M. Helde) ; Amnesia (B. Schroeder) ; Emma Stone dans L'Homme irrationnel ; La Niña del fuego (C. Vermut) ; etc...

Buster a dit…

Bonjour Jeff et bonnes fetes à vous.

Merci pour tous ces rappels de films anciens, inédits, inachevés...
Il faut que je m'attelle au Rivette, pas trouvé le temps encore

Avec votre top 5 vous avez donc tranché: Hill of freedom film de l'année 2015

(tant pis pour les retardataires :-)

Griffe a dit…

J'ajoute in extremis que Tourments (vu mardi soir) est mon film de l'année, et haut la main ! Du coup Naruse bat Hong Sang-soo, non ?

Buster a dit…

Hé hé... oui mais Tourments était hors-concours

Je note toutefois que nous sommes d'accord sur le meilleur et sur le pire film de l'année!

Griffe a dit…

C'est vrai ça ! Champagne ! (Le soju, je vous laisse le siffler avec Lucie, Jeff, $, § & David : en plan-séquence, pendant une heure, ça peut faire le film de l'année 2016.)

Buster a dit…

:-D

Simon a dit…

Des nouvelles de Lucie ?

Buster a dit…

Toujours pas :'-(

mircea a dit…

Top (par ordre alphabétique)

Caprice de Emmanuel Mouret
Fatima de Philippe Faucon
Francofonia d'Alexandre Sokourov
Hill of freedom d'Hong Song-Soo
Jauja de Lisandro Alonso
La coupe à dix francs de Philippe Condroyer
L'ombre des femmes de Philippe Garrel
Mia Madre de Nanni Moretti
Snow therapy de Ruben Östlund
Sud eau nord déplacer d'Antoine Boutet
The visit M. Night Shyamalan
Vincent n'a pas d'écailles de Thomas Salvador

Buster a dit…

Merci Mircea,

7/12 en commun, c'est mieux que... Lucie
Et Hill of freedom conforté dans sa place de n°1
Sinon pas vu Snow therapy ni le docu de Boutet (à rattraper)

Nono a dit…

Vous l'attendiez tous, le voici le voilà, le top 1 de Quentin T ! Vous allez être surpris...

https://www.youtube.com/watch?v=datA4UHu374&app=desktop

reality is only temporary a dit…

Bonne année Buster !

Allez j'y vais de mes top 10 à mon tour :

musique
Musette "Cosmic Serenade"
Mac Demarco "Another One"
Weyes Blood "Cardamom Ep"
Beach House "Thank your lucky stars"
Tame Impala "Currents"
Le volume courbe "I wish Dee Dee Ramone was here with me"
Rose McDowall "Cut with the cake knife"
Iko Chérie "Dreaming On"
Damaged Bug "Cold Hot Plumbs"
Domotic "Le Démon des Hautes Plaines Soundtrack"

Cinéma :
Nuits blanches sur la jetée, de Paul Vecchiali
La Sapienza, d'Eugène Green
Broadway Therapy, de Peter Bogdanovich
Caprice, d'Emmanuel Mouret
Valentin Valentin, de Pascal Thomas
Crazy Amy, de Judd Apatow
American Sniper, de Clint Eastwood
Vacation, de John Francis Daley et Jonathan Goldstein
Réalité, de Quentin Dupieux
Comme un avion, de Bruno Podalydès
The visit, de M. Night Shyamalan

reality is only temporary a dit…

J'avais oublié que "Kommunisten" était sorti en 2015 !

Buster a dit…

Bonne année "reality"

Merci pour les tops
Rayon musique, il y a pas mal d'albums que je ne connais pas, comme ceux de Musette, Le volume courbe ou encore Iko Chérie... je vais écouter ça
Sinon je m'aperçois que j'avais oublié celui de Domotic, la BO du Démon... impardonnable ;-)
Rayon cinéma, beaucoup de films en commun. Vacation? Pas vu, j'étais en vacances :-D

Lolo a dit…

À l'heure qu'il est, voici le top de Buster & de ses lecteurs :

1/
Hill of Freedom de Hong Sang-soo
avec 7 voix

2/
Caprice d'Emmanuel Mouret
Hacker de Michael Mann
L'Ombre des femmes de Philippe Garrel
Le Pont des espions de Steven Spielberg
Réalité de Quentin Dupieux
La Sapienza d'Eugène Green
ex-aequo avec 5 voix

8/
Comme un avion de Bruno Podalydès
Fatima de Philippe Faucon
It Follows de David Robert Mitchell
Kommunisten de Jean-Marie Straub
Trois souvenirs de ma jeunesse d'Arnaud Desplechin
ex-aequo avec 4 voix

À titre de comparaison, voici la liste des Cahiers du cinéma :

1/ Mia Madre
2/ Cemetary of Splendour
3/ L'Ombre des femmes
4/ The Smell of Us
5/ Mad Max : Fury Road
6/ Jauja
7/ Inherent Vice
8/ Les Mille et Une Nuits
9/ Summer
10/ Vers l'autre rive

Soit un seul film, le Garrel, en commun !

Buster a dit…

Merci Lolo

Le Top de Balloonatic c'est le meilleur! :-)

Antonio Vivaldi a dit…

Il y a aussi la pizza 4 saisons de Chronicart
Printemps - La Sapienza
Eté - Mad Max
Automne - Mia madre
Hiver - Le Pont des espions
( Mad Max et Mia Madre, les deux films les plus cités )

Buster a dit…

Mia Mad Max, le top 1 des Chro-mignons :-)

A ce petit jeu, si je devais faire figurer mes deux films préférés de l’année, ça donnerait, comme pour les collections de prêt-à-porter:

Printemps/Eté: Fatima (Philippe Faucon)
Automne/Hiver: Tourments (Mikio Naruse)

Anonyme a dit…

Pour Tourments/une femme dans la tourmente, le site "Il était une fois le cinéma" a fait une critique sympa :

http://www.iletaitunefoislecinema.com/critique/6806/une-femme-dans-la-tourmente-mikio-naruse-1964

Ludovic

Buster a dit…

Merci, je ne connais pas ce site, je vais y jeter un oeil...

Bertrand Renart a dit…

Classement final du blog (hôte inclus), d'après mes calculs en suivant mon barème, et en données corrigées des variations saisonnières (*)


- Podium

1er : Hill of freedom : 70 points
2d : Kommunisten : 60 pts
3è : Trois souvenirs de ma jeunesse : 47 pts

- Puis,

n° 4 : Caprice (53 pts)
n° 5 : L'Ombre des femmes (~44 pts)
n° 6 : La Sapienza (~44 pts)
n° 7 : Réalité (43 pts)
n° 8 : Comme un avion (42 pts)
n° 9 : It Follows (41 pts)
n° 10 : The Lobster (40 pts)

- suivent, ex aequo : Fatima, Sangue de mio sangue, Le Pont des espions, Hacker (33 pts), Crazy Amy, American sniper, Mad Max…

(*) c-à-d. : en fonction des dix premiers de chaque liste, sans compter les inédits.



Buster a dit…

Merci Bertrand, beau travail, comme dirait ta copine Claire Denis.

J'imagine que retrouver Hill of freedom et Kommunisten aux deux premières places n'est pas pour te déplaire :-)

Lolo a dit…

3è : Trois souvenirs de ma jeunesse : 47 pts

- Puis,

n° 4 : Caprice (53 pts)

???

Hum, Bertrand, la tricherie est grossière là...

Buster a dit…

Ha ha... j'avais même pas vu. Sacré Bertrand...

sacrés – farceurs !-D a dit…

Hé, ho ! Lolo, ça va, là ?!! j'ai passé du temps à faire les calculs… mmh, contrairement à certains, hein !-]

Donc, c'est un coup de la fatigue (désolé), plus qu'une volonté maligne de « tricherie » ?!!

Cela dit, de la « tricherie », oui, il y en a : j'ai arrangé par endroits (j'avoue), mais en essayant toujours d'être à l'avantage des plus fragiles (ou des plus intéressants). Refaites réellement les comptes, vous verrez !-D

Pour Trois souvenirs, ce que vous appelez « tricherie » est alors inconsciente : en effet, j'ai la faiblesse de croire que Desplechin – qu'on aime ou n'aime pas son cinéma – est plus intéressant qu'un « bon » Mouret.

Et puis, si j'avais vraiment voulu tricher, vous croyez sincèrement que j'aurais laissé aussi (bêtement, quoi) en évidence le nombre de points ? Je suis peut-être tordu… mais à ce point, non.

Néanmoins, je vous remercie de votre… euh, « vigilance » !-DDD

Buster a dit…

Hé hé... lapsus computatis :-)

Dimitri Pizarnik a dit…

Comment ça un bon Mouret ne peut pas valoir mieux qu'un mauvais Desplechin ? On nage dans quel délire, là ?

Buster a dit…

Faut pas chercher à comprendre, les perles de $ (aka Bertrand) il y en a beaucoup sur ce blog, de quoi se faire un collier!

Dimitri Pizarnik? Là par contre j’ai compris… Lolo c’était Laurent Stocker :-D

Lolo a dit…

Mince, grillé ! ;-)

Buster a dit…

Mmm...

Jack Langue :-p a dit…

Bon… je laisse courir !-D

Toto a dit…

Trop facile Jack ! Expliquez-vous !

zobi – la mouche !-D a dit…

Mon biquet… si je veux, eh !-D

Outre tes airs de matamore, « Toto », tu ne trouves pas que c'est un poil vicelard de souffler sur les braises, dis ?

Mmh, est-ce que là aussi, tu aurais besoin d'une petite explication ?!-D

Nino sur sa moto a dit…

J'appelle ça botter en touche. OK.

mircea a dit…

Je n'avais jamais vu de film de Mouret et je l'ai découvert avec Caprice. Ce fut tout sauf insignifiant.
À part ça j'ai envie qu'on atteigne les 100 commentaires...

Buster a dit…

Ok, encore 2

Thomas Van Hasebroeck a dit…

Tout dépend de Jack-Bertrand Zobi. Répondra-t-il à la provocation ou entrera-t-il en hibernation ?

D&D a dit…

Bonjour Buster,

Il me reste à voir le Vecchiali et peut-être le Mouret, mais ça ne pourra pas changer mon sentiment général sur 2015. Je trouve l'année catastrophique, la plus faible, et de loin, depuis que je vais vraiment au cinéma. 2014 ne m'avait déjà pas enchanté mais là, c'est flippant... Est-ce que c'est la distribution qui fout le camp en France ?

Je ne vous suis pas sur "Crazy Amy","Réalité" et "Hacker", et je suis plus réservé sur "Fatima".
A l'inverse, je retiens, dans une certaine mesure, "American Sniper", "The Smell of us" et "Le Fils de Saul", ce qui vous enchantera :-)

Allez, je croise les doigts pour 2016. Sur le papier, il y a déjà quelques films qui me redonnent envie...

Buster a dit…

Bravo DnD, vous avez posté le 100e commentaire... Pour le reste c'est moins brillant, préférer The smell of us à Fatima me laisse sans voix!

over the top a dit…

(compléments)

- Top 10 de Jean-François Rauger

1. Mad Max : Fury Road (George Miller)
2. Hill of Freedom (Hong Sang-soo)
3. L’Ombre des femmes (Phillipe Garrel)
4. Vers l’autre rive (Kiyoshi Kurosawa)
5. Bridge of Spies (Steven Spielberg)
6. As Mil e Uma Noites (Miguel Gomes)
7. Kommunisten (Jean-Marie Straub)
8. Le Grand Jeu (Nicolas Pariser)
9. Vincent n’a pas d’écailles (Thomas Salvador)
10. American Sniper (Clint Eastwood)



- Top des films sortis en 2015 de Mumu :

1. Bridge of Spies (Steven Spielberg)
2. Mia Madre (Nanni Moretti)
3. La Sapienza (Eugène Green)
4. Trois souvenirs de ma jeunesse (Arnaud Desplechin)
5. Fatima (Philippe Faucon)
6. Hill of Freedom (Hong Sang-soo)


André Bide a dit…

Sans surprise, hélas.

Momo a dit…

Mon top :

- Mad Madre
- Trois souvenirs de ma sapienza
- Les mille et une écailles
- American Lobster
- Le Pont des femmes : Fury Road
- Vers l'autre jeunesse
- Hill of Splendour
- The Smell of Fatima
- 21 nuits avec valzeur
- While We're Kommunisten

valzeur a dit…

Hello Buster & Cie,

J’aurais préféré Mad Kommuisten : Fury valzeur, si vous permettez…
Parce que Pattie quand même… (contrairement à moi, elle dit oui à tout, peut-être même au Eastwood et au Moretti)

tangueur a dit…

D'autres tops pas piqués des hannetons :

http://elumiere.net/numero9/top2015/top2015evaristoagudo.php

http://nouvellesdufront.jimdo.com/films-de-l-année-1/2015/