vendredi 10 juillet 2015

[...]




"Headbanging in the mirror", Ducktails, 2015.

Comme un avion de Bruno Podalydès. La beauté du film vient de sa ligne. Ligne claire, bien sûr, hergéenne: d'abord géométrique, quasi abstraite (l'ouverture infographique), se matérialisant sous les traits d'un kayak - qu'on parcourt dans les deux sens, de façon palindromique -, puis relâchée, bachelardienne, invitant à la rêverie, une rêverie de rivière, paresseuse autant qu'hédoniste, qui réveille les sens. Ligne douce-amère, imprégnée de mélancolie et d'absinthe, qui fait qu'on ne va pas bien loin (le voyage est surtout intérieur), précipitant les rencontres (de la patronne de guinguette à la fille qui pleure quand il pleut, en passant par les deux hurluberlus, qui peignent tout ce qu'ils trouvent en bleu, et le sosie d'Arditi, en moins sympa), multipliant les trouvailles, burlesques et poétiques (merveilleuse idée de la planche comme split-screen du pauvre), tout ça sous le regard lointain d'une épouse bienveillante - Kiberlain dont la présence-absence contribue au charme indéfinissable distillé par le film. Charme qui est aussi celui du temps, pour parler jankélévitchien, de ce temps comme "presque-rien", quand, enfin dégagé de notre rapport utilitariste aux choses (le "matos" du film), on accède à la vérité de l'instant - cette "fine pointe" disait Jankélévitch -, nous engageant dans une sorte d'au-delà du temps, à l'image du dernier plan...

22 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est devenu un cliché, cette référence à la "ligne claire" dès qu'on parle de Podalydès...

red rum a dit…

- radar
- kayak
- rotor
- gag
- été

- Engage le jeu que je le gagne
- Élu par cette crapule
- L'âme sûre ruse mal
- In girum imus nocte et consumimur igni
- Éric notre valet alla te laver ton ciré [ou bien « Luc »]

(lol)

Lucie a dit…

Ah ça y est, vous êtes enfin rentré !

Buster a dit…

Oui, ça y est… j’en ai profité pour balancer les trois notes en attente, écrites avant mon départ (au passage, un grand merci à A..., ma nouvelle Phyllis, qui a établi la liste des Bogeaus).
Sinon la rentrée officielle ça sera avec le Hong Sangsoo :-)

Merci red rum (ça c’est un anacyclique) pour les palindromes. Lol.

PS. Le cliché de la ligne claire, oui bien sûr, c’est pour ça que je ne l’évoque qu’au début pour mieux m’en détourner ensuite...

Anonyme a dit…

Tiens, mon commentaire a disparu :(

Buster a dit…

Désolé, j’ai fait une mauvaise manip sur mon mobile… vous disiez quoi au juste, que le clip de Ducktails allait bien avec la note?

Anonyme a dit…

Podalydès et Jankélévitch, le rapprochement est quand même osé.

Buster a dit…

Qui n'ose rien n'a rien...

Laura a dit…

Si vous voulez oser, oser l'érotisme, comme les Cahiers, c'est l'été, lâchez-vous Buster, que diable ! :)

Buster a dit…

Ha ha… merci Laura, je vais y penser :-)

Sinon pas encore lu le dossier des Cahiers (mais j’ai lu, aucun rapport, le texte de Tessé sur le Pixar… excellent!)

Laura a dit…

OseZ l’érotisme, désolée pour la faute

Le Pixar, c’est pré-pubère, mais le texte de J-Ph Tessé est très bon en effet.

Anonyme a dit…

C'est vrai, ça manque de fesses ici

Buster a dit…

OK, j'attends vos propositions...

Anonyme a dit…

Baloonatrique

Anonyme a dit…

BOZOB (un palindrome en plus)

Buster a dit…

N'importe quoi

Emily Grey a dit…

For you Buster: https://vimeo.com/79420666 :)

Buster a dit…

Oh no Emily, not here

Anonyme a dit…

Elle est mimi Emily ,et la vidéo très soft ;)

Buster a dit…

Okay... je la garde :-)

Alain de La Morandais a dit…

Buster, vous direz à Stéphane Delorme qu’Emily Grey a aussi un grain de beauté entre les fesses.

Buster a dit…

Hein?