dimanche 31 mai 2015

[...]




Chorus Reverendus, groupe éphémère des années 60, formé par Germinal Tenas, qui n'enregistra qu'un seul disque, un EP 4 titres (arrangements de Germinal Tenas et Eric de Marsan), rare exemple, à cette époque, de pop baroque française: Ne poussez pas mémé dans les orties - Quand demain - Incohérence des rêves de rencontre - Dans son euphorie.

14 commentaires:

Justin a dit…

Germinal Tenas, c'est lui qui a découvert Clothilde

https://www.youtube.com/watch?v=kXl1caEYGyQ

Buster a dit…

Il y a eu aussi Jean Bernard de Libreville.

Sinon quels étaient les membres du Chorus Reverendus ("3 jolies filles et 2 sympathiques garçons"), quelqu'un le sait-il?

Michel-Edouard Leclerc a dit…

Hein ? Qui ? Quoi ?

Buster a dit…

Allô ?

Blandine a dit…

Jean-Bernard de Libreville, de son vrai nom Chaib Bouri

https://www.youtube.com/watch?v=T2cP2r_7xrk

Buster a dit…

Ouh là là...

Anonyme a dit…

Et alors, le Desplechin ?

Sepp Blatter a dit…

Maintenant je vais enfin avoir le temps d'écouter Chorus Reverendus !!!

Buster a dit…

Lol

Le Desplechin, oui je l’ai vu... mouais, quelques beaux moments dans la troisième partie, une narration moins tarabiscotée que d’habitude (le détour par Jimmy P a fait du bien) mais beaucoup de scories quand même. J’ai vu aussi le Garrel que j’aime bien même si le film fait incroyablement daté. Vu enfin le film d’Apichatpong W., première heure magnifique, dans la lignée de Syndromes and a century, plus envoûtant encore, mais la deuxième est nettement moins convaincante, l’impression d’un ressassement... Je reviendrai sur ces trois films.

valzeur a dit…

Hello Buster,

Pour ma part, je dirais que le Desplechin est une scorie. C’était beau, ce dimanche, d’entendre la vox criticae du Masque et les Masquimonstres s’extasier à l’unisson devant 3 Souvenirs de ma jeunesse, même Neuhoff certainement sensible au côté mauvais roman auto-réflexif. Enfin, hâte de vous lire ! Je m’étonne que vous trouviez du bon dans la troisième partie qui me semble intégralement nulle (à part, mettons, une scène). La partie Tintin à Kiev (ou Smolensk, ou ce qu’on veut) est vaguement correcte, le peu à sauver s’y trouve - après avoir effectué un stage accéléré de sainteté et bonté christique, évidemment !

Buster a dit…

C’est dans la troisième partie qu’on trouve le plus beau plan du film, entre chien et loup: Esther à sa fenêtre, perdue dans ses pensées, et au dessous un train qui passe… bon, c’est vrai aussi que c’est dans cette partie qu’on trouve la pire scène du film, typiquement desplechinienne: les retrouvailles à la fin entre Paul et Kovalki.

Anonyme a dit…

Desplechin aussi il ressasse, et pas qu'un peu

Anonyme a dit…

En janvier 2015,Jean Bernard de Libreville vient de publier un 33 tours avec le label VEALS AND GEEKS RECORDS.
http://www.hhv.de/shop/en/item/jean-bernard-libreville-allons-y-gaiement-399919

Anonyme a dit…

NOUVEAUTE 2015

http://www.hhv.de/shop/en/item/jean-bernard-libreville-allons-y-gaiement-399919