samedi 7 février 2015

[...]

Oh hé hein bon!

C'est pas bien de se moquer de Lagarde, parce qu'elle a dit de feu le roi Abdallah (celui d'Arabie saoudite) qu'il avait été "de façon très discrète un grand défenseur des femmes" (n'oublions pas qu'il fut aussi lauréat, le premier, du Prix Lech-Walesa, "pour la promotion du dialogue entre les religions et de la paix au Moyen-Orient", si si...), c'est pas bien, surtout que Lagarde elle s'y connaît en droit des femmes, c'est une vraie FMIniste (Despentes, avec ses histoires de testostérone, peut aller se rhabiller...).

Pareil, c'est pas bien de se moquer de Vallstar, sous prétexte que sa lutte contre le djihadisme, toute populaire qu'elle est, relève de l'hystérie sécuritaire (son plan pour repérer les djihadistes en puissance est aussi judicieux que celui qui consistait, par exemple, à dépister les futurs délinquants dès la maternelle), c'est pas bien, d'autant que Vallstar, sa cote de popularité, il en a rien à foutre (tout le monde sait qu'il n'a aucune ambition présidentielle).
En revanche on a le droit de rigoler - jaune, mais rigoler quand même - quand on lit les textes de certains de nos grands intellectuels, comme Alain B et Alain B, Bad boy Badiou et Pappy Brossat, les deux vieux "rouges", dont l'aveuglement idéologique atteint ici les sommets (OK on doit retrouver le même aveuglement à l'autre extrémité, peut-être pire encore, cynisme oblige, mais j'ai pas lu)... même si, pour ce qui est d'Alain B, on peut toujours préférer la "vertu", au sens robespierrien du mot, de Badiou et Brossat, à l'affairisme d'un Bauer, franc-maçon (ancien grand maître) et grand manitou - de Sarko à Valls - pour tout ce qui touche en France à la sécurité et au terrorisme... 

Ah l'islam, cet islam dont nous les non-musulmans, il faut bien l'avouer, nous ne comprenons pas grand-chose. Courants, écoles, mouvements, mouvances... on s'y perd. Et le rapport à l'Occident, pas si simple non plus. Il faut dire que ça remonte à la nuit des temps. Pour certains, tel Jacques Ellul (remis récemment à l'honneur par Godard) il y aurait même "incompatibilité théologique" entre l'islam et le judéo-christianisme, lesquels s'opposeraient, fondamentalement, sur des points précis, ainsi au niveau du Livre, la Bible étant considérée comme un livre d'amour et de liberté (Ellul était protestant) alors que le Coran serait un livre de devoir et de contrainte. C'est peut-être vrai, c'est peut-être faux, j'en sais rien, je ne suis pas théologien...

Ce qui est sûr c'est que l'islam de Daesh (Daesh ça rime avec "Das Reich") et de Boko Haram (un truc très syncrétique qui mêle "islam" et grigri) n'a rien à voir avec l'islam vrai, ni même l'islamisme. C'est d'i-slam dont il faudrait parler, i comme internet et slam: écrasement (aucun rapport, bien sûr, avec l'art oratoire). De la destruction connectée, mondialisée, via le web (lire )... On rattache ça au salafisme djihadiste (à ne pas confondre avec le salafisme pépère, dit "quiétiste", qui lui fait chier personne), inspiré du wahhabisme saoudien, mais dans une forme ouvertement révolutionnaire, en guerre aussi bien contre l'Occident que contre les autres formes d'islamisme, considérées comme impures (lire )... pour quelques uns ça renverrait davantage au khâridjisme, un courant sunnite, très minoritaire, ultra-rigoriste, à travers surtout l'exemple des azraqites qui, dans le passé, allèrent le plus loin dans l'intransigeance dogmatique: "Étaient considérés comme des grands pécheurs, ceux qui s'abstenaient de lever l'étendard de la révolte contre tout pouvoir injuste. Ce rigorisme ne laissait aucune place à l'opportunisme, au 'neutralisme', à l'hypocrisie. La pratique de la dissimulation légale, la taqiya, des chiites était totalement interdite. Mais surtout les khâridjites azraqites préconisaient et appliquaient un véritable terrorisme fanatique. Ils utilisaient deux pratiques que ne connaissaient pas les sunnites: l'imtihân et l'isti'râd. L'imtihân ou examen probatoire consistait à exiger de tout musulman néophyte khâridjite, comme gage de sa sincérité, d'égorger un adversaire prisonnier, se référant au fait que le prophète avait demandé à Ali de couper la tête de prisonniers mecquois. Ensuite la pratique de l'isti'râd, du meurtre religieux, qui autorisait la mise à mort des hommes mais aussi des femmes et des enfants, fussent-ils impubères, de ces derniers. Ils considéraient le territoire occupé par les autres musulmans comme un territoire d'infidélité ou dâr kufr, où il était licite de s'attaquer aux personnes et aux biens..." C'est extrait de ce texte

Sinon j'ai bien aimé ce qu'ont dit ou écrit des types comme Slavoj Zižek 
(le film de Sissako, Timbuktu, semble d'ailleurs lui donner raison - cf. entre autres la scène où un djihadiste mitraille une touffe d'herbes, poussée au milieu des dunes, telle la toison d'une femme...), Philippe CorcuffOlivier Roy ou encore Raphaël Liogier...

31 commentaires:

Alain B. a dit…

Badiou et Bauer, c'est pas la modestie qui les étouffe.

Je ne suis pas un robot ... mais un fayot a dit…

Moi j'ai aimé ce qu'ont écrit Delorme et Tessé.

Anonyme a dit…

Pas mal la revue de presse.

Mais vous en concluez quoi de tout ça ?

Platon a dit…

C’est un peu ça effectivement : quelles conclusions en tirez-vous ? Vos billets sont toujours très brillants, par le style, la dérision, les jeux de mots, mais on ne sait jamais où vous vous situez exactement. Bien vu le rapprochement entre la campagne « Stop Djihadisme » du gouvernement et le vieux projet sarkozyste de lutte contre la délinquance par le repérage des troubles du comportement chez les enfants de 2-3 ans, mais vous auriez pu pousser plus loin votre analyse et pointer la droitisation de plus en plus criante de Hollande et Valls. Même chose avec l’islam, c’est bien beau de parler d’« i-slam » à propos des djihadistes, mais vous ne faites que reformuler avec humour des évidences, une vraie réflexion sur le sujet suppose quand même plus de sérieux.

Buster a dit…

Une vraie réflexion? mais qu’apporterais-je de plus à un débat où tout le monde, depuis un mois, y est allé de son avis, sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire… Tout a été dit, passé à la moulinette des idées et du prêt-à-penser, surtout par les donneurs de leçons, qui eux en effet traitent le problème avec beaucoup de sérieux, ce qui ne les empêche pas le plus souvent d’être parfaitement risibles…
Passé la question relativement simple de la liberté d’expression, derrière laquelle il est difficile de ne pas se rallier (pour la laïcité, la république et même la démocratie c’est déjà moins simple), le reste est nettement plus complexe qu’il n’y paraît et je suis admiratif (humour bien sûr) devant ces esprits brillants qui nous resservent la même soupe, le même blabla idéologique, les mêmes solutions, quels que soient les événements.
Donc voilà, pas de conclusion à tirer, faute d’être suffisamment compétent, faute aussi d’être suffisamment informé (qui voit la plupart réagir de façon panurgesque à ce que les médias leur délivre, quand ce n’est pas ce qu’ils lisent sur les sites qu’ils ont l’habitude de fréquenter, autant dire qu’ils y trouvent ce qu’ils souhaitent y trouver, confortés qu’ils sont dans leurs certitudes)…

Platon a dit…

Admettons, mais être dans le doute n’empêche pas d’avoir un avis, encore que pour vous plaisanter est peut-être une manière de prendre position. D’ailleurs j’ai remarqué que vous vous moquiez beaucoup plus de la gauche que de la droite. Et puis dire : l’extrême-droite, je ne m’en moque pas parce que je ne la lis pas, c’est un peu trop facile. Aussi, je vous repose la question à laquelle vous n’avez pas répondu : comment lutter contre le djihadisme ? Vous avez bien un avis (sans plaisanter)

Buster a dit…

Non je n’ai pas d’avis (sans plaisanter)… disons que pour l’instant je suis très sceptique quant à l'efficacité du combat engagé contre le djihadisme, que ce soit au niveau national (aussi irréaliste qu’irresponsable, même si comparer l’exécutif actuel au gouvernement de Vichy est d’une bêtise sans nom - amalgame et raccourcis, c’est ça qui plombe les débats), ou au niveau mondial (trop d'intérêts politiques, économiques, en jeu, souvent contradictoires, je n’insiste pas, vous savez ça sûrement mieux que moi), je crois plutôt en son autodestruction progressive, du fait des rivalités internes, inévitables (à la différence d'Al-Quaida du temps de Ben Laden dont l'aura favorisait une plus grande cohésion), des rivalités avec lesquelles il faudra alors composer, quitte à négocier avec d'anciens bourreaux "repentis" (c'est dégueulasse mais c'est comme ça, s’il y a des limites à la realpolitik on ne peut l’exclure complètement) pour favoriser l'élimination des plus enragés… Mais bon, ce n'est qu'une hypothèse.

Quant à la question de l’extrême-droite, vous faites fausse route. Je me moque de l'extrême-gauche parce que bien souvent ses prises de positions sont ridicules, du fait qu’elles sont excessives, sans nuances, incroyablement butées... si je ne le fais pas avec l’extrême-droite c’est tout simplement parce que les fachos ne m’intéressent pas (pauvreté de la pensée), qu’ils me dégoûtent, et le dégoût ça n’invite pas à la plaisanterie.

Anonyme a dit…

Rohmer était d'extrême droite.

Buster a dit…

Oui bon, on s’écarte du sujet, je parle de l’extrême droite pure et dure, ultranationaliste, pétainiste, xénophobe, qui défend des théories racistes, fantasme sur le grand remplacement, etc…

(Rohmer était un réactionnaire, royaliste, catholique pratiquant, surtout un grand mystique aux amitiés troubles, moins celle de Gégauff, le dandy, qui le fascinait tant, que celle de Parvulesco, un authentique fasciste celui-là…)

Jeff McCloud a dit…

Rien à voir avec le sujet, mais lors de la cérémonie des Bafta (l'acronyme pour "Buster's Academy of Film and Television Arts"), Boyhood de Richard Linklater a reçu le prix du meilleur film, Patricia Arquette celui de la meilleure actrice dans un second rôle, et plusieurs récompenses sont allées à The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson.

Buster a dit…

:-D

Anonyme a dit…

Et aussi :

http://www.dalloz-actualite.fr/chronique/juge-et-guepe#.VNkPBiw0-9t

Riss a dit…

Dites Buster, ça vous dirait d'écrire pour Charlie, on recrute

Buster a dit…

Oui c’est ça…

En attendant je vais lire ce qu’a écrit maître Eolas.

Paulin a dit…

Je suis déçu, vous n'avez pas répondu à votre ami des Spectres.

Anonyme a dit…

http://www.slate.fr/story/97773/suicide-etat-islamique

Buster a dit…

Hum... l’article de Slate, dans le genre neuneu, on fait difficilement mieux.

Paulin... si c’est vous qui m’avez envoyé le lien (que je n’ai pas publié évidemment), laissez tomber, il n’y a rien à répondre... de toute façon le mec se ridiculise tout seul, avec sa prose nauséeuse, bave aux lèvres, on dirait un journaleux de Je suis partout, tellement aveuglé par la haine qu’il en perd tout sens critique... bref à dégager...

Anonyme a dit…

politiquement parlant vous vous situez où alors ?

Buster a dit…



"Nos buts sont déjà fixés:
Réconcilier les oeufs brouillés
Faire que le veau d'or puisse se coucher
Apprendre aux chandelles à se moucher
Aux lampes-pigeons à roucouler
Faire sauter les plombs à coups de trique
Et les pommes de terre au plastic

(variante)
Amnistier les portes condamnées
A l'exception des portes-manteaux
- tiens ça rime pas, ah oui, je sais
c'est pour ça qu'y peuvent s'accrocher

Exiger que tous les volcans
Soient ramonés une fois par an
Simplifier les lignes d'autobus
En supprimant les terminus
Et pour prouver qu'on n'est pas chiches
Faire beurrer tous les hommes-sandwichs"

Anonyme a dit…

Ouais, un anarcho-trotskyste quoi (comme dirait le vieux borgne).

Anonyme a dit…

Borges est mort... ah non pardon, c'est Roger Hanin, je les confonds toujours ces deux-là.

Buster a dit…

Roger c'est Hanin, Borges c'est haineux...

Anonyme a dit…

C'est quoi le problème avec Borges ?

Charlie a dit…

Salut Buster,

Vous qui êtes lacanien, que pensez-vous de ce qu'a écrit Jacques-Alain Miller, le "copain" de Badiou :

"Je dis que tout musulman, quel qu'il soit - sauf peut-être quelques acculturés, des "musulmans des Lumières" autoproclamés, ou alors des génies échevelés comme Rushdie - souffre, est malheureux, mal à l'aise, gêné, oppressé,quand on manque de respect à Mahomet. Tous ne se soignent pas à la Kalachnikov, très loin de là, mais tous ressentent, à des degrés divers, ce malaise (Unbehagen de Freud)."

Buster a dit…

Salut Charlie,

D’abord je ne suis pas lacanien, au sens où je n’ai rien à voir avec la psychanalyse même si je m’y intéresse, ensuite la phrase de Miller (qui n’est pas ma tasse de thé), sortie de son contexte, elle est très gênante, c’est qui le "tout musulman"?, Plenel, l’autre "copain" de Miller :-) aurait vite fait de lui reprocher d’essentialiser. Ceux qui "se soignent à la Kalachnikov" se servent davantage de l’islam qu’ils ne souffrent quand on manque de respect à Mahomet (pour eux prétexte au djihad), le problème est plus politique que religieux. Alors qu’à l’autre bout du spectre, du côté des plus croyants, là oui, le blasphème ne peut que provoquer un sentiment de malaise, mais comme chez les plus croyants des juifs ou des chrétiens, non?... moi ça me fait marrer qu’un athée assène comme ça des affirmations sur une religion qui n’est pas originellement la sienne. Cela dit l’approche de Miller doit être psychanalytique, il faudrait donc que j’en sache plus sur le texte dont la phrase est tirée.

PS. Le problème avec Borges? Il est simple... c’est celui qu’on peut avoir avec n’importe quelle crevure.

Charlie a dit…

Salut Buster,

Merci d'avoir répondu, je suis d'accord avec vous. Sinon Miller présente ça comme sa thèse, je ne sais pas s'il l'argumente ailleurs.

Anonyme a dit…

Une thèse étonnante, d'ailleurs. Ainsi, "les" musulmans (il y en a sur terre 1 milliard au bas mot) seraient tous des robots à la réactivité émotionnelle configurée une fois pour toutes, et les rares à sortir de ce schéma tout tracé le doivent à... leur génie (sans doute d'importation). Mais le plus drôle, c'est que Miller a piqué cette grande idée à... Daech, qui voit à peu près les "mécréants" de la même façon : un troupeau de moutons revenus de "l'âge de l'ignorance" anté-islamique...

Anonyme a dit…

Il y a aussi ça à savoir :

http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Crises-et-conflits-armes/Actualites/Les-5-plus-gros-vendeurs-armes-dans-le-monde-12947?prehome=0

Buster a dit…

Ah le traité sur le commerce des armes, aussi efficace que le protocole de Kyoto…

sg a dit…

Euh, c'est quoi l'adresse de ton dealer, Buster?

Buster a dit…

Et puis quoi encore?