samedi 10 janvier 2015

Charlie Hebdo




Charlie et son drôle de drame. L'humour c'était la foi du Charb... Me rappelant un autre dessin de Charb, paru à la mort de Cavanna, je me suis dit OK, pas d'hommage, juste un dessin, comme celui-ci ↑, le dernier de Charb, bien dans l'esprit de Charlie Hebdo (que je ne lisais plus beaucoup, je l'avoue, me contentant des couvertures), et en même temps cruelle ironie. (07-01-15) 

Certes, publier un dessin - cela aurait pu être celui-là aussi  signé Cabu - c'est rendre hommage, mais sans les mots, de ces mots qui bien souvent ne veulent rien dire (et je ne parle pas que des politiques): réactions à fleur de peau ou formules convenues, quand elles ne sont pas déplacées, larmes (Madeleine ou crocodile) et colère réunies... Mieux vaut se taire, je crois. (08-01-15)

Donc voilà. Quelques dessins et... quelques mots, quand même, pour Charlie Hebdo, des hommes (et une femme) qui ne sont pas tombés au champ d'honneur (faut arrêter avec ces conneries, ils n'étaient pas en guerre), mais ont été les victimes désignées de deux frères islamistes, aussi allumés que radicalisés, tout ça parce que Charlie Hebdo se moquait ouvertement de l'islam (comme des autres religions), de son aspect le plus obscurantiste, l'humour donc (pas des plus fins, c'est sûr, qui mêle satire et blasphème, mais pas pire que celui de ses prédécesseurs, que ce soit Hara-Kiri ou le premier Charlie), et qu'à ce titre il était bien seul. Alors quoi? Alors rien, c'est trop horrible, trop triste, trop con, avec en plus, maintenant, cette tuerie dans un supermarché juif... Et à côté, tous ces appels, à rester uni, à ne pas tomber dans le piège, à ne pas stigmatiser (blabla de circonstance, comme le plan vigipirate en alerte maximale), et malgré ça, les inévitables dérapages islamophobes (ou plutôt racistes), sans compter l'information continue, en bruit de fond, qui n'arrange pas les choses... Bon allez j'arrête, je n'arrive pas à ordonner mes pensées... pour ce qui est de la connerie, je préfère revoir ça. (09-01-15)  

Aucun commentaire: