vendredi 12 septembre 2014

[...]




Ces séries qui nous dévorent... (dessin: Pénélope Bagieu, in Télérama).

Sondage destiné aux sériephiles et autres adeptes du binge watching: à quelle(s) série(s) avez-vous été le plus accros?

70 commentaires:

Griffe a dit…

Salut Buster. Alors :

Vu entre un et trois épisodes et pas eu envie d'aller plus loin : L’hôpital et ses fantômes, Lost, The Walking Dead, The West Wing, Chosen, Justified, Girls, Sherlock, Hannibal, Utopia, Derek, Intruders, Insiders...
Tenu une saison et demie : Twin Peaks (en fait c'est emmerdant), 24h chrono, Eastbound and Down, American Horror Story, The Booth at the End, Breaking Bad
Suivi trois saisons : Mad Men
J'ai été accro à : Profit (1 saison), The Wire (5 saisons), True Detective (1 saison), Black Mirror (3 épisodes), Day Break (1 saison)
Enfin je regarde en ce moment, mais sans être accro : Louie, Top of the Lake, Treme

Et vous ?

Federal Burdeau a dit…

- The Sopranos
- Breaking bad
- The Wire (Sur écoute)
- Six feet under
- True detective
- Masters of sex
- The West Wing (A la Maison blanche)
- 24 (24 heures chrono)
- House of cards
- Louie


Anonyme a dit…

Bonjour Buster,

1. 24 heures chrono
2. X-FILES
3. Aeon Flux
4. The Newsroom
4. Fringe
5. Alias
6. Sons of Anarchy


Et vous Buster ?

Ludovic

séries – bibi :-D a dit…

Euh… mes séries-télé préférées (of all time ?-D

01. The Simpsons
02. The Twilight zone
03. Le Prisonnier

04. Iris (Corée / créée par Kang Je-Gyu, avec Lee Byung-hun, Kim Tae-hee)
05. The Americans
06. Masters of sex

07. The Avengers (Chapeau melon et bottes de cuir, quoi !-]
08. Loterie (1983)
09. Friends
10. Central Park West

PS : enfin… il faut dire que je ne suis pas tellement « sériephile » non plus, hein !-]

reality is only temporary a dit…

- Le Prisonnier
- Freak & Geeks
- Platane
- The Avengers
- Columbo
- Nestor Burma (Guy Marchand)
- Seconde B
- Hartley coeur à vif
- Twin Peaks
- Louis la brocante

Jerry Seinfeld a dit…

Freaks & Geeks par-dessus tout !

Anonyme a dit…

-Father Ted

Vincent a dit…

Le prisonnier
The avengers
Au cœur du temps
Les envahisseurs
Les mystères de l'ouest
Mission : impossible
Thunderbirds
Aubrac City
Deux ans de vacances

De récent, rien, j'ai juste bien aimé quelques épisodes de Band of brothers et de Walking dead, mais aussi, je n'ai plus la télé depuis longtemps.

valzeur a dit…

Hello Buster,

Regarder des séries est une servitude encore plus volontaire qu'être cinéphile, j'ai arrêté depuis deux ans.
Ceci dit, je conserve une certaine admiration pour les Sopranos que j'ai vu in extenso (ainsi que 0z et Six Feet Under, autrement plus discutables).
A l'époque, tenu un épisode de Breaking Bad (quelle horreur !) et une saison de The Wire (de la bonne grosse vieille fiction de gauche avec des ficelles narratives épaisses comme des câbles, dans mon souvenir).

Christophe a dit…



http://gonzai.com/alf-mauvais-alien/

Buster a dit…

Merci à tous.

En ce qui me concerne, je n'ai pas de liste à proposer, je ne regarde pas les séries de façon suffisamment assidue. Seule exception: les Soprano (et 24h chrono dont j'ai dû voir les trois premières saisons)

Cette année j'ai vu et beaucoup aimé The Americans (saison 1) et là je viens de commencer Homeland...

David Thiery a dit…

- Code Quantum
- Columbo
- Twin Peaks ( qui n'a duré, au passage, qu'une saison et demi, il semble que Griffe se soit infligé cette série dans son intégralité )
- Le Prisonnier
- Chapeau melon
- Millenium ( de Chris Carter )
- Mad Men
- The Monkees

§ a dit…

Le club des cinq, Zora la rousse, San Ku Kaï, La petite maison dans la prairie, L'homme de l'Atlantide, L'homme qui valait trois milliards, L'homme qui tombe à pic, Le riche et le pauvre, Dallas, Les petits génies, Starsky et Hutch, Chips, The Avengers, Agence tous risques, Happy Days, Ricky ou la Belle vie, Harnold et Willy, L'île fantastique, L'Amour du risque, Loterie, Maigret (Jean Richard), Magnum, Manimal, Cosmos 1999, L'homme sans visage, Les compagnons de Baal, L'île aux trente cercueils, Le prisonnier, Columbo, La quatrième dimension, Bizarre bizarre, Le voyageur, Noires sont les galaxies, Twin Peaks, Platane...

TMcK a dit…

Bon stop les listes pour aujourd'hui et en plus l'essentiel des séries que j'aime (ou pas) vous les savez déjà.

Buster a dit…

Ah bon?

Merci § pour cette liste très sélective (le moins qu'on puisse dire c'est que ça nous rajeunit pas :)

Jeff McCloud a dit…

Bonne question Buster, merci de l'avoir posée ;-). Par ordre chronologique j'ai pu être "accro" à Seinfeld (même s'il s'agit d'une sitcom et non d'une série à proprement parler), aux Soprano puis à 24h chrono (qui ne vaut finalement que par sa première saison, bluffante), bref rien de bien original. Evidemment les Soprano restent pour moi la meilleure série, parmi celles, relativement peu nombreuses, que j'ai pu regarder (et Seinfeld la plus désopilante). Aimé aussi la saison 1 de Twin Peaks (et l'épisode-pilote réalisé par Lynch) et les deux premières saisons de The Wire (pas vu la suite). Par résistance à la "servitude volontaire" mentionnée par valzeur, (et une série c'est long, surtout vers la fin), je tarde à me plonger dans The Americans, True Detective et Masters of sex, dont pourtant on me dit du bien. Parmi les mini-séries récemment j'ai aimé Pt'it Quinquin dans sa version cinéma (en scope), Top of the Lake, et j'ai découvert Wild Palms (1992) par souci d'apporter un éclairage plus complet sur ce qu'a voulu faire Cronenberg avec Map to the Stars (sous cet angle c'est intéressant).
J'ai vu Hit & Miss (au moins c'est court, 6 épisodes), c'est médiocre mais Chloe Sevigny est fascinante.
Je lis que plusieurs commentateurs mentionnent The Walking Dead : après avoir regardé quelques épisodes en diagonale il m'a semblé que les si les trois premières saisons étaient calamiteuses, la quatrième marquait une amélioration (voir notamment l'épisode 9, intitulé "After").

C'est incroyable comme tout le monde se précipite dès qu'il s'agit de donner une liste :-)

Buster a dit…

C'est vrai, une liste, rien de tel pour rebooster un blog ;-)

Buster a dit…

Je viens de voir le premier épisode de P'tit Quinquin, c'était p't'être pas une bonne idée, j'aurais dû attendre pour tout voir d'une traite, en tous les cas j'ai plutôt bien aimé, même si je n'y ai pas vu la radicalité du geste dont tout le monde parle à propos de Dumont, à commencer par les Cahiers (l'édito de Delorme, c'est du délire), ça reste du Dumont pur jus, mêmes gueules d'affreux, limite dégénérés, chez les hommes, dans un paysage magnifié, même science du cadre et de la lumière, la différence c'est que le comique y est poussé à l'extrême (dans mon souvenir L'humanité m'avait déjà bien fait marrer), c'est un comique un peu facile, avec son côté bêtisier... bref, j'attends de voir l'ensemble pour me prononcer.

Anonyme a dit…

Vous l'avez vu où le P'tit Quinquin ?

Buster a dit…

1er épisode:

Anonyme a dit…

Merci.

Anonyme a dit…

Inutile de pinailler Buster, P'tit Quinquin c'est le meilleur film de l'année, tout le monde le dit.

Anonyme a dit…

Le voir en entier dans une grande pleine de spectateurs qui rient, et tout seul, par morceaux en streaming sur un site internet, c'est sûr que c'est pas pareil...

Buster a dit…

Ah mais je l'ai regardé via la télé, d'ailleurs c'est un téléfilm, et je me méfie des salles bondées où tout le monde rigole...
Sinon je pinaille pas, j'exprime juste une réserve: la fascination habituelle de Dumont pour les physiques disgracieux et/ou d'ahuris profonds, quand elle s'associe comme ici à un comique volontairement épais, finit quand même par être un peu gênante... la suite de la série va-t-elle dissiper cette impression ou la rendre encore plus tenace? c'est la question que je me pose.

valzeur a dit…

Hello Buster,

Attendez, là ! On parle quand même de Brunp Dumont, pas de n'importe qui ! Ce sera donc pire que tout et voilà. Je suis même sûr qu'il saura nous faire oublier Camille Claudel et ses vraies handicapées mentales malmenées par de vraies (?) grandes actrices pour la beauté de l'art… C'est à ça qu'on reconnaît un grand artiste, le dépassement (des limites, de la connerie, etc…)

valzeur a dit…

Re Buster,

Alors là, ça n'est vraiment pas possible ! Je pensais avoir subi le fond du cinéma français avec Party Girl, et plus récemment Métamorphoses et Hippocrate, deux ignobles choses diamétralement opposées (mais qui se rejoignent au moins dans la nullité). Et voilà que Griffe m'aiguille sur ceci :
http://www.arte.tv/guide/fr/050728-000/les-enfants

Comment dire? LOL avec des milliers de O, au bas mot...
Si vous aimez les apocalypses Kawaï (les apokawaïlypses ?)
Si vous aimez le chocolat Milka
Si vous aimez les enfants qui jouent comme des cochons (mais avec des yeux si grands, si purs)
Si vous aimez les belles actrices rousses échappées de Plus Belle la Vie dans leur tête
Si vous aimez un soupçon de magie spielbergienne avec les objets du grenier
Si vous aimez M83 en version mollasse-contemplative
Si vous aimez le grotesque sous toutes ses formes involontaires…
Ce film est pour vous !

MAIS ATTENTION !!! Après sa vision, vous ne considérerez plus jamais Honoré et Y. Gonzalez pour ce qu'ils sont. Très naïvement vous appellerez le premier Cocteau, le second Pasolini, et vous aurez vu la lumière !!!

(Afin que vous ne perdiez pas totalement 31 minutes de votre vie, je vous recommande de voir les Enfants en faisant autre chose, repassage, vaisselle, mails divers ; la bande-son sera de toute façon garante de la qualité sans pareille à l'oeuvre ici).

Bon courage (ne m'en veuillez pas, s'il vous plaît)

Buster a dit…

Salut valzeur,
Eh bé… heureusement qu’il y a le cinéma français pour vous faire sortir de votre torpeur… Les enfants, je ne sais pas ce que c’est, Kawaï késako?, Hippocrate je fais l’impasse, Métamorphoses j’en sors, c’est nul, prétentieux, absolument consternant… bon avec Dumont on change de catégorie, lui c’est le plus grand cinéaste français en activité, c’est bien connu (avec Carax dirait Delorme, Assayas dirait Frodon, Honoré dirait Lalanne, Beauvois dirait Burdeau…), bref, son film fait l’unanimité auprès de la critique, sur ce que j’en ai vu pour l’instant, on ne peut nier la force de sa mise en scène (enfin de vrais plans), mais ça on le savait déjà, pour le reste c’est quand même étonnant que personne ne s’interroge sur cette obsession chez lui pour les tronches impossibles (était-il absolument nécessaire que P’tit Quinquin ait un bec-de-lièvre, du moins la cicatrice?) qui, placée sur le registre de la comédie, moi me met mal à l’aise (même si c’est drôle - sans être hilarant, faut pas exagérer non plus - même si c'est largement supérieur à l’atroce Camille Claudel avec Juliette Boniche), et plus généralement sur l’aspect très caricatural de ses personnages masculins (qu’il soit lui-même originaire du Nord ne le dédouane pas)… parce que hein franchement, l’acolyte du commissaire, un hooligan du PSG n’aurait pas fait pire comme portrait… mais bon, j’ai dit que j’attendais la suite :-)

valzeur a dit…

Re Buster,

Les enfants = JS Chauvin (à la caméra) + H. Frappat (au scénario), une win team qui fait rêver…

Laissez-vous tenter, vous avez besoin d'un sas de décompression après Métamorphoses (bon, ça fait un peu mal, mais le Honoré est meilleur que ça d'un poil, je vous laisse imaginer si finalement vous renoncez à voir Le Chauvin/Frappat).

Dumont, plus grand cinéaste français en activité : Il fait 1m98 ?
Bon, je vais quand même m'enquiller P'tit Zinzin, vous connaissez mon masochisme, je vous dirais après, c'est peut-être génial après tout, les Cahiers - que je ne lis plus - se roulent dedans, on m'a dit...

Buster a dit…

Dumont, plus grand cinéaste français, c'était une blague bien sûr... le problème avec lui c'est qu'il théorise tout, même le rire, quand il fait une comédie, il prend ça très au sérieux.

Bon allez je vais voir les Enfants (un titre durassien pour un film spielbergien donc)

le vice-consul de Lahore a dit…

Alors ces Enfants, grotesque ou lumineux ?

Anonyme a dit…

Rassurez-vous Buster, Dumont aime ses personnages, mais il faut voir toute la série pour s'en rendre compte.

Anonyme a dit…

Bah moi je vous ai devancés ! Je déteste Dumont depuis qu'il a réalisé Freaks en 1932 !

Thomas Lilti a dit…

Mes séries préférées :

Grey's anatomy
Dr. House
General Hospital
L'Hôpital et ses fantômes
Urgences
Scrubs
The Knick
Nip/Tuck
In treatment
Private Practice
Saving Hope
MASH
Mercy Hospital

P.S. comment ça vous faites l'impasse sur mon film ?

Serge Kaganski a dit…

"Le réalisateur Bruno Dumont explose tout: son image de mystique ténébreux, le cinéma d'auteur français, la série télé, les frontières entre gravité et comédie, artefact exigeant et objet populaire, grand et petit écran"

Tennstedt a dit…

Si Dumont - qui apparemment peut tout - pouvait réduire la critique au silence quelques mois, ça nous ferait des vacances.

Pour mémoire a dit…

Antidote possible aux affreux "Enfants" de Chauvin-Frappat : le beau "Sauve-toi" de Jean-Marc Fabre, moyen métrage réalisé en 1993.

Léo Pierron a dit…

@ Pour mémoire

En effet. Mais c'est qu'à l'époque on ne barbotait pas dans le misérable rêve d'être Spielberg :

https://vimeo.com/8096140

Léo Pierron a dit…

Et pourquoi fantasmer la mort ou l'exil d'un enfant ? Leur énergie et leur joie feraient-elle peur ?

https://vimeo.com/8107705

Buster a dit…

Que Dumont éprouve une certaine tendresse pour son petit héros, je veux bien le croire, c’est même la moindre des choses, mais pour les autres?… Ce qui compte n’est pas la monstruosité des personnages mais le regard qu’on porte sur eux, or celui de Dumont me semble ni sympathique ni méprisant, en fait je crois qu’il s’en fout, l’important pour lui c’est que ça fasse "beau" dans le tableau… (et le beau Népalais, comme dit mon ami sherpa)

Quant à la critique, j’en peux plus moi non plus de cette surenchère débile dans les louanges… à force de valoriser tout et n’importe quoi, de se pâmer devant des films comme ceux d’Assayas et d’Honoré, de considérer un bon petit premier film (les Combattants) comme le grand film tant attendu du cinéma français, qui apporte enfin un souffle nouveau, il est pas étonnant que lorsque arrive P’tit Quinquin on tombe dans le délire le plus total.

Buster a dit…

PS. Les Enfants, oui bon j’ai vu, c’est ni grotesque (j’aurais bien aimé) ni lumineux (hélas), disons que c’est très pâlichon.

Baby Doll a dit…

Vous n'aimez plus rien Buster, c'est triste.

Buster a dit…

:-(

Léo Pierron a dit…

Ne rien aimer n'est pas triste, ça peut même être très joyeux. C'est le cinéma qui se fait, ou qu'on nous distribue, et les critiques qu'on lit qui sont tristes.

Buster a dit…

:-)

Anonyme a dit…

Léo Pierron, c'est Pierre Léon ?

Anonyme a dit…

"le beau Népalais, comme dit mon ami sherpa"

Merci Buster, je la ressortirai celle-là

Buster a dit…

De rien.

Léo Pierron a dit…

Non.

l'oeil (du) domestique a dit…

Pour rester dans le sujet : un commentaire là-dessus, peut-être ?

http://blogs.lesinrocks.com/kaganski/2014/04/10/les-saintes-series/


Buster a dit…

C'est pas Pierre Léon c'est Noel Eirrpe (anagramme en collants) :-D

Kaganski et les séries, ah non pitié, pas ça!

geeke a dit…

Ça alors, l'anagramme en collants, génial !

valzeur a dit…

Hello Buster,

00h31, vendredi 19 septembre : je sors des deux premiers épisodes de PQ (décryptez), et là, respect, Bruno Dumont est vraiment "in da house" ! Par quel aveuglement général et total des êtres humains dotés de sensibilité peuvent-ils trouver un semblant d'intérêt à son cinéma même sous forme dégénérée de série semi-grand public (la bonne blague) ? C'est vraiment un mystère ontologique. Bon, je suis trop accablé pour poursuivre, bonne nuit…

Buster a dit…

Vu aussi et de plus en plus perplexe devant cette espèce de con-sanguinité générale dans laquelle baigne le film... Ce qui domine comme toujours chez Dumont c'est le casting et la photo, mais le comique, plutôt déroutant au début, commence à peser des tonnes...

Anonyme a dit…

pas surpris que vous détestiez le film, puisque tout le monde l'aime, le comique n'est pas pesant, dumont joue à fond la carte du grotesque , vous faisiez moins le difficile devant le film de bozon, enfin bon..

Buster a dit…

D’abord je n’ai jamais dit que je détestais le film (vous me confondez avec valzeur qui a réagi à chaud, mais à froid ça serait pire encore :), moi je parle de gêne, de malaise et de perplexité. Je me contente pas des paroles de Dumont invitant le spectateur à se gondoler sans retenue devant ce qu’il estime être une parodie de son cinéma… Oui le film est drôle, enfin surtout le premier épisode, le problème c’est que la mécanique se fait de plus en plus sentir, à travers le jeu à la fois excessif et limité des acteurs, c’est un comique forcé, comme si Dumont qui jusque-là avait tendance à nous dire "admirez mes films", là nous ordonnait presque de rire… ça le ferait s’il n’y avait pas cette image quand même très dégradante des gens du Nord, image d’autant plus problématique qu’il n’y a pas de distance, celle qu’instaurerait un comédien professionnel, le film est comme un miroir tendu à la face même de ces acteurs amateurs, choisis sur place, uniquement pour leurs trognes, évoquant une lourde hérédité (du flic au curé, du paysan au bedeau, du marchand de frites au vétérinaire, ils ont tous des bonnes tronches de tarés)… ce qui fait qu’à un moment donné le rire commence à se crisper, qu’on finit même par avoir un peu honte d’avoir rigolé… Mais les paysages sont beaux.

JP Morgain a dit…

Critiquer P'tit Quinquin, c'est du snobisme.

Dany Boon a dit…

Vous seriez pas vous-même ch'timi Buster ?

Buster a dit…

Pas du tout.

Anonyme a dit…

Les personnes handicapées et les jardiniers au chômage revendiquent le droit de faire l'acteur et d'apparaître à l'écran comme les autres. Il ne devrait pas être choquant qu'un acteur handicapé interprète un personnage handicapé ou alors il faut une loi imposant de réserver le rôle à un acteur professionnel spécialisé.

Buster a dit…

?

les trois lecteurs UMP de Balloonatic a dit…

Nicolas est de retour ! Alléluia ! On attend votre prochain billet, Buster ! Vous ne pouvez pas ne pas rendre compte de cet événement sans précédent ! Ne nous décevez pas !

Mac Mahon a dit…

Je suis pour l'interdiction des handicapés au cinéma, Juliette Binoche incluse.

Ch'tiderman a dit…

Vous oubliez une chose, Buster : le film est vu à travers le regard de P'tit Quinquin, ce n'est pas la réalité. A vous lire, on a l'impression que le film est une illustration de la banderole du PSG : "chômeurs, pédophiles, consanguins, bienvenue chez les Ch'tis ". Il ne faut pas exagérer. Et puis l'humour, le côté absurde, ce film c'est vraiment Twin Peaks chez les Ch'tis.

Ch'tiderwoman a dit…

Et puis en ce qui concerne "cette image quand même très dégradante des gens du Nord", la question a été posée à Dumont lors des avant-premières, et pour lui, à travers les personnages qu'il filme, il fait le portrait non des "gens du Nord" mais de l'humanité toute entière. Chacun à notre manière, nous sommes tous des freaks.

Léo Pierron a dit…

"Il ne faut pas exagérer." Ça veut dire que c'est un peu vrai ?

Buster a dit…

Twin Peaks chez les Ch’tis, il y a de ça, mais il y a aussi le côté Rougon-Macquart au Groland, un peu pénible à la longue, qui m’empêche d’adhérer complètement au film… Sinon pour la banderole du PSG, c’est vous qui exagérez, je ne réduis pas Dumont au Kop de Boulogne (ni même de Boulogne sur mer, hé hé)… Et pour ce qui est du regard, je ne suis pas convaincu, attendons la fin de la série… P’tit Quinquin évoque moins l’enfance avec sa part d’innocence, de cruauté et de racisme (on n’est pas chez Pialat) qu’une forme d’hérédité, quelque chose de bien ancré, socialement, qui fait que ce que nous montre Dumont c’est peut-être moins le monde des adultes vu par un enfant qu’un monde dont l’enfant ferait déjà partie, comme si tout était prédéterminé, de sorte que lorsque P’tit Quinquin, avec son visage déjà vieux avant l’heure (il porte en plus une prothèse auditive, première chose qu’on découvre chez lui), répond à son père "bah ça sert à quoi les vacances, si on n’peut rien foutre", on l’imagine bien, vingt ans plus tard, dire cette fois "bah ça sert à quoi le chômage, si on n’peut rien foutre"… (ok, là j'exagère un peu)

Le portrait de l’humanité toute entière, c’est toujours le même discours chez Dumont, depuis l’Humanité justement… le slogan "nous sommes tous... des freaks, des bêtes, des fous, etc.", c’est de la philo pour les nuls, ce qui m’importe ce n’est pas ce que Dumont veut nous dire (en le ressassant de film en film), mais ce qui finit par se dégager de chacun de ses films, quoiqu’il en dise…

Buster a dit…

Sinon une précision, quand je dis que chez Dumont la disgrâce physique des personnages masculins ça fait bien dans le tableau, c’est surtout un jugement esthétique, ces "gueules" sont vraiment comme des géographies, des paysages tourmentés, avec leurs lignes accidentées, qui s’intègrent plus qu’ils ne s’opposent à la beauté, on pourrait dire horizontale, des lieux. Je suis plus sensible à cet aspect de son cinéma (qui fait que j’aime bien certains de ses films) qu’à sa mystique lourdingue ou, comme ici, à son soi-disant génie comique.

Lucie a dit…

Bonjour Buster,

C'est étrange, j'ai l'impression qu'au fond vous aimez bien le film mais que ça vous embête.

En ce qui me concerne, je le verrai quand il sortira en DVD, car je n'ai plus la télé (non par choix, mais parce qu'elle est tombée en panne ! :-))

Sinon, avez-vous vu 3 Coeurs de Jacquot ? Moi j'aime beaucoup.

Buster a dit…

Non Lucie, il y a simplement des choses que j'aime bien dans le film et d'autres que je n'aime pas, mais comme je n'ai vu pour l'instant que la moitié je ne cherche pas à trancher... du coup c'est un peu particulier, ça fait "criticism in progress"....

Pas encore vu 3 coeurs.

Anonyme a dit…

Alors ce P'tit Quinquin ?