mardi 15 avril 2014

[...]















Tournage de O velho do Restelo de Manoel de Oliveira.

Eh bien ça y est, le financement a été trouvé, Oliveira peut enfin réaliser son nouveau film, O velho do Restelo (le Vieux du Restelo), un court métrage inspiré d'un personnage des Lusiades de Luís de Camões et qu'il vient de tourner à Porto, sa ville natale. Dans l'épopée de Camões, qui raconte l'expédition de Vasco de Gama vers les Indes en 1498, le vieux du Restelo (du nom de la plage de Lisbonne d'où partirent les navires) est un sage, issu du peuple, dont la voix s'élève, au moment où les caravelles quittent le port, pour condamner l'aventure maritime (et par là même la politique expansionniste du roi), dont il prévoit les malheurs futurs, soit l'écroulement de l'empire. Le personnage - symbole de pessimisme, un pessimisme que l'on retrouve aussi bien chez Camões que chez Oliveira - a, depuis, souvent été utilisé dans la littérature portugaise. Ainsi par Pessoa, comme contrepoint à la glorification des grands navigateurs (les "larmes salées" du Portugal), et Saramago, comme figure de l'anti-impérialisme. Or l'impérialisme aujourd'hui, pour un Portugal exsangue, c'est surtout celui de la mondialisation, incarnée entre autres par l'Union européenne et ses diktats. Est-ce ce dont veut nous parler Oliveira? Réponse dans quelques mois.

2 commentaires:

DnD a dit…

Oh mince... J'avais vu passer la nouvelle je ne sais plus où et je me suis réjouis trop vite : on ne l'a donc pas soutenu pour son long-métrage lié au Brésil... Misère...
Bonne semaine, Buster.

Buster a dit…

Ah oui, l'Eglise du diable, les trois petites histoires d'après Machado de Assis... Je crains hélas qu'Oliveira ne puisse plus jamais tourner de long métrage...