mardi 31 décembre 2013

[...]

"D'abord, je vais raconter le hold-up que nos parents ont commis. Ensuite les meurtres, qui se sont produits plus tard. C'est le hold-up qui compte le plus, parce qu'il a eu pour effet d'infléchir le cours de nos vies à ma sœur et à moi. Rien ne saurait tout à fait compréhensible si je ne le racontais pas d'abord.
Nos parents étaient les dernières personnes qu'on aurait imaginées dévaliser une banque. Ce n'était pas des gens bizarres, des criminels repérables au premier coup d'œil. Personne n'aurait cru qu'ils allaient finir comme ils ont fini. C'était des gens ordinaires, même si, bien sûr, cette idée est devenue caduque dès l'instant où ils ont bel et bien dévalisé une banque." (Richard Ford, Canada)

De loin la meilleure intro que j'ai lue cette année. Au point que le livre, acheté la veille, a été avalé en une nuit.

Après Liu Xiaobo (2009), Julian Assange (2010), Mohamed Bouazizi (2011) et les Pussy Riot (2012), quid de la personnalité 2013? Le pape François rallie tous les suffrages, mais bon, je ne suis pas assez papophile. A l'opposé, il y a cette ordure de Bachar el-Assad, le tueur en Syrie, comme titrait Libé, mais bon, le cynisme a ses limites. Il y a aussi Vitali Klitschko, le boxeur ukrainien (champion du monde des poids lourds) passé du ring aux barricades. Pourquoi pas. Sans oublier Malala Yousafzai, la jeune militante pakistanaise... Christiane Taubira? Non, ça fait trop franco-français (expression qui ne veut rien dire, je sais), c'est pourquoi j'écarte aussi Nabilla (hé hé)... Finalement je choisis Edward Snowden, le lanceur d’alerte qui a révélé les pratiques de la NSA ainsi que des gouvernements américains et britanniques en matière de surveillance électronique. Et dans la foulée, une mention pour Bradley Manning (qu'il faut désormais appeler Chelsea même s'il n'est pas encore devenu femme) qui a été condamné à 35 ans de prison pour avoir transmis à WikiLeaks les fameux documents secrets concernant les agissements de l'armée US en Irak.

A venir mon Top films 2013.

Aucun commentaire: