vendredi 22 novembre 2013

11/22




Dallas, il y a exactement 50 ans: "Les lois de l'hospitalité" [extrait du film Gore Tex qui n'existe pas]. Musique: The Greenhornes.

[ajout] Rien à voir, juste une idée, comme ça, qui m’a traversé l’esprit cette nuit, avant de me coucher. Pourquoi dois-je de plus en plus revoir certains films (ceux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier) pour me faire une opinion à leur sujet. On me répondra: parce que je manque de discernement. Pas faux. Mais c’est justement parce que la valeur de ces films (essentiellement des films d’auteurs, une partie de la réponse vient de là) est parfois si difficile à apprécier que j'en ressors troublé, perturbé, à la fois ravi et agacé, mais incapable de dire si j'ai aimé ou pas. Une seconde vision s’impose. Certes la majorité des films, on ne les revoit pas, soit parce qu’ils vous ont tellement déplu qu’on ne juge pas utile de les revoir, soit - situation plus rare mais non exceptionnelle - parce qu’ils vous ont tellement plu que l’affaire est entendue. Mais il y en a pour lesquels j’ai du mal à émettre un jugement, ce qui bien sûr n'empêche pas d'en parler... A quoi cela est dû? Je dirais à un manque d’évidence. Non pas au niveau du sens - je revois régulièrement Bringing up baby de Hawks, je le redécouvre à chaque fois, chaque nouvelle vision s’enrichissant de la précédente - mais au sens où les semblants dans un film, ce qui en fait justement la richesse, comme chez Hawks, évoluent aujourd’hui de façon si masquée (et dans nombre de cas, cela relève ou bien de la roublardise ou bien de la prétention) que l’évidence, qui est celle finalement du cinéma classique, s’en trouve contrariée. Cette question des semblants, c'est le grand sujet du dernier Polanski... (à suivre)

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Quelle merde, le bouquin de Klossowski.

Anonyme a dit…

On entend bien quatre coups de feu dans votre film, mais on ne sait toujours pas si Kennedy a été tué par derrière ou par devant.

Buster a dit…

On le saura peut-être dans 15 ans, auquel cas je republierai ma vidéo :-)

Derrida a dit…

la question des semblants est évidente dans le film de Polanski.

Buster a dit…

La question oui est évidente, mais pour ce qui est des semblants c'est une autre paire de manches.

Anonyme a dit…

Georges Lautner, le papa des Tontons flingueurs, est mort ;(

Zouzou a dit…

Je ne suis donc pas le seul cinéphile bègue, voilà un soulagement. A sa deuxième vision, j'ai moi aussi la sensation de le découvrir pour ce qu'il est.