vendredi 7 juin 2013

[...]


 

Caroline Loeb dans Flammes d'Adolpho Arrietta (1978). A gauche: la version pelloche (le film a été tourné en 16 mm) avec son grain et ses poils sur les bords du cadre (invisibles ici car l'image est retaillée), à droite: la copie numérique de la version restaurée.

Flammes donc, dans sa nouvelle version. Le revoir (c'était la quatrième fois) fut un véritable déchirement... Où sont passées les couleurs? Plus que Ravel (Ma mère l'Oye) c'est Souchon ("L'amour à la machine") qui m'a accompagné tout au long du film:

Passez notre amour à la machine
Faites le bouillir
Pour voir si les couleurs d'origine
Peuvent revenir
Est-ce qu'on peut ravoir à l'eau de Javel?
Des sentiments
La blancheur qu'on croyait éternelle
Avant

Pour retrouver le rose initial
De ta joue, devenue pâle
Le bleu de nos baisers du début
Tant d'azur, perdu...

Sauf que non, les couleurs ne sont pas revenues. Pire, c'est devenu par moments (cf. les scènes d'extérieurs, notamment celles dans le jardin ou la caserne des pompiers) horriblement terne... Flammes passé à la machine numérique. DCP: Délavage Couleurs Paquet. La lessive qui décape tout... Parce que le film que j'ai vu, avec cette image sans aucun piqué, cette lumière écrasée, ces couleurs complètement passéescorrespond exactement à ce qu'on peut voir dans la bande-annonce, ce qui me fait penser qu'il s'agit bien de la version telle qu'elle a été restaurée et non d'un quelconque problème de projection. Cela dit je peux me tromper, je n'y connais rien en technique... Ce dont je suis sûr, en revanche, c'est que la première fois que j'ai vu Flammes - c'était il y a 10 ans au 3 Luxembourg dans le cadre d'une "carte blanche à la revue La lettre du cinéma" -, l'image était beaucoup plus belle, plus dense, la nuit plus murnaldienne, en accord avec la part mystérieuse du film. Là c'est vraiment catastrophique... Quelqu'un qui connaît la version d'origine (ou du moins celle qui a été projetée au festival de Belfort en 2009) et aurait vu la version actuelle peut-il me donner son avis?



[ajout du 08-06-13: une autre pièce à conviction - à verser au dossier - gracieusement offerte par Sylvia C.: à gauche, c'est extrait d'un DVD du film vu à Belfort; à droite, c'est extrait de la bande-annonce de la version "restaurée", les guillemets s'imposent. Quel massacre!]

16 commentaires:

Sylvia C a dit…

abo
minable

si j'en crois la b.a. car pas vu la « version inédite restaurée »(dixit le site de l'éditeur), et vérifié sur une copie old school circa Belfort 2009...

calcairisé

vous avez vu ça ?

http://www.touscoprod.com/en/project/produce?id=594

"Les copies aujourd'hui disponibles des films d'Arrietta sont de très mauvaise qualité. FLAMMES dans son format original n'existe qu'en 16mm. Il est urgent avant que ses œuvres ne tombent dans l'oubli et que le matériel original ne finisse en trop mauvais état, de procéder à leur numérisation et d'obtenir un équivalent 2k (norme de projection actuelle) pour projeter le film dans de bonnes conditions."

Buster a dit…

Merci Sylvia... "calcairisé", oui c'est le mot qui convient (et non pas nimbé, ni même... ouaté, comme dirait Caroline Loeb :-)

Topkapi a dit…

Les films d'Arrieta récemment projetés à Paris l'étaient dans des versions remontées (raccourcies) et numérisées : couleurs modifiées et son métallique... Est-ce que désormais seules ces versions de ses films seront disponibles ? C'est si déplorable...

Buster a dit…

Le remontage c'est l' (la grande) affaire d'Arrietta. Le son (du moins dans Flammes) ne m'a pas trop gêné, c'est presque ce qui m'a permis de tenir...
Pour les autres films, je ne sais pas, c'est vrai que l'expérience Flammes ne donne pas vraiment envie.

(de toute façon, j'ai les versions argentiques en DVD)

Anonyme a dit…

Alors Buster, après le Kechiche bashing, le Capricci bashing ?

§ a dit…

Si je peux me faire un peu l'avocat...
Je n'ai pas vu la version "restaurée" de Flammes mais je peux vous dire que celle qui était projetée à Belfort (il s'agissait d'un DVD ou d'une Béta, je ne sais plus, mais certainement pas d'une copie 16 mm) était aussi un massacre : beaucoup trop sombre, au point que l'on ne voyait presque rien dans certaines scènes d'intérieurs nocturnes. D'ailleurs, aucun des deux photogrammes que vous nous montrez n'est bien, ceux de gauche sont mal étalonnés : trop bleus et trop sombres. De l'autre côté, c'est effectivement pire : les couleurs sont un peu mieux étalonnées mais c'est beaucoup trop lumineux.
Il n'est pas très juste de parler de "version pelloche" alors que vous tirez vos images d'un DVD... Il faudrait voir directement la copie 16 mm pour juger et non une copie DVD de celle-ci, qui ne passe pas trop mal sur un petit écran mais qui, je le répète, était un massacre en projection.
Je ne travaille pas pour Capricci (que Dieu m'en garde !) mais je sais que la "restauration" a réellement été supervisée par Thierry Arbogast, qui fut le chef opérateur du film. Est-ce que d'avoir travaillé avec Besson l'a rendu aveugle ? Je crois plutôt que nous avons là la preuve de ce qu'un grand nombre de chefs opérateurs dénoncent : avec le numérique, entre l'étalonnage et la projection l'image est soumise à tant de transformations plus ou moins aléatoires qu'elle devient incontrôlable, y compris pour ses créateurs.
Nouvelle preuve que par rapport à l'argentique, le numérique c'est à peu près de la merde.

PS. Dans le communiqué de Capricci, j'aime beaucoup : « Flammes dans son format original n'existe qu'en 16mm. » Normal, le 16 mm est son format original !

Buster a dit…

Bonjour §
Comme je l'écris dans la note, j'y connais rien en technique... je ne peux donc juger que le résultat. C'est vrai que la copie Belfort est très sombre, notamment dans certaines scènes d'intérieurs, que par instants ça vire au rose, bref que les couleurs sont certainement mal étalonnées, mais par rapport à la copie Capricci y'a pas photo, si je puis dire. Il est probable que dans la version d'origine le noir n'est pas aussi profond, mais à tout prendre je préfère de loin l'obscurité du DVD à la luminosité "crayeuse" du DCP... Je m'étonne quand même que tout le monde célèbre la "belle lumière" de cette nouvelle version.

(je ne sais pas quelle copie j'ai vue en 2003, elle était en mauvais état, mais j'en garde un souvenir ébloui)

Buster a dit…

C’est curieux aussi qu’on mette en avant l’extrême fragilité du film, comme si sa sauvegarde était devenue une urgence, quitte à le restaurer n'importe comment… car c’est d’abord un film produit par l’INA, qui était passé à la télévision (comme le Fils puni de Philippe Collin) et qui donc a dû être archivé. Rien à voir avec les autres films "artisanaux" d’Arrietta.

Autre question: si le film a été tourné en 16mm, a-t-il était projeté dans ce format ou gonflé dès le départ en 35mm pour son exploitation commerciale (1978)?

§ a dit…

Cher Buster,
le problème est que la copie Capricci est totalement approuvée par Arrietta. Je dis "le problème", car pour les autres films, le premier responsable des mauvaises copies qui ont été montrées à Paris, c'est Arrietta lui-même, qui ne voit que ses nouveaux montages sans tenir compte des détériorations dues à ces versions successives (qui viennent souvent tout droit de son ordinateur).
Une véritable "restauration" de Flammes aurait dû d'abord consister à revenir au format d'origine, le 16 mm, ce qui fut le cas pour la reprise du film en 1995, et sans doute pour la copie que vous aviez vu en 2003. C'est une évidence au nom de laquelle beaucoup nous traiterons de fétichistes réactionnaires...

§ a dit…


Lors de la première sortie du film en salle, je ne sais pas s'il avait été gonflé en 35 mm. En tous cas, dans les années 70, beaucoup de salles étaient équipées en 16 mm, ce qui n'est plus que très rarement le cas.
Par contre, je suis sûr (j'ai retrouvé les documents de l'époque) qu'il était ressorti en 16 mm en 1995, à L'Entrepôt. Ces copies 16 mm doivent être quelque part.

Hermano a dit…

§ a raison, il faudrait voir la copie 16mm pour comparer, mais si on se fie aux photogrammes l’avantage est nettement du côté du DVD de la copie argentique, même si la lumière est beaucoup trop sombre. Quant à la bande-annonce, c’est hallucinant. Buster, vous êtes sûr que sur grand écran l’image est la même ?

Buster a dit…

Hermano, je confirme, lumière cadavérique, couleurs édulcorées… comme si le travail de restauration avait été fait justement à partir de la copie de Belfort, qu’on avait éclaircie au maximum pour rendre les scènes de nuit plus "visibles", ce qui fait que les scènes de jour apparaissement maintenant complètement surexposées, comme cramées...

§, c’est sûr que les retouches qu’effectue en permanence Arrietta sur ses films posent un vrai problème, et que le massacre commence là. Dans son cas, il est impératif de revenir aux matériaux d’origine car chaque nouvelle version ne peut être que pire par rapport à la précédente. Dans son texte sur Flammes, écrit en 78 (à partir de la copie 16mm donc), Narboni évoquait un truc bizarre concernant le personnage de l’Américain, une forme d’obtusité qu’il appelait "couleur de roussi", "quelque chose d’imperceptible, du côté de la chevelure et d’un empourprement passager du visage et du cou". Sur la copie DVD, cette couleur de roussi, qui pourrait être la teinte générale du film, semble conservée, même si elle y est trop accentuée. Sur la copie DCP, le type est blanc comme un linge...

Tiens pour le coup je m’en vais concocter (à partir du DVD, of course) une bande-annonce en suivant celle de Capricci.

Anonyme a dit…

il travaille sur quel logiciel de montage, arrieta? movie maker? :)

Romain Lecoeur a dit…

Bonsoir Buster
Vous dites que Flammes est d'abord passé à la télévision. Pouvez-vous me préciser quand exactement et à quelle occasion. Merci
Et bravo pour votre blog.

Buster a dit…

Bonsoir Romain,
En fait le film, qui est une production INA, est d’abord sorti en salles (08-11-78) puis a été diffusé à la télévision (09-08-79) dans le cadre d’une série de films d’auteur (Caméra je), où l’on trouvait, entre autres, le Fils puni de Philippe Collin, les Enfants du placard de Benoît Jacquot ou encore l’Hypothèse du tableau volé de Raul Ruiz. Je n’en sais pas plus.

Topkapi a dit…

Merci à tous pour ces précisions !