jeudi 20 juin 2013

[...]



Thé et sympathie de Vincente Minnelli (1956). Un petit bois, la nuit, aux allures irréelles, où l'on entend les oiseaux chanter... comme dans l'Inconnu du lac de Guiraudie. Je n'avais pas fait le rapprochement, un ami l'a fait pour moi (il y a aussi, au début du film, un coin de plage "interdit aux femmes").

2 commentaires:

Christophe a dit…

de surcroît, dans la pièce originale, le jeune homme était homo.
En conséquence, certains considèrent l'adaptation de la MGM comme une condamnable trahison. Pour moi, le film de Minnelli demeure un sommet de douceur et de sensibilité.

Buster a dit…

Là on est d'accord.