samedi 1 juin 2013

[...]




Les Trois âges (ici le premier) de Buster Keaton et Eddie Cline (1923). [via Véronique Martin]


Y'a pas à dire, Buster c'est le meilleur...

Ecrire le corps. Ni la peau, ni les muscles, ni les os, ni les nerfs, mais le reste: un ça balourd, fibreux, pelucheux, effiloché, la houppelande d'un clown. (Roland Barthes)

3 commentaires:

Lucie a dit…

Y'a pas à dire, il sait y faire avec les femmes :)

Anonyme a dit…

Figurants lapidés, actrice traînée par les cheveux.. c'est honteux !

Buster a dit…

Stop au Keaton bashing!