lundi 31 décembre 2012

[...]




"Sometimes (original mix)", Alex Kennon, 2012. Extrait: Fred Astaire dans Royal wedding de Stanley Donen (1951).

Après le film de l'année et l'album de l'année il ne me restait plus qu'à choisir la personnalité de l'année. Et pour 2012 celle-ci ne pouvait être que féminine. Bon, j'ai rapidement éliminé Angela Merkel, puis Valérie Trierweiler, puis Audrey Pulvar (hé hé), puis Kate Middleton (faut pas déconner non plus), puis Peng Liyuan (vous savez, l'ancienne star de la chanson et future première dame chinoise), puis Michelle Obama, puis Aung San Suu Kyi... pour finalement retenir les Pussy Riot. Je sais c'est pas très original mais c'est comme ça.

Allez, en attendant le prochain "Tarantino unchained" (à propos duquel vous pouvez déjà vous échauffer en lisant ça, ça et ça, et puis ça, et ça encore), bonne Saint-Sylvestre et vive 2013!

21 commentaires:

Lucie a dit…

Bonne année Buster !

Buster a dit…

Bonne année à vous Lucie.

Nick a dit…

Bonne année Buster et longue vie à Balloonatic!

Buster a dit…

Merci Nick, bonne année à vous.

Anonyme a dit…

Et le plus mauvais critique cinéma de l'année?

Buster a dit…

Le "Gérard" de la critique?

Euh, pour 2012 sont nommés: Borges (le type des Spectres), Ciment, Frodon, Lefort, Morain, Neuhoff...

madame lejeune a dit…

:) borges, j’ai rarement lu un mec aussi puant, qui est incapable de parler d’un film sans faire étalage de sa science- la cinéphilosophie pour les nuls (de facebook) -, comme s’il fallait avoir lu deleuze, badiou, ranciere, derrida, etc.. pour comprendre le cinéma ,c’est aussi ridicule que les psychanalystes qui ne voient les films qu’à travers freud ou lacan, en plus le mec est d’une arrogance incroyable, il prend tout le monde de haut, jusqu’à considérer tous les autres critiques comme des cons (il faut voir ses piques haineuses répétées contre burdeau et renzi) alors que lui-meme comme critqiue ne touche pas une bille. car comme tout bon penseur il peut parler de films qu’il n’a pas encore vu mais quand c’est vu et qu’il veut jouer au critique, comme par ex sur le dernier resnais ça donne ce genre de commentaire: "j'ai trouvé ça vraiment très mauvais, laid; cette complaisance dans le négatif, cette idée de l'amour...déprimant; j'ai failli m'endormir plusieurs fois; à la fin y a la chanson de sinatra; le seul orphée du film; on n'aura rien vu, mais on aura entendu Sinatra". comme point de vue critique ça vole pas haut, hein? et après il vient faire la leçon aux autres.

Anonyme a dit…

Oslo 31 août, meilleur film de l'année pour Télérama:

"Qui, au départ, aurait misé un kopeck sur Oslo 31 août, de Joachim Trier ? Un cinéaste norvégien, des comédiens inconnus, un scénario inspiré du Feu follet de Drieu La Rochelle... Mais, par son énergie, sa sensibilité, sa fièvre, le film a séduit le public. Et l'équipe cinéma de Télérama l'a classé en tête de son palmarès 2012."

mais un des "bugs" 2012 pour Chronic'art:

"Certes, ce n'est pas le pire film de l'année. Juste un petit film de festival un peu inepte, très dispensable – d'ailleurs c'est simple, on n'a même pas pris la peine de le chroniquer à l'époque. Son succès critique et public nous désespère d'autant plus : c'est le triomphe du cinéma le plus mou et décoratif, et la preuve que, 30 ans après avoir infiltré le mainstream, la pub a désormais avalé le cinéma d'auteur qui plaît. 1H36 de spot de prévention anti-drogue, clichetonneux à mort (l'habillage « urbain » et « sensible » = au secours), pusillanime et faux-derche (le shoot final derrière la porte = AU SECOURS) : à ranger sans délai dans la poubelle 2012 du cinéma chic et creux."

Buster a dit…

Pas vu Oslo… mais le Top de Télérama on s’en fout, non?
Sinon pour les bugs de Chronic’art, ils auraient pu citer leur propre équipe de chroniqueurs musique parce que dans le genre "je me la pète" en ne parlant que des groupes dont personne ou presque ne parle (cf leur liste totalement improbable des meilleurs albums 2012), eux c’est le top, plus snob tu meurs...

Madame Lejeune > il n’est pas si con le commentaire sur le Resnais mais c’est vrai que de la part d’un type comme Borges c’est très décevant, pas pire mais pas mieux que sur n’importe quel blog cinéphile, à croire que les derniers films de Resnais échappent aux grilles de lecture deleuzienne...
Au fait, votre pseudo c’est en hommage à Gombrowicz?

madame lejeune a dit…

aucun rapport avec gombrowicz, mon nom est lejeune c'est tout :)

DnD a dit…

Bonne année à vous, Buster : de beaux films, et, ma foi, tout ce qu'il vous plaira :)

Buster a dit…

Merci DnD, à vous aussi mes meilleurs voeux pour 2013.

meilleurs - (ba)voeux !-D a dit…

Je te souhaite une très bonne année, Buster, pleine de joie et de bonheur !-] avec entretemps de grands moments de cinéma, de musique, de littérature , ou que sais-je encore ?-D

Ah, si ! pleine aussi d'étrillages, de polémiques et de lapidations en tous genres... et de tous les côtés !!!-DDD

Bref, une année riche de passions et de (re)découvertes !-]

Buster a dit…

Merci Albin, bonne année à toi aussi. Et pour les étrillages, on compte sur toi! :-D

romain a dit…

Bonne année pleine de grands films à vous Buster! Je reviens juste sur ce qui a été dit du top musique de Chronicart. Mis-à-part le Swans, c'est vrai que ça sent un peu la pose mais dans le lot j'y ai fait une belle découverte que j'écoute depuis en boucle: Chris Cohen "Overgrown Path", une vraie perle pop digne de figurer 10 fois dans un top 10. Essayez-le. :-)

Buster a dit…

Bonne année Romain. Sur Overgrown path je suis d'autant plus d'accord avec vous que l'album figure dans ma playlist 2012! ;-)

Vincent a dit…

Je ne connaissais pas Kennon, mais Astaire, c'est parfait pour la période. Meilleurs vœux Buster et plein de bons "étrillages" pour 2013, avec le duel au sommet Tarantino - Ford, janvier promet déjà.
Et je saisis l'occasion aux cheveux (aie) pour souhaiter la bonne année à M. Albin Didon qui a plus de pseudonymes que Jésus Franco :)

Buster a dit…

Merci Vincent, re-re-bonne année à vous :-)
Dans le duel Tarantino-Ford, y'a pas photo, le premier n'arrive pas à la cheville du second, c'est pas vous qui allez me contredire, la grosse bagarre ça va être sur Django... avec la critique déchainée?

Vincent a dit…

Que non je ne vous contredirais pas, je ne parlerais même pas de duel :). Mais sur le principe, il y a un débat, du moins déjà en Amérique, où l'on revient sur les cinémas de Ford et Griffith, et qui devrait rebondir avec le "Lincoln" de Spielberg et quand bien même Tarantino a proféré une sacrée énormité, c'est autrement intéressant que les débats qui agitent en ce moment le cinéma français. Je vous laisse un autre lien pour votre collection sur mon nom.

Buster a dit…

Ford, Griffith, DeMille… les vieux maîtres du cinéma hollywoodien sont en effet très tendance en ce moment. Il y a le Lincoln de Spielberg mais aussi Cloud atlas d’Andy et Lana Wachowski et Tom Tykwer dont on m’a dit le plus grand bien. De belles discussions en perspective! :-)

crocs - sauveurs ?-D a dit…

(oh, Vincent, merci... euh, je suis, je suis... tout émotionné, là, dites !-]

Hé bé ! on peut dire que vous n'avez pas froid aux yeux, tous les deux ;-D Témoigner autant de sympathie à un personnage aussi peu fréquentable que moi, ça va finir par agacer vos amis !?-D euh, à moins que vous cherchiez à l'inverse à provoquer la réprobation générale ?!!-DDD

Spielberg / Tarantino ?

Mmh, je ne sais pas... ç'aurait pu donner quelque chose comme : Lincoln, unchained ?!-D

Programme nettement plus alléchant, non ?-DDD