lundi 23 juillet 2012

[...]

Revu Pola X, le plus rivettien des films de Carax, le plus beau aussi. P.O.L.A. pour Pierre Ou Les Ambiguïtés. Sous-entendu Lola: "Leos ou les ambiguïtés", car Pierre c'est Carax bien sûr, plus encore que l'Alex des films d'avant avec Lavant. De la lumière trompeuse d'une "vie de château" (ah la musique de Purcell pour annoncer Deneuve) au chaos esthétique d'un artiste (en quête d'absolu), Pola X est une véritable plongée au cœur de la fiction, de ce qui la nourrit (avec ce que cela suppose d'autobiographique), et à ce titre le film charrie (plus qu'il ne véhicule, à l'image des flots de sang qui emportent l'écrivain et son "ange noir") tout un ensemble d'images et de motifs que Carax cherche moins à ordonner (parfaitement) qu'à exploiter (au maximum). "Raconte-moi mieux le rêve", dit Lucie à Pierre. Raconte-moi mieux le film, pourrait dire le spectateur à Carax... Mais comment raconter mieux ce qui relève manifestement d'une fuite en avant. Raconter mieux serait contrarier la course même du film qui, une fois lancé, doit aller à son terme sans perdre de son élan initial. Dans Pola X, on court, on boite (à l'image de Guillaume Depardieu), on trébuche, mais on se relève toujours, on ne s'arrête jamais... Raconter mieux serait soustraire au film ce qui fait toute son ambiguïté, quant au thème de la "sœur" - à l'origine des secrets de famille: Marie est-elle la mère ou la sœur du héros? Isabelle est-elle sa demi-sœur, comme elle le prétend, ou juste une "âme-sœur"? -, quant à la question de l'imposture et la position de l'artiste (si le film adapte Melville, il convoque aussi Musil, Beckett et Blanchot...), autant dire qu'il perdrait ce qu'il a de plus profondément vivant.

Soyons geek! A l’instar de Positif (revue geek?), j’ai essayé d’établir mon Top 10 des plus grands acteurs et actrices de cinéma. Je dis bien "essayé" car évidemment je n’ai pas réussi. C’est impossible, le champ est trop vaste, il faudrait des critères (époque, genre, registre...) sur lesquels choisir. Les trois plus grands acteurs de western, ça c’est facile: John Wayne 1m93, Gary Cooper 1m92, James Stewart 1m91... hé hé, je rigole. Sinon, comment choisir? Chez les femmes, je dirais volontiers: Ingrid Bergman, Delphine Seyrig, Hideko Takamine... chez les hommes: Cary Grant, Jean-Pierre Léaud, Buster Keaton... mais au-delà je refuse de choisir. Pas assez geek finalement.

Et puis tiens, puisque c'est la période des marronniers, un petit quiz (facile) pour passer le temps. Qui a dit:

J'ai été pendant longtemps très intrigué par Richard Strauss, par sa façon de construire ses poèmes symphoniques. Lui, il écrivait un texte, pratiquement une nouvelle, où chaque événement était là. Et après, il construisait la musique qui n'a rien à voir avec la structure d'une nouvelle, il construisait arbitrairement sa musique à partir de cette histoire, puis il détruisait l'histoire, pour qu'on ne la connaisse pas, qu'on ne puisse pas faire un film avec. C'est comme faire la musique d'un film, séquence par séquence, et puis détruire le film et laisser la musique. J'ai fait quelques films de cette façon là. J'invente une histoire cachée dans laquelle, éléments par éléments, le film se place; je construis le film selon cette structure cachée et puis je fais disparaître la structure...

21 commentaires:

Vincent a dit…

Dans les grands acteurs de western, on oublie trop souvent Sterling Hayden (1,96 m).
Positif a mis une limite de temps (60 ans), ce qui élimine pas mal de monde et devrait simplifier les choses, mais je n'ai pas encore joué au "geek" :)

Anonyme a dit…

Ca fait penser à du Chabrol,non?

Buster a dit…

Waouh... 1m96, quelle grande perche!, mais Sterling Hayden c'est surtout Johnny Guitar, western génial mais atypique, alors que Wayne, Cooper et Stewart c’est vraiment l’incarnation du western (avec Fonda, mais qui lui était moins... "grand").

Pour le quiz, non ce n’est pas Chabrol.

XoXo a dit…

Biette ?

Anonyme a dit…

Mais faire des listes ce n’est pas geek du tout, c’est le premier geste du cinéphile.

Buster a dit…

Ah bon c’est reparti... alors je répète: le geek pour moi ne renvoie pas à la culture geek, c’est juste la part fétichiste, sinon puérile, qui sommeille en tout cinéphile et se manifeste par exemple dans le goût des listes.

Biette? Eh non, ce n'est pas lui.

roger a dit…

Pas si facile que ça le quiz. Oliveira peut-être?

Christophe a dit…

appelez ça fétichiste, n'appelez pas ça geek alors.
Respectez le sens des mots Buster svp.

P.S: vos captcha sont quasi-illisibles depuis quelques temps.

Buster a dit…

Oui mais justement, il manque un mot pour spécifier le cinéphile en tant que connaisseur, passionné, collectionneur, fétichiste… qui correspond souvent à une période de sa vie, période d’intense cinéphilie pourrait-on dire, à différencier d’une cinéphilie plus socialisée, respectable, convenue... Et le terme geek, au sens large, ancien, me convient, il suffit de remplacer technologie par cinéma, ordinateur par "support" de films (qui va de la salle de cinéma, autrefois unique sanctuaire, à... l’ordinateur, en passant par la télé, les VHS et les DVD). On remarquera d’ailleurs qu’il s’agit là d’un trait essentiellement masculin même si bien sûr ça peut exister chez les filles.

Les captcha c’est un problème en effet, sauf pour les geeks :-), il faut utiliser le bouton de droite pour en choisir un qui soit lisible

Désolé Roger, ce n’est pas Oliveira, pourtant le quiz est vraiment facile...

Christophe a dit…

"cinéphage" me semble correspondre à votre définition.

Buster a dit…

cinéphage plutôt que geek, peut-être, mais je n’aime pas le mot dont le sens d’ailleurs n’est pas univoque. Rouch ou Langlois, je ne sais plus, en parlait à propos des "cinéphiles" de la Cinémathèque qui, assis aux premiers rangs, avalaient plusieurs films par jour tout en rédigeant leurs fiches (mais c’était la seule façon à l’époque de retenir un générique). Aujourd’hui c’est devenu péjoratif, le cinéphage c’est le type qui bouffe tout et n’importe quoi en matière de films. Le geek est plus sélectif et se rapproche en effet du cinéphage d’hier - il appelle ça comment Pierre Léon? la cinéphyllie? Non pas voir tout ce qui se présente mais tout connaître sur un cinéaste ou un certain type de cinéma, passion dévorante plus que dévoration.

Enfin, tout ça est très schématique.

Geeke a dit…

Ruiz ?

Buster a dit…

Bravo Geeke - a girl? - il s’agit en effet de Raul Ruiz (entretien de 1983, paru dans Cinématographe, la revue de Jacques Fieschi)

sergio a dit…

ah zut, j'arrive trop tard !

Buster a dit…

Pas grave, j'en prépare d'autres!

FG a dit…

En tout cas, c'est génial ce qu'il dit, Ruiz.

Anonyme a dit…

vous avez jamais entendu zohiloff dire que robin williams et sandra bullock sont ses acteurs préférés? Pas si idiot les listes. Ceux qui les font par contre...

Buster a dit…

salut Fernando,
Ruiz parle souvent de la structure dans ses textes ou ses entretiens, comme ici mais c’est moins clair… :-)

sam a dit…

vous êtes difficile Buster, il y a plein de très bonnes chansons sorties récemment.

Buster a dit…

Ah mais des chansons, je ne dis pas, moi je parle des albums et c’est là tout le problème. Combien de bons morceaux sur un album? deux, trois, quatre... rarement plus. La plupart des groupes sortent des albums sur la base de quelques bons titres diffusés un peu partout, mais le reste est souvent très inférieur. Ils gagneraient à rester à des formats courts, type EP...

Buster a dit…

PS. Ce qui précède est hors-sujet mais c'est de la faute à Sam qui s'est trompé de fil ;-)