vendredi 1 juillet 2011

[...]


Beth Ditto, pas mal en Madonna XXL.

De 2011, je retiens pour l'instant (par ordre vaguement chronologique): The deep field de Joan As Police Woman, Is growing faith de White Fence, Comment savoir de James L. Brooks, l'Etrange affaire Angélica de Manoel de Oliveira, Hahaha (+ Oki's movie) de Hong Sang-soo, Apocalypse de Bill Callahan, Creep on, creepin' on de Timber Timbre, Je veux seulement que vous m'aimiez de Rainer W. Fassbinder, Demolished thoughts de Thurston Moore, Meek's cutoff (la Dernière piste) de Kelly Reichardt...

That's all Falk!

Peter Falk c'était d'abord Columbo, ce fut aussi quelques rôles mémorables chez Cassavetes, tel le personnage d'Archie, l'un des trois amis - avec Ben Gazzara et Cassavetes himself, - dans Husbands, ou celui de Nick, le mari de Gena Rowlands, dans Une femme sous influence, mais je me demande si son plus beau rôle n'a pas été finalement celui d'Harry, le manager de catcheuses, dans ... All the marbles (Deux filles au tapis) de Robert Aldrich.

Aucun commentaire: