jeudi 5 mai 2011

Le film à venir


Le film à venir de Raúl Ruiz (1997). [via busidoremikle]

Des 120 films de Ruiz, ce n'est sûrement pas le meilleur, mais c'est l'un des plus rares...

Sinon, juste un mot en passant:

L’avant-Cannes c’est toujours une période de vaches maigres. Pas grand-chose à voir au cinéma, ce qui est d'autant plus frustrant qu'avril, déjà, n'a pas été terrible (Essential killing, Road to nowhere, Tomboy, B.A.T., etc., seul le Fassbinder vaut vraiment le coup). Restent donc les "grosses affiches" comme celles de cette semaine. D’abord "Carton rouge", un drame psychologique bien français, sorte de Dupont Lajoie chez les footeux: l’histoire de deux journalistes en quête de scoop qui récupèrent plus ou moins légalement l’enregistrement d’une réunion où des techniciens du ballon rond se demandent comment instaurer en loucedé des quotas dans les centres de formation qui limitent le nombre de jeunes Noirs et Arabes susceptibles, quand ils seront grands, de jouer pour un autre pays que la France si d’aventure ils n’étaient pas sélectionnés chez les Bleus. Un peu tordu comme histoire, on se demande où les scénaristes vont chercher tout ça. On nage en pleine caricature, la charge pèse des tonnes, en plus c’est très mal joué (à la différence d'un Boisset), et pas une once d’humour qui aurait rendu le film un peu moqueur, un peu mockyien... Bref, à oublier. L’autre film c’est "Opération Geronimo", l’inévitable blockbuster américain, un film d'action dans les milieux islamistes: l’histoire d’une longue traque menée par la CIA pour débusquer l’homme le plus recherché du monde, le chef d’une organisation terroriste responsable dix ans auparavant du plus grand attentat jamais perpétré sur le sol américain. L’attaque finale (par un commando de marines) se déroule en Pachtounie orientale où vivait caché le criminel, non pas dans une grotte mais dans une résidence fortifiée. C'est très spectaculaire mais cousu de fil blanc, le montage est incohérent (le chef terroriste est tantôt armé jusqu'aux dents, tantôt sans arme - même pas un couteau de poche -, un personnage meurt puis réapparaît, seulement blessé à la jambe...), on voit le président des Etats-Unis suivre l'opération en direct, et quand tout est fini, ponctué par un solennel "Justice est faite" (c'est le sous-titre du film), on a l'impression d'avoir été enfumé du début à la fin. Le dernier plan est assez marrant. Ça se passe en haute mer sur un porte-avion: la dépouille du terroriste est immergée, on ne sait pas comment on en est arrivé là, et une voix-off nous explique, avec le plus grand sérieux, que cette immersion juste après le décès est conforme à la tradition musulmane. Ah bon? Rambo c'était vachement mieux.

20 commentaires:

Anonyme a dit…

ah ah très drôle, ça valait le coup d'attendre !

Griffe a dit…

Que voulez-vous dire ? Qu'il y aurait de la manipulation dans l'air ? Attention, ce terrain est glissant. Moi-même je suis presque tout en bas. Content de vous relire, en tout cas.

Buster a dit…

Oui le terrain est glissant. Mais que faites-vous tout en bas? Je n'ai pas compris, expliquez-moi.

vladimir a dit…

Comment ça "juste un mot en passant"?
On veut la suite, et tout de suite!

Griffe a dit…

Tout en bas, je suis avec tous ceux (nombreux, à mon avis) qui ne croient pas à 100% à la verson officielle de cette expédition punitive, et d'ailleurs même pas à 1%...

Buster a dit…

Ah d'accord, c'était ça tout en bas... Moins de 1%? Je ne sais pas, mais c'est vrai qu'on se croirait revenu à l'époque du KGB. Avec l'épilogue de l'immersion, qui est quand même incroyable, on peut dire que Ben Laden a été définitivement "liquidé"!

Vladimir, pas si vite, je reprends doucement, tout doucement.

Anonyme a dit…

que viennent faire les Russes là-dedans ? Et l'affaire des quotas, c'est un coup du PCF ?

marco a dit…

Et Blanc alors, qui broie du noir depuis ses déclarations hasardeuses, il est raciste un peu, beaucoup, pas du tout ?

Z. a dit…

En tous les cas, après un "coup "pareil, obama il a assuré sa réélection. quel bol ! c'est sarko qui doit être jaloux

Buster a dit…

Anonyme> Les Russes? rien à voir là-dedans bien sûr, ce que je veux dire c’est que les ficelles sont tellement grosses que ça me rappelle les méthodes du KGB.

Z> Bah ouais, avec la mort de Ben Laden, Obama gagne 11 points de popularité dans les sondages alors que Sarko, avec la grossesse de Carla, ne gagne qu’un misérable petit point :-)

Buster a dit…

Sinon, pour répondre à Marco, un mot sur l’affaire des quotas.

On nage ici en plein délire, d’un non-événement on fait une affaire d’état. Cette histoire c’est une démonstration de connerie (à tous les niveaux) plus que de racisme. Le principe des quotas, bien sûr que c’est choquant comme à chaque fois qu’il y a discrimination (en plus vis-à-vis de mômes de 12/13 ans!), mais la façon dont Mediapart a lancé l’affaire est quand même très discutable, je n’aime pas du tout ce type de journalisme.
Soit on fait comme WikiLeaks, on divulgue les documents dans leur intégralité (et pas des extraits du verbatim), sans commentaire, à chacun de les interpréter, soit on fait un vrai travail d’investigation, où l’on remonte l’affaire à ses origines (pour moi Knysna et l’image déplorable renvoyée par l’équipe de France lors de la dernière Coupe du monde, davantage que le problème des binationaux) et l’on explique pourquoi on en est arrivé là, mais on ne se livre pas à ces articles orientés, aux titres racoleurs, où l’on informe (un peu) et l’on dénonce (beaucoup).
Qu’il y ait une forme de racisme dans le foot, bah oui, comme dans notre société, mais c’est plus du racisme ordinaire, dans la façon dont on parle des Noirs et des Arabes. Le foot est un milieu assez beauf, réac, bas du front, le discours qu’on y tient est emprunt d’un paternalisme condescendant issu tout droit de notre passé colonial. On peut s’en indigner, alerter des risques de dérive, mais sans céder à tout ce battage et cette démagogie lourdingue.
Maintenant c’est vrai qu’avec cette affaire on tient un sujet en or, idéal pour créer le buzz et se faire de la pub sur le dos de ceux qu’on jette ainsi en pâture, comme toujours, sachant que ça va être relayé par tous les médias, avec l’effet d’amplification que cela entraîne, sans parler de l’inévitable hypocrisie du pouvoir (de la FFF, via Duchaussoy, au gouvernement, via Jouanno, scandalisée par l’affaire mais pas du tout gênée en revanche par les déclarations d’un Guéant).
Quant à Blanc, je pense qu’il est comme les autres, pas spécialement raciste, mais pas très fin non plus, et plutôt maladroit, c’est un gars du Sud qui parle sans détour, loin du politiquement correct et de la bien-pensance. Ne pas oublier que, en tant que footballeur, il a été formé à Montpellier, le pays de Nicollin et de Frêche!

marco a dit…

Merci pour cette longue réponse !

Entièrement d'accord avec ce que vous dites. L'hypermédiatisation qui accompagne ce prétendu scandale est tellement démesurée que ça en devient obscène.

Buster a dit…

Merci à vous! j'ai l'impression de me lire...

marco a dit…

:)

Anonyme a dit…

Dites-moi Buster, vous ne travailleriez pas pour le ministère des sports par hasard ?

Buster a dit…

Et pourquoi donc?

Anonyme a dit…

Bah, parce que Chantal Jouanno dit à peu près la même chose que vous, notamment à propos de Médiapart. Pourtant, s'il n'y avait pas Médiapart...

Vincent a dit…

c'est pas terrible road to nowhere ?

Buster a dit…

S’il n’y avait pas Mediapart on n’en aurait pas parlé c’est sûr... Bon d’accord je ne suis pas mediapartiste (ni bonapartiste d’ailleurs) mais pas antimediapartiste non plus. Il y a des textes très bien sur leur site. Ce que je n’aime pas c’est leur suffisance lorsqu’ils sont sur des "coups", il leur manque l’esprit de dérision d’un Canard enchaîné, ce qui fait que quand ils révèlent des (petits) scandales comme celui des quotas, leur posture dans l’indignation devient assez ridicule. Et puis lancer une bombe sur papier c’est une chose, lancer la même bombe sur le net c’est autre chose, quand on sait les dégâts médiatiques que ça provoque, qui voit le scoop se propager comme une traînée de poudre et s’amplifier démesurément. Bon, c’est le but recherché, il faut bien vivre, mais quand même...

Vincent > oui le film d’Hellman est décevant, besogneux dans sa narration et plutôt ringard dans sa mise en scène... Il n’y a que Rohmer et Oliveira pour réussir des vieux projets imaginés plus de trente ans avant.

Anonyme a dit…

Pas faux, mais cette histoire de quotas c’est quand même grave. Si Médiapart n’avait pas soulevé le lièvre, ça se serait mis en place en catimini, non ?