samedi 28 août 2010

[...]

Résumons. Nous sommes aux 2/3 de 2010 (soit en 1340, hum... blague moyenne) et, sur le plan musical, quels albums je retiens pour le moment? Dans l'ordre de leur découverte: Heligoland de Massive Attack, Forgiveness rock record de Broken Social Scene, The suburbs d'Arcade Fire. Puis juste derrière: Heartland d’Owen Pallett, Teen dream de Beach House, Tourist history de Two Door Cinema Club, Down the way d’Angus & Julia Stone, Li(f)e de Sage Francis, There is love in you de Four Tet, LP4 de Ratatat, The shadow of a rose de Fred Yaddaden (alias Defré Baccara), Righteous fists of harmony de Daedelus. Et, parmi les albums sortis récemment (qu’il me faut donc réécouter un peu): Bye bye cellphone de 1973, Ivory tower de Chilly Gonzales, Tomorrow morning de Eels... (je ne retiens pas le magnifique Dark night of the soul de Danger Mouse et Sparklehorse car il date de 2009). J'aime bien aussi (mais à petites doses) Sea of cowards de The Dead Weather. En revanche je n'aime pas le dernier album (live) des White Stripes, plus que laborieux, et malgré tous mes efforts (ou plutôt ma bonne volonté), je n'aime pas non plus ceux de Vampire Weekend, Local Natives, Hot Chip, The Soft Pack, Field Music, Broken Bells, John Grant, The Middle East, MGMT, Caribou, The National, Foals, LCD Loundsystem, Avi Buffalo, The Drums... Ça fait beaucoup, peut-être que je n'écoute pas les albums qu'il faudrait.
En fait quand je dis que je n'aime pas, ce que je veux dire c'est que je n'accroche jamais à plus de deux ou trois morceaux, ce qui est trop peu pour faire de ces albums des réussites. Parfois il s'agit plus de déception (c'est pas mal mais loin de ce que j'espérais), comme avec les dernières productions de Get Well Soon, Midlake, CocoRosie ou encore The Divine Comedy, mais dans d'autres cas - je pense à Scissor Sisters, Klaxons, Wolf Parade... (la liste est longue là aussi) - on peut vraiment parler de détestation.
Le problème est que même si certains albums sont attrayants, je n'arrive jamais à y adhérer complètement tant ces albums ont quelque chose de formaté, trahissant tous les mêmes influences (Cure/Joy Division, Bowie/Eno...), et ce de manière trop manifeste. Beaucoup de morceaux ressemblent ainsi à de petits bouts de madeleines: "tiens, ce passage me fait penser à tel groupe... et celui-ci à tel autre...", ça peut ravir les nostalgiques, moi ça a plutôt tendance à m'agacer.
Cela dit, l'actualité musicale ne représente qu'une faible partie de ce que j'écoute. Disons un tiers. Chez moi les nouveautés se trouvent en permanence confrontées aux grands disques d'hier (du moins ceux que je considère comme tels et que je me repasse régulièrement), ce qui fausse un peu leur réception. C'est pourquoi, à l'inverse, quand j'en aime une (de nouveauté), qui se révèle ainsi capable de supporter, ne serait-ce que momentanément, la comparaison avec mes albums préférés, c'est signe que le disque est vraiment bien.

Pour ce qui est des films, je retiens pour l'instant de l'année 2010, toujours par ordre chronologique: Bright star de Jane Campion, la Terre de la folie de Luc Moullet, A serious man des frères Coen, Fantastic Mr. Fox de Wes Anderson, la Reine des pommes de Valérie Donzelli, The ghost writer de Roman Polanski, Bad lieutenant de Werner Herzog, Mourir comme un homme de João Pedro Rodrigues, les Femmes de mes amis de Hong Sang-soo, l'Etrange affaire Angélica de Manoel de Oliveira (même si le film me semble en retrait par rapport aux précédents) et... The last airbender de M. Night Shyamalan, que tout le monde déteste autour de moi, c'est le vilain petit canard de la liste, mais bon, pour le moment je le garde, le "ratage" me semble trop gros pour être vrai, j'attends de le revoir... et surtout pas en 3D!

PS. J'aime bien ce texte de Renzi, parti pour une semaine à Lussas où se déroulent les Etats généraux du film documentaire. Il n'y parle pas des films, ça tombe bien, le documentaire c'est pas mon truc, mais de son périple à moto pour rejoindre Lussas. Très drôle.

5 commentaires:

Lucie a dit…

Buster, je ne vous dis pas merci. A cause de vous, j'ai été voir le film de Shyamalan, ça m'a coûté 14 euros avec les lunettes, et j'ai vu une infâme croûte !

Buster a dit…

Hé hé... pourtant j’avais bien dit de pas voir le film en 3D!

Sinon quelques précisions: comme je le dis dans ma note, je traverse avec le dernier Shyamalan un grand moment de solitude. Personne, mais alors strictement personne, autour de moi ne le supporte. Et c’est vrai qu’il y a dans ce film quelque chose non pas d’insupportable mais, nuance, de non-supportable. Comme si Shyamalan avait tout fait pour rendre son film indéfendable, acceptant (?) même qu’on le diffuse dans une version 3D exécrable, indigne de son talent. Un vrai massacre. C’est quand même étonnant. Moi-même au départ je n’en croyais pas mes yeux. Et puis ce qui m’apparaissait comme de la désinvolture de la part de Shyamalan s’est progressivement transformé en quelque chose de beaucoup plus douloureux, le film est devenu incroyablement noir, si noir que derrière tout ça il doit forcément se cacher autre chose, un autre film, un truc assez terrifiant que j’ai du mal à appréhender (il faut vraiment que je revois le film mais pas tout de suite), un truc qui vient peut-être de moi, c’est possible, mais je crois aussi que Shyamalan règle à travers ce film des choses assez violentes avec lui-même, et c’est ça qui m’intéresse, me touche même, et m’empêche de condamner le film.

D&D a dit…

Ce n'est pas que sois "autour de vous", mais j'aurais bien envie de le défendre un peu le Shyamalan. J'ai fini par le voir aussi parce que j'ai aperçu que vous ne le descendiez pas. Et je tiens à Shyamalan, mais là j'avais plus que peur (comme vous, comme bien du monde d'ailleurs).
Bref, j'essaierai de mettre au clair mon ressenti et je viendrai lire pour de bon votre billet sur le sujet.
(Pour le rock, je ne suis pas aussi à l'écoute que vous, loin de là, mais ce qui me retient souvent, précisément, c'est le côté où ça tourne un peu en rond, dont vous parlez... et c'est un peu un comble pour le rock quand même !)

Buster a dit…

Super, maintenant on est deux (ou trois, D&D c'est une seule personne ou deux?).

D&D a dit…

Physiquement ça fera un mais à vous de voir combien vous souhaitez compter pour une sorte de schizo (je suis parfois très partagé).