jeudi 4 février 2010

Bleu


Grenouilles d'Adolfo Arrieta (1983). [via jolaysius]

NB. vidéo republiée le 10-05-10 après la suppression par YouTube du compte jaloysius56 (cf. note du 8 mai 2010).

La scène de la piscine, c'est beau, non? Et le son, écoutez, c'est prodigieux. Chez Arrieta, même le silence est d'une présence incroyable (rappelez-vous la longue séquence précédant l'arrivée des pompiers dans Flammes). C'est bien simple, Arrieta est peut-être le seul cinéaste dont on pourrait presque voir les films les yeux fermés.

2 commentaires:

Vincent a dit…

Ça me ramène loin cette scène. Au début des années 80, quand Frédéric Mitterand a débuté "Étoiles et toiles", il avait parlé de ce metteur en scène et diffusée très exactement ce passage. C'était très différent de ce que je connaissais alors mais le film n'est pas sortit dans le coin. Je ne sais pas pourquoi ça m'est resté.
Et puis c'était le genre que l'on pouvait alors montrer sur TF1 un samedi après-midi. les temps changent comme dit l'autre.

Buster a dit…

Se souvenir de la scène après tant d'années, c'est un signe, signe de quoi? du génie d'Arrieta, capable ainsi d'impressionner durablement la mémoire par la seule force (poétique) de son cinéma, sans qu'on ait besoin de l'appareil critique pour réactiver la machine. Cela m'a fait la même chose avec Flammes, découvert il y a très très longtemps et dont j'ai toujours gardé le souvenir... jusqu'à ce que je le revois il y a six ou sept ans. Intact.