dimanche 10 janvier 2010

[...]

Reçu ce message de Nicolas:

(...) Le Top 10 de la rédaction des Cahiers sur les meilleurs films des années 2000 est un peu étrange. Je ne sais pas comment ils ont fait leur classement, j'ai refait les comptes et ça donne le résultat suivant:

10 voix:
Mulholland drive (David Lynch)
6 voix:
A history of violence (David Cronenberg)
The host (Bong Joon-ho)
5 voix:
Elephant (Gus Van Sant)
4 voix:
A l’ouest des rails (Wang Bing)
Blissfully yours (Apichatpong Weerasethakul)
La Graine et le mulet (Abdellatif Kechiche)
Yi Yi (Edward Yang)
3 voix:
A.I. (Steven Spielberg)
Les Amants réguliers (Philippe Garrel)
The brown bunny (Vincent Gallo)
En avant jeunesse (Pedro Costa)
La Guerre des mondes (Steven Spielberg)
Ten (Abbas Kiarostami)
Time an tide (Tsui Hark)
Tropical malady (Apichatpong Weerasethakul)

Hum, en effet... je rappelle la liste des Cahiers:
1. Mulholland drive; 2. Elephant; 3. Tropical malady; 4. The host; 5. A history of violence; 6. La Graine et le mulet; 7. A l'ouest des rails; 8. La Guerre des mondes; 9. Le Nouveau monde (Terrence Malick); 10. Ten.

Bon, sur le fond, ça ne change pas grand-chose, mais c'est vrai qu'on peut se demander pourquoi Elephant est 2e de la liste à la place du Cronenberg et du Bong Joon-ho, par quel tour de passe-passe Tropical malady se retrouve 3e alors qu'il est moins cité que Blissfully yours, pourquoi Yi Yi a disparu, pourquoi la Guerre des mondes et non A.I., pourquoi le Nouveau monde alors que le film n'a recueilli que deux voix (mais l'une d'elles est celle de Tessé, diront les mauvaises langues), pourquoi Ten et pas les Amants réguliers, The brown bunny, En avant jeunesse ou Time and tide... Oui enfin, je pose toutes ces questions, mais à vrai dire, je m'en fous un peu.

Plus intéressant: la présence du film-fleuve de Wang Bing, A l'ouest des rails (que personnellement je n'ai jamais vu en entier), et surtout celle de la Graine et le mulet de Kechiche, seul film français de la liste, donc le meilleur des films français, devant n'importe quel Rohmer, n'importe quel Godard, n'importe quel Straub, n'importe quel Garrel, n'importe quel Rivette, n'importe quel Chabrol..., ce qui, moi, me laisse quand même rêveur. On pourrait se dire que les cinéastes qui, durant la décennie, ont réalisé plusieurs grands films, de valeur sensiblement égale, sont défavorisés par rapport à ceux qui, pendant la même période, n'ont réalisé qu'un grand film (soit parce qu'unique soit parce qu'il se détache nettement du reste de leur production). Dans le premier cas, les voix vont se répartir sur deux ou trois films, alors que dans le second, elles se concentreront sur un seul. Ainsi Lynch, Cronenberg et Bong Joon-ho ne sont cités que pour, respectivement, Mulholland drive, A history of violence et The host, alors que Van Sant l'est pour Elephant, Gerry et Last days, Weerasethekul pour Blissfully yours et Tropical malady, Spielberg pour A.I., la Guerre des mondes et Minority report, Shyamalan pour le Village et la Jeune fille de l’eau. Oui, on pourrait se dire ça... mais ce n'est pas toujours le cas. La preuve: tous films confondus, Oliveira et Straub ne sont cités que deux fois, Rohmer et Godard qu'une seule, et Rivette aucune!

Plus intéressant, encore: les listes des autres critiques, ceux qui ne sont pas ou ne sont plus aux Cahiers. Premier constat: Mulholland drive ne recueille aucune voix! Deuxième constat: c'est Saraband de Bergman qui arrive en tête! J'ai fait un petit recensement des films cités dans les différentes listes (en y retirant celle de Brenez dont la radicalité des choix - hors le cinéma expérimental, point de salut - est si ostensible que ça en devient grotesque, et en la remplaçant par celle de Jousse, classé par erreur avec les réalisateurs - ah ah, c'est pas beau de se moquer...), et que trouve-t-on derrière le Bergman?: les Amants réguliers de Garrel, Café Lumière de Hou Hsiao-hsien, Dans la chambre de Vanda de Costa, Triple agent de Rohmer, Zodiac de Fincher. Comme quoi...

Allez, on arrête avec les listes, parce que du côté des filles ça commence à râler.

8 commentaires:

M. a dit…

Alors ça c'est drôle... Il y a cinq heures à peine, feuilletant les Cahiers dans le train, j'ai moi aussi songé à refaire les comptes, soupçonnant quelque tricherie. Mais, flemmard, au lieu de tout recompter, j'ai plutôt cherché à savoir à qui profitait éventuellement le crime, en comparant chaque liste au top ten pour voir qui sortait "vainqueur". Et bien, figurez-vous qu'arrivent en tête messieurs Delorme et Tessé, avec respectivement 6 et 5 films cités! (les autres se contentant pour la plupart de 3 ou moins). Etonnant, non?

J'ai aussi été étonné (quoique, ça peut s'expliquer en partie par les changements à la rédaction) par l'absence, ou la faible représentation, de films annoncés comme des monuments par la revue : En avant jeunesse, Redacted... Et beaucoup d'autres encore, qu'il faudrait prendre le temps de recenser. Sans parler, comme vous le soulignez à juste titre, de la quasi-absence des piliers, pourtant considérés par la majorité de ces critiques comme les plus grands cinéastes du monde : Godard, Straub, Rohmer, Rivette, Oliveira... A croire qu'il y a bien deux catégories de grands cinéastes : ceux qu'on admire et ceux qu'on aime.

En revanche, votre petite pique envers Brenez est déplacée. Contrairement à certains de ses collègues (comme Christian Lebrat), elle ne dénigre pas du tout ce qui se fait dans le cinéma industriel, loin de là. Quiconque a lu un certain nombre de ses textes (comme son éloge d'Un tueur pour cible d'Antoine Fuqua!!) le sait. Cela dit, son top m'a effectivement un peu m'étonné, car pour le coup il n'y a quasiment que de l'expérimental. Or ce n'était pas le cas il y a dix ans, où elle plaçait notamment A toute épreuve (J. Woo), Green Snake (Tsui Hark), Ma 6-T va craker, Starship Troopers... Il y a sans doute bien une raison (politique) à ce choix : faire découvrir des oeuvres peu ou trop peu connues, plutôt que de citer des films déjà célébrés. Mais je ne m'explique tout de même pas l'absence de certains titres dans sa liste à rallonge : aucun Ferrara, aucun Garrel, par exemple. Et surtout, absence flagrante de Time and Tide, dont elle a ailleurs fait un éloge délirant (mais justifié, j'adore ce film). Voir son top ten de 2001, ici : http://www.endogene.fr/docs/Ogres_Top_Ten_Brenez.pdf. Le film de Tsui Hark y est placé deux fois, en position 0 et en 10, de sorte qu'il encadre le top!
En fait je crois que les listes de Brenez doivent être prises comme des recommandations, plus que comme de véritables tops personnels (Pas sûr, par exemple, qu'elle préfère réellement Green Snake à The Blade, tous deux de Tsui Hark)...

Buster a dit…

Je veux bien croire que la liste de Brenez soit une liste de recommandations, mais c'est quand même une liste pour happy fews... Saupoudrer une liste de quelques films expérimentaux que personne ne connaît, d'accord, mais ne retenir, à quelques exceptions près - surtout japonaises, je n'ai pas la liste sous les yeux - que du cinéma expérimental et un peu de documentaire, c'est une manière de dire que le reste - le cinéma commercial de fiction - c'est devenu de la merde...

Benoît G. a dit…

Seule explication plausible à ce Top Ten avec G. Van Sant et Apichatpong en bonne position - si on veut éviter le côté mauvaise langue (et poursuivre le décompte ludique et un peu vain de tous ces TT) :
le nombre de voix que, comme vous le remarquez également, recueillent aussi (et que personnellement je préfère) Blissfully yours et Gerry/Last days. Ils auraient alors en quelque sorte "triché" pour remonter ces 2 noms ds le palmarès. Pour Malick, Ten et la triste éviction de Yi Yi, c'est très clairement un choix de la rédaction, ça ne me choque pas plus que ça...
Les ovnis: Un petit cas de conscience relevé par Bozon, Innocence par Chauvin et...Saint-Jacques ...La Mecque de Coline Serreau relevé par Moullet.
Il manque bien sûr Bozon (tjours) dans les "Interdit de plus de 10 ans" (car rédacteur?), mais sinon c'est plutôt un feu d'artifices ce numéro.

Les filles a dit…

Vos gueules, les mecs. Y'a Rohmer qui vient de s'éteindre.

Anonyme a dit…

psitt, je profite que les filles sont pas là pour dire à benoît que si la remontée de gus et chapi chapo dans le top ten est due à leur nombre total de voix, cette manipulation aurait dû aussi profiter à spielberg puisqu'avec ses 3 films il obtient plus de voix que cronenberg et bong -bref,tout ça pour dire que ce classement c'est vraiment n'importe quoi, la seule chose qui importait pour delorme et tc c'est que mulholland arrive en tête.

Anonyme a dit…

Un peu tard, j'y vois qu'heureusement y a des gens capables de faire une addition sans se tromper et sans tricher. C'est pas la première fois, loin de là, chez les listes de "Cahiers", mais cette fois c'est un peu trop voyant! Autant que ça n'arrange rien: c'est quand même une revue sans ligne ni critère, comme toutes les autres.
Miguel Marías

Buster a dit…

Oui, c'est très voyant, mais "visiblement" personne n'en parle.

Anonyme a dit…

j'arrive après la bataille, mais n'avez vous jamais songé que le calcul des listes ne tient pas seulement compte de la présence dans le top ten personnel, mais aussi la place dans ce top ten, ainsi un film cité deux fois en première position aura plus de chance de figurer dans le top général qu'un film cité trois fois mais en dernière position dans le top personnel...