dimanche 3 mai 2009

[...]

Suite de la grande braderie (je précise que si je déstocke ce n'est pas parce que le blog va fermer, ni même commencer des travaux, mais parce que j'en ai marre de voir toutes ces notes éparpillées à droite et à gauche):

Lu dans Télérama : "Quant à Soudain le vide, de Gaspar Noé, c’est un film d’une telle singularité qu’il préfigure, dans sa forme, le cinéma de demain." C’est Thierry Frémaux, le responsable de la sélection cannoise, qui parle. Bigre... Savoir que les films de la compétition officielle ont été choisis par quelqu’un qui considère l’auteur d’Irréversible comme celui qui va révolutionner le cinéma, ça laisse rêveur... Et pour le coup, on peut avoir quelques doutes sur la légitimité des films retenus.

Lu dans le dernier numéro de Chronic’art, sous la plume de "Tausa" (Tessé et Malausa si vous préférez): "Où va le cinéma?" Se rêvant en nouveaux Bazin sur le mode "banquet de Platon", profitant autant de la crise de la critique que de la libération de la glose théorique neuneu via forums et weblogs spécialisés, les concepts riquiqui pleuvent pour dire l’état du cinéma d’aujourd’hui, trouvant dans le moindre petit concept éculé les prémices d’une nouvelle ère. Le wannabisme théoricien, s’engouffrant dans les modes du moment (YouTube, télé, numérique) gonfle le moindre bidule en chef-d’œuvre oublié quelques semaines plus tard. Et de citer comme film emblème: Cloverfield de Matt Reeves. Nul besoin d’être grand clerc pour voir qui est visé ici, à travers ce qu’ils appellent "la bombe théorique". L’ami Burdeau, bien sûr. Je rappelle, pour ceux qui n’ont pas suivi tous les épisodes, que Tessé et Malausa faisaient partie des rares membres des Cahiers qui l’an dernier n’ont pas soutenu (contre Frodon) la ligne Burdeau-Lounas lorsque la question du rachat de la revue s’est posée. Maintenant que Burdeau est parti, ça commence à s’agiter du côté de ses détracteurs (on eut aimé avant, mais bon...). Question: faut-il voir en Tessé le futur rédacteur en chef des Cahiers? (quelqu’un m’a aussi parlé de Séguret)

(à suivre)

2 commentaires:

asketoner a dit…

Séguret, et peut-être Bozon...
En attendant, la couv' avec Johnny qui fait suite à Huppert, ça craint. Et Burdeau fait du bon boulot aux éditions Capricci.

Buster a dit…

Bozon aux Cahiers? Non (ou alors il cache bien son jeu l'animal). De toute façon il est impossible d'être à la fois cinéaste (il prépare un nouveau film) et rédacteur en chef d'une revue de cinéma. Je ne sais pas d'où vient la rumeur (Zohiloff?)...
Quant au dernier numéro des Cahiers, la main mise de Frodon y est assez terrifiante, il a quasiment écrit à lui tout seul la partie sur le festival de Cannes