mercredi 1 octobre 2008

[...]

Notes en vrac:

Suite du feuilleton qui, depuis le début de l'année nous tient en haleine (je rigole), et concerne le rachat des Cahiers. Aujourd'hui on apprend donc que le projet Burdeau est à l’eau! Lire à ce sujet la lettre que Burdeau et Lounas ont envoyée aux Amis des Cahiers (cette lettre qui m'a été signalée par Stance, je l’ai mise dans les commentaires). Leur actionnaire majoritaire Thierry Wilhelm n’aurait pas remis l’offre de rachat à la date prévue, parce qu’il attendait que le Monde le recontacte pour poursuivre les discussions engagées durant l’été (comme s’il était le seul candidat!) et que, bah voilà, maintenant le délai est passé... C'est tellement gros qu'on imagine volontiers un autre scénario: 1) la rédaction apprend cet été que son projet ne sera vraisemblablement pas retenu faute de garanties financières suffisantes et immédiates; 2) elle s’assure auprès des autres candidats en lice que si les Cahiers leur étaient cédés, elle serait maintenue dans sa totalité; 3) elle dénonce le projet des Inrocks qui eux, au contraire, envisagent de licencier Burdeau en cas de rachat (sans compter la menace représentée par les autres critiques de l’hebdo); 4) elle annonce officiellement qu’elle n’est plus candidate (avec les remerciements d'usage pour tous ceux qui l'ont soutenue). Bref, comme dirait l’ami Will: "beaucoup de bruit pour rien"...

Hier j’ai fait un très beau rêve. Je tournais un film, l’histoire d’un type, peut-être un peintre, qui se rendait en train à Amsterdam pour voir le tableau de Rembrandt "La Fiancée juive". Ça débutait gare du Nord par une scène de rupture. Evidemment le type rencontrait ensuite une autre fille, du nom de Rebecca, avec qui il faisait le voyage. La fille semblait séduite mais arrivée à Amsterdam elle repartait avec son fiancé venu l'attendre sur le quai. Le type rentrait à Paris sans avoir vu le tableau. Un truc très rohmérien donc... A un moment du rêve, je me trouvais dans un grand studio d’enregistrement avec Konstantin Gropper (Get Well Soon), le petit génie allemand dont j’écoute l’album "Rest now, weary head!..." quasiment en boucle depuis une semaine, et qui là, dans mon rêve, avait écrit la musique du film. J’étais aux anges... Et puis patatras, j’ai été brutalement réveillé par l’abruti du dessus qui lui écoutait l’insupportable Camille (vous savez, la bruiteuse), le volume à fond, dès le matin, dans sa cuisine.

Sinon je cherche désespérément une copie du film de Serge Bozon, l’Amitié. Ni lui ni son entourage ne semble en posséder. J’ai demandé un peu partout, sans résultat. Le film reste introuvable. Si quelqu’un a une idée...

5 commentaires:

Buster a dit…

La lettre en question:

"AUX AMIS
lundi 29 septembre 2008

Notre candidature au rachat de la participation majoritaire au sein des Editions de l'Étoile ne figure pas dans la liste communiquée aujourd'hui par Claudine Paquot [gérante de la Société civile des amis des Cahiers du cinéma]. Thierry Wilhelm, notre actionnaire majoritaire, a choisi de ne pas remettre d'offre dans les délais impartis. Nous le regrettons grandement, mais en tant qu'actionnaire majoritaire c'est à lui qu'il appartenait d'opter.
M. Wilhelm était en effet persuadé que Le Monde tiendrait compte du caractère à la fois logique et particulier de notre candidature et reviendrait vers lui à la mi-septembre pour poursuivre la discussion engagée pendant l'été. Il ne souhaitait pas avant cela remettre l'offre que nous avions rédigée avec lui. Nous en étions moins convaincus ayant pu constater avec quel scepticisme, pour ne pas dire plus, celle-ci fut parfois accueillie. Les jours ont passé, Le Monde n'a pas repris directement contact avec lui, et désormais il est trop tard.
C'est pourtant un projet auquel nous continuons de croire : l'ouverture du périmètre critique, l'invention d'un nouveau journalisme sur Internet, une internationalisation accrue, un activisme renouvelé à l'égard des films, un partenariat resserré avec les salles...
Mais il n'est plus temps, aujourd'hui, d'exposer une fois de plus ces intentions. Il est temps, plutôt, d'exprimer notre gratitude envers ceux qui nous ont accompagnés pendant ces cinq mois : d'abord la rédaction, qui pour la première fois depuis bien longtemps s'est exprimée en tant qu'entité collective (espérons que cette parole saura peser dans la relation avec le prochain propriétaire des Cahiers, à défaut d'avoir rencontré la moindre écoute auprès de la gérance des Amis) ; ensuite les signataires de la tribune parue dans Libération le 17 juillet, avec une pensée d'amitié et d'admiration particulière pour Marc Chevrie, Jean Douchet, André S. Labarthe et Jean Narboni.
Nous tenons également à remercier Didier Costagliola et Maître Philippe Villey.
Et nous voulons redire notre gratitude à MM. Luis Coromina et Paul Otchakovski-Laurens, dont l'engagement et le soutien en tant qu'actionnaires se sont révélés indéfectibles.
Nombreux, encore, sont ceux auxquels nous pensons aujourd'hui.
Nous ne savons pas ce que seront les Cahiers de demain. Nous ne déplorons qu'une chose : alors que ce moment - la cession, la crise de la presse - aurait pu permettre aux Cahiers eux-mêmes, dans toutes leurs composantes et sensibilités, de réfléchir en commun à leur nécessaire réinvention en tant qu'entreprise et en tant que pensée, une discussion de fond sur l'avenir de la revue n'a jamais pu avoir lieu.
Bien à vous,
Emmanuel Burdeau
Thierry Lounas"

'33 a dit…

Tiens, mais c'est pratiquement Octobre de Pierre Léon votre rêve (dont j'ai découvert les films grâce à vous d'ailleurs, merci) ! Finalement, eux non plus ne voient pas vraiment la Russie. Et ça commence aussi par une scène de rupture (enfin on ne sait pas trop) dans une gare.

Buster a dit…

Bonjour ’33, ravi de votre visite,
C’est vrai que ça ressemble beaucoup à "Octobre", un de mes Léon préférés avec "Li per li", l’influence est d’autant plus vraisemblable que la veille j’avais relu un passage de "l’Idiot" de Dostoïevski.
Au fait vous n’aviez pas annoncé sur votre blog (je le fréquente assidûment) qu'un entretien avec Pierre Léon devait paraître dans les Inrocks?

'33 a dit…

très heureux de vous savoir un de mes lecteurs !
l'interview de léon est parue. elle est se trouve p.92 du numéro avec TV on the radio en couv'. j'ai l'impression que ça a crée un très léger frémissement dans le nombre de clics sur dailymotion, mais pas non plus un raz-de-marée...
(octobre est aussi mon préféré)

Buster a dit…

OK, je vais essayer de retrouver le numéro.